Représentation en France

Le système européen de radionavigation par satellite Galileo atteint le milliard d'utilisateurs de smartphones dans le monde

/france/file/satellitejpg-0_frsatellite.jpg

Galileo le GPS européen atteint 1 milliard d'utilisateurs

Galileo, le système européen de radionavigation par satellite, atteindra demain le milliard d'utilisateurs de smartphones dans le monde. Cette étape coïncide avec le 15e anniversaire de l'Agence du GNSS européen (GSA), partenaire clé de la Commission pour l'exploitation de Galileo.

09/09/2019

1 milliard d'utilisateurs de Galileo

 

Depuis décembre 2016, Galileo propose des «services initiaux» qui facilitent déjà la vie quotidienne des citoyens et des entreprises grâce à des signaux de positionnement, de radionavigation et de synchronisation extrêmement précis.

 

Aujourd'hui, 95 % des entreprises produisant des puces pour smartphone pour la radionavigation par satellite fabriquent des puces compatibles avec Galileo. Ce seuil du «milliard d'utilisateurs» est calculé sur la base des ventes de smartphones utilisant Galileo à l'échelle mondiale. En réalité, le nombre d'utilisateurs de Galileo est beaucoup plus important. En Europe, tous les nouveaux modèles de voitures ayant l'autorisation de mise sur le marché sont équipés du système eCall, qui utilise Galileo pour communiquer la localisation du véhicule aux services d'urgence. Depuis cette année, Galileo est intégré dans les tachygraphes numériques des camions, qui permettent l'enregistrement de la vitesse et de la distance, afin de garantir le respect des règles relatives au temps de conduite et d'améliorer ainsi la sécurité sur les routes.

 

Galileo propose également un service de recherche et de sauvetage (SAR), qui réduit à moins de dix minutes le temps nécessaire pour détecter une personne équipée d'une balise de détresse en mer, en montagne ou dans le désert. Avec Galileo, la précision de la géolocalisation s'est améliorée, passant de dix kilomètres à moins de deux kilomètres.À l'avenir, le système confirmera également à la personne en détresse que les secours sont en route.

 

Enfin, Galileo soutient les autorités publiques avec son service public réglementé, pour une utilisation répondant à des objectifs de sécurité. Il offre un service robuste et entièrement crypté qui permet aux pouvoirs publics de garantir la continuité des services en cas de situations nationales d'urgence ou de crise, telles que des attaques terroristes.

L'industrie spatiale européenne, la deuxième plus importante au monde, est forte et compétitive. Afin de contribuer à maintenir et à conforter davantage la première place de l'UE dans ce domaine, la Commission a proposé un programme spatial de 16 milliards d'euros pour le prochain budget à long terme de l'UE, qui couvre la période 2021-2027.

 

Contexte

 

Galileo est le système mondial de radionavigation par satellite propre à l'UE. C'est un système civil sous contrôle civil qui fournit des informations précises de positionnement et de synchronisation. Galileo vise à assurer l'indépendance de l'Europe par rapport à d'autres systèmes de radionavigation par satellite ainsi que son autonomie stratégique dans ce domaine. L'autonomie de l'Europe dans ce secteur donnera une impulsion au marché de l'emploi européen, aidera l'UE à renforcer son rôle de garante de la sécurité et de la défense de ses citoyens et soutiendra des technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle, les drones, la mobilité automatisée et l'internet des objets.

 

Galileo fournit des «services initiaux» depuis décembre 2016. Au cours de cette première phase «pilote» précédant la phase des «services opérationnels complets», les signaux Galileo sont utilisés en combinaison avec d'autres systèmes de navigation satellitaire. Durant la phase pleinement opérationnelle, les utilisateurs pourront utiliser les signaux Galileo indépendamment des autres systèmes.

 

Au nombre des activités spatiales de l'UE figurent également Copernicus (accès libre et ouvert à des données issues de l'observation de la Terre concernant les terres, l'atmosphère, la mer, le changement climatique, la gestion des urgences et la sécurité), EGNOS (système régional de radionavigation par satellite), ainsi que la surveillance de l'espace et le suivi des objets en orbite (SST). 

 

Le nouveau programme spatial réunira l'ensemble des activités spatiales existantes et nouvelles de l'UE dans un seul programme. Il maintiendra les infrastructures et les services actuels et introduira un certain nombre de nouvelles fonctionnalités pour promouvoir une industrie spatiale forte et innovante et préserver un accès autonome, fiable et économe en ressources pour l'UE à l'espace.

 

Le nouveau programme met aussi en place un système de gouvernance unifié et simplifié. L'UE veillera à ce que l'augmentation des investissements financiers soit soutenue par des procédures décisionnelles efficientes, afin que toutes les activités spatiales de l'UE soient menées conformément au calendrier et au budget prévus. La Commission restera responsable de la gestion globale du programme. Étant donné son expertise inégalée, l'Agence spatiale européenne (ESA), de nature intergouvernementale, restera un partenaire privilégié pour le déploiement du système et l'appui technique dans les missions opérationnelles du programme spatial de l'UE. La GSA, qui sera rebaptisée l'«Agence de l'UE pour le programme spatial», soutiendra toujours plus la mise en œuvre et l'adoption par le marché des activités spatiales de l'UE et jouera un rôle accru pour garantir la sécurité de l'ensemble des composantes du programme.

 

Pour en savoir plus

 

Proposition de la Commission relative à un programme spatial de l'UE (2021-2027) : communiqué de presse, questions et réponses, fiche d'information et déclaration de la commissaire Bieńkowska concernant l'accord provisoire sur le programme

Programme Copernicus

Programme Galileo