Représentation en France

L'Europe coûte trop cher à la France ! Vraiment ? #DecodeursUE

La France est un contributeur net au budget de l'UE (c’est-à-dire qu'elle verse plus qu'elle ne reçoit). C'est normal dès lors que la France est le 2ème pays le plus riche de l'UE après l'Allemagne. Mais la France est également le 2ème pays bénéficiaire du budget européen, derrière la Pologne, grâce à l'importance des montants de la politique agricole commune versés en France. Pourtant cette situation de contributeur net donne lieu à des critiques: cet argent ne serait-il pas mieux utilisé s'il restait au niveau national ?

12/12/2016

/france/file/porte-avionpng-0_frporte-avion.png

Une contribution française au budget de l'UE légèrement en baisse en 2016

En 2016, la France a contribué à hauteur de 19 milliards d'euros au budget de l'UE (montant en baisse de 4 % par rapport au montant de 2015 s'élevant à 19,7 milliards d'euros[1]). La France est par ailleurs un des principaux bénéficiaires du budget de l'UE (en recevant 14,5 milliards d'euros en 2015) dont la plus grande part va à l'agriculture (9 milliards d'euros), ce qui lui permet notamment d'être le premier pays exportateur vers les pays hors UE.

Le budget de l'UE continue en effet à accompagner massivement l'agriculture, ses évolutions et sa modernisation ainsi que le développement rural. La politique agricole commune (PAC) est l'une des plus anciennes politiques communes de l’UE et continue à représenter une part conséquente du budget de l'UE (40 % du budget de l’Union sont consacrés à l’agriculture, au développement rural et à l’environnement). La France reste la première bénéficiaire de ces aides.

D'autres secteurs sont également soutenus par le budget de l'UE: l'éducation, la recherche, l'énergie, l'environnement, etc. Entre 2014 et 2020, la France bénéficiera ainsi de plus de 27 milliards d'euros au titre des différents fonds (FEDER[2], FSE[3], FEADER[4], FEAMP[5]).

Le budget de l'UE sert avant tout à faire des économies d'échelle en investissant par exemple dans de grands projets de recherche, de développement ou d'infrastructure, qu'aucun pays seul n'aurait pu porter. Cela a permis à la France de s'inscrire dans des programmes spatiaux d'envergure comme Galileo (le GPS européen) et Copernicus (le programme européen de surveillance de la Terre) ou dans des programmes de recherche internationaux.

Les bénéfices économiques pour la France

L'idée que la construction européenne devrait être un simple jeu arithmétique à somme nulle où ce que les États membres «paient» devrait correspondre à ce qu'ils «reçoivent» est fausse. La coopération et la solidarité entre les pays de l'UE sont source d’investissements et de croissance dont les retombées sont bénéfiques pour tous. L'approche arithmétique fait fi de l'ensemble des bénéfices que les citoyens et les entreprises retirent de l'Union européenne.  Un marché de plus de 500 millions de consommateurs favorise les entreprises et les exportations, et donc la création d'emploi! La construction européenne permet de travailler, d'étudier, d'entreprendre à l'échelle de tout un continent. Lorsqu'une entreprise investit, ce n'est pas la même chose si son marché est de 66 millions d'habitants ou de 500 millions ! 60 % des exportations françaises se font dans l'UE, ce qui représente environ 3,2 millions d'emplois, et qu'un quart des salariés français travaillent dans une entreprise exportatrice!

Version imprimable

Plus d'informations ...


[1] En crédits d'exécution

[2] Fonds européen de développement régional

[3] Fonds social européen

[4] Fonds européen de développement agricole

[5] Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

 

Retrouvez toutes les fiches des Décodeurs de l'Europe ici