Représentation en France

L'Europe, premier donateur d'aide au développement au monde ! #DecodeursUE

/france/file/bannierefacebookjpg-15_frbanniere_face_book.jpg

Chaque année, l'Union européenne et ses États membres consacrent plusieurs dizaines de milliards d'euros à l'aide publique au développement. L'Union et les États qui la composent contribuent ainsi à plus de 50 % de l'aide au développement distribuée dans le monde, faisant d'eux le premier bailleur de fonds au monde dans ce domaine. Cet engagement fort confirme la volonté de l'Union d'accompagner les pays en voie de développement et répond également aux problématiques soulevées par la crise migratoire actuelle.

12/12/2016

L'Union européenne, premier bailleur de fonds au monde

En 2015, l'Union européenne, États membres compris, a consacré 68 milliards d'euros à l'aide publique au développement, atteignant ainsi son niveau le plus élevé à ce jour et confirmant sa place de premier bailleur de fonds au monde.

Ces fonds financent de nombreux projets à travers le monde, dont les effets concrets bénéficient directement aux populations locales.

En Inde, par exemple, l'UE soutient le gouvernement national dans sa lutte contre la pauvreté en agissant pour un meilleur accès à l'éducation primaire. L'aide européenne en la matière prend la forme d'un appui budgétaire de près de 80 millions d'euros, versés directement au gouvernement indien.

En Zambie, 52 centres de soins bénéficient des aides européennes. Celles-ci financent par exemple l'achat de lits d'hôpital, de lits d'accouchement ou encore de matériel de santé moderne. Cela permet à davantage de femmes d'accoucher dans de meilleures conditions, de réduire le taux de mortalité infantile, et plus généralement, un meilleur accès aux soins.

Une aide multifacettes

L'aide au développement n'est pas seulement financière. Elle est également logistique et humaine. Les missions que soutient ou que mène l'Union européenne sont donc extrêmement variées.

Le SEAE (Service européen pour l'action extérieure) fournit ainsi à plusieurs pays des méthodes de travail ou de l'expertise dans certains domaines. Ces opérations s'effectuent à la demande des pays tiers et visent le plus souvent à renforcer leurs capacités.

Au Mali, l'UE met par exemple à disposition de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale des experts en formation et en conseil stratégique. Le but de cette opération est d'aider l'État malien à maintenir l'ordre et à assurer la sécurité de ses citoyens, tout en modernisant ses forces armées.

Au Kosovo, l'UE déploie des procureurs et des juges dont le travail est de surveiller le déroulement d'un certain nombre d'affaires judiciaires de premier plan, ainsi que de conseiller les autorités locales sur la façon de mener les enquêtes. Le but de cette opération est de renforcer l'État de droit et de lutter contre les tentatives d'interventionnisme politique dans les décisions de justice.

Un plan Juncker pour l'Afrique

L'aide au développement passe également par la création de conditions propices à l'activité économique.

Dans de nombreux pays, l'investissement privé est limité, car considéré comme trop risqué. L'investissement public est également limité, du fait du manque de ressources financières des États.

C'est pour répondre à ce problème que le président Juncker a annoncé la création d'un plan d'investissement pour l'Afrique. Doté de 44 milliards d'euros, il pourrait atteindre près de 90 milliards d'euros si les États membres de l'Union y contribuent également.

Ce plan doit financer des projets innovants, encourager la création d'entreprises, favoriser l'innovation et créer des emplois.

Des réponses de long terme

À travers ces actions, l'Union européenne fait le choix d'une stratégie de long terme. En s'attaquant aux principaux problèmes auxquels font face les pays en voie de développement (instabilité politique, pauvreté, faiblesse de l'État de droit, manque d'infrastructures), l'Union européenne s'attaque également aux raisons pour lesquelles tant de personnes font le choix de quitter leur pays.

Il s'agit de rendre l'option de l'exil moins attrayante et donc de limiter les départs vers l'Union européenne.

La paix et la prospérité que l'on trouve en Europe sont presque uniques au monde – l'Union européenne œuvre pour qu'elles se concrétisent aussi ailleurs.

Version imprimable

Plus d'informations ...

 

Retrouvez toutes les fiches des Décodeurs de l'Europe ici