Représentation en France

La politique agricole commune, c'est aussi le respect de l'environnement ! #DecodeursUE

La politique agricole commune (PAC) est souvent perçue simplement comme un mécanisme qui soutient les revenus des agriculteurs. Mais elle a également une autre dimension, moins connue: la PAC contribue pleinement aux objectifs environnementaux de l'Union européenne en promouvant une agriculture durable, respectueuse des milieux naturels, en soutenant financièrement les agriculteurs qui s'y engagent.

12/12/2016

/france/file/agriculture2jpg_fragriculture2.jpg

 

Le «verdissement» de la politique agricole commune: un projet gagnant-gagnant pour l'environnement et pour les agriculteurs !

Les agriculteurs produisent notre alimentation tout en entretenant l'espace rural. Ce dernier est vital pour notre santé et pour celle de l'environnement. Rien de plus normal, alors, que la politique agricole commune européenne récompense financièrement les pratiques agricoles écologiques et durables !

Grâce à une réforme ambitieuse en 2013, la politique agricole commune 2014-2020 a introduit le concept de «paiements verts». En pratique, cela signifie qu'une partie des aides au revenu versées aux agriculteurs est liée à des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement (biodiversité, protection des ressources naturelles…) et du climat. Cela couvre en particulier:

  1. La préservation des «prairies permanentes»: une prairie permanente est une surface dans laquelle l’herbe ou d’autres plantes fourragères prédominent depuis au moins 5 ans. Comme l’herbe fixe le dioxyde de carbone dans les sols, sa préservation contribue à lutter contre le changement climatique.
  2. La diversification des cultures: les agriculteurs doivent cultiver sur leurs terres arables plusieurs cultures différentes (en général trois) afin d'améliorer, entre autres, la qualité des sols.
  3. Le maintien de «surfaces d'intérêt écologique» sur les terres arables afin de préserver ou d'améliorer la biodiversité. Ces surfaces peuvent inclure par exemple les bordures de champs, les arbres, les haies, les surfaces boisées…

Sur 72 % des surfaces agricoles de l'Union européenne, au moins l'une des trois pratiques du verdissement est appliquée.

Les exploitants peuvent prétendre à des aides supplémentaires s’ils adoptent des pratiques agricoles plus ambitieuses du point de vue environnemental.

Les critères prennent aussi en compte les agriculteurs qui ont déjà des pratiques environnementales et de durabilité. L'agriculture biologique, par exemple, que l'Union européenne promeut également, permet d'accéder aux paiements verts sans avoir à respecter les trois pratiques correspondantes.

Version imprimable

Plus d'informations ...

 

Retrouvez toutes les fiches des Décodeurs de l'Europe ici