Représentation en France

Les circuits courts se développent en France grâce aux fonds européens ! #DecodeursUE

/france/file/bannierefacebookjpg-36_frbanniere_face_book.jpg

Marchés paysans, magasins de vente directe, les circuits courts tendent à se développer… et c'est tant mieux ! Ils permettent de soutenir une agriculture de proximité, qui maintient l'emploi dans les campagnes, soucieuse de la qualité de l'alimentation et de la protection de l'environnement ! Pour soutenir les circuits courts, l'Union européenne a mis en place une série de dispositifs d'appui intégrés depuis longtemps dans la politique agricole commune.

12/02/2018

Les nombreux avantages des circuits courts

Les circuits courts valorisent les produits locaux et biologiques, et favorisent le maintien des petites exploitations familiales et de l'emploi local. Les producteurs fermiers sont de plus en plus nombreux à faire de la vente directe aux consommateurs mettant en place de nouveaux circuits de distribution qui facilitent les échanges directs entre producteurs ruraux et consommateurs urbains.

En utilisant les circuits courts, les producteurs passent d'une situation où ils subissent les prix à une situation où ce sont eux qui les fixent. C'est également un moyen pour eux de promouvoir directement la qualité de leurs produits sur les marchés locaux et de faire accepter par le consommateur de payer un prix parfois plus élevé pour obtenir des produits de meilleure qualité. Selon une étude Opinion Way [1], 61 % des Français seraient prêts à payer plus cher des produits s'ils sont fabriqués dans leur région, afin de soutenir la production locale et parce qu'ils ont l'impression que les produits régionaux sont de meilleure qualité. En parallèle, selon une étude Ipsos – AgriAvis [2], 63% des agriculteurs sondés sont en faveur du développement des filières courtes ou locales (en particulier chez les chefs d’exploitations faisant moins de 100 ha : 72%).

L'Union européenne soutient les circuits courts

La politique agricole commune et la politique européenne de développement rural soutiennent directement et explicitement les circuits courts; près de 800 millions € ont été affectés dans la programmation 2014 – 2020 pour le soutien d'action de coopération et de promotion dans ce domaine.  .

De nombreuses initiatives sont ainsi soutenues par l'UE en France. Par exemple, le projet «Couleurs paysannes» de la société coopérative agricole «Le Goût d’ici» regroupe une soixantaine d’exploitations agricoles de la région PACA qui emploient 200 personnes et vendent directement leurs produits aux consommateurs à travers un site de vente en ligne et plusieurs magasins. «Couleurs paysannes» a bénéficié du soutien de l’Union européenne par le biais du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). Il existe des centaines d'autres exemples (voir 60 ans, 60 belles histoires).

Comment favoriser la production locale et les circuits courts dans les marchés publics ?

En Europe, le secteur public est un acheteur extrêmement important de produits alimentaires. Les directives européennes sur les marchés publics encouragent les administrations publiques à regarder au-delà des simples considérations de prix, et à prendre en compte d'autres critères, tels que la qualité et le développement durable, lorsqu'elles attribuent des marchés publics portant sur les produits alimentaires, tout en respectant les principes de bases de transparence et de non-discrimination.

Ces arguments portent leurs fruits (c'est le cas de le dire!) en Europe, puisqu'ils conduisent les collectivités locales et les administrations publiques à privilégier, dans les appels d'offre publics, des aspects comme la qualité des produits alimentaires fournis et la réduction des distances parcourues par ceux-ci par rapport à des simples considérations de coût. Ces changements permettent aux acheteurs publics, comme les écoles et les hôpitaux, d'acheter localement et donc d'ouvrir cet important marché aux producteurs ruraux locaux.

Les circuits courts ne peuvent pas répondre à tous les besoins

Les circuits courts ne peuvent cependant pas absorber la totalité de la production dans l'UE et en France. Une concurrence exacerbée sur les marchés locaux réduirait à néant la valeur ajoutée recherchée. La France est une puissance agricole majeure qui peut être fière de sa vocation exportatrice. La qualité de ses produits est largement reconnue au-delà des frontières nationales, comme les vins et les spiritueux. Toutefois, la production dépasse largement la capacité d'absorption des marchés locaux ! Le développement du commerce électronique ouvre également de nouvelles perspectives pour l'exportation de produits locaux et les agriculteurs français savent s'emparer de ces opportunités.

>> Version imprimable <<

Plus d'informations... 

 

[1] Les Échos, 30 avril 2016.

[2] Réussir Fruits et Légumes, 10 janvier 2018.