L'Union européenne aide les jeunes de Guinée à prévenir et contrer les conflits ethniques ou politiques à travers le théâtre et la culture. Pour une Guinée unie dans ses différences !

Jeunes gens de Guinée apprenant à faire des mini films.

L'Union européenne aide les jeunes de Guinée à prévenir et contrer les conflits ethniques ou politiques à travers le théâtre et la culture. Pour une Guinée unie dans ses différences !

Alors que la crise s'envenime et menace de dégénérer en confrontation politique et ethnique généralisée, les jeunes guinéens s'expriment dans tout le pays, à travers le théâtre, le cinéma, ou la danse, pour lancer des message s de paix, de tolérance, et de "vivre ensemble".

ADans le cadre du projet « Unis dans nos différences! » mis en oeuvre par Search for Common Ground (SFCG) et financé par l'Union européenne à travers l'Instrument contribuant à la Stabilité et la Paix (IcSP), une nouvelle approche a été expérimentée pour accroitre le leadership des jeunes et leur capacité à s'engager pour promouvoir la tolérance et le vivre ensemble dans leur communauté. 

Depuis début 2019, 40 clubs de paix ont été mis en place à travers tout le pays (Ratoma, Matoto, Labé, Pita, Siguiri, Kankan, N'Zérékoré et Beyla). Ces clubs sont des espaces ouverts de ressources et de dialogue, au sein desquels les jeunes d’horizons différents (religieux, politiques, communautaires,...) développent leurs compétences en communication, leadership, gestion des conflits et des rumeurs tout en tissant des liens de confiance solides entre eux améliorant leur résilience et celle de leurs pairs aux incitations à la violence et à la haine. 

En utilisant des techniques de communication innovantes (techniques de débat, mini films et théâtre), ces jeunes ont pu débattre des défis auxquels ils sont confrontés dans leurs communautés, de la tolérance et cohabitation pacifique inter/intra religieuse, inter-politique et intercommunautaire.


Photo: Barry Ousmane

« Maintenant je peux écrire des films pour que je puisse lancer des messages et conscientiser pour dire aux gens de s’aimer, s’entraider ensemble, de se pardonner. Car c’est un problème qui existe en Guinée, s’aimer… les gens ne se pardonnent pas. Alors que si tout le monde est uni, ca va aller pour le pays »  confirme Ousmane Barry, membre du club de paix estudiantin de Ratoma.

Les Festivals locaux et régionaux sont organisés régulièrement, offrant un espace, où les jeunes se rencontrent et présentent au public leur mini film, scénette de théâtre, prestation de danse et sur des thématiques sensibles pour la cohésion sociale, tel que le mariage mixte inter-religieux ou encore le respect de l'opinion politique d'autrui et la capacité d'en débattre pacifiquement.


Photo: Jeunes femmes jouant une pièce de théatre au festival de paix

De nombreux clubs ont choisi de mettre en avant les jeunes femmes et filles, prenant la parole devant la foule pour débattre de thématiques sensibles ou encore jouer au théâtre, tandis que quelques mois plus tôt elles n'avaient aucun espace d'espace d'expression.

« Je ne croyais pas pouvoir être sur scène et jouer un tel rôle mais la formation et les répétitions m’ont davantage permis d’avoir le sens de l’audace. J’ai appris avec les formateurs en mini films, avec les membres de mon club de paix et avec mes coachs. A travers ces formations, je réaliserais de mini films et aidera à mieux sensibiliser à travers les images, sur mes comptes sur les réseaux sociaux » indique Oumou Koultoumy Bah, membre du club de paix scolaire de Ratoma.


Photo: Dans les clubs de paix, de jeunes gens apprennent à produire des mini films

Les autorités locales concernées ont également souligné que ces initiatives constituent un modèle pour les collectivités locales qui devrait être répliqué afin d'inspirer la paix, encourager les jeunes à s'engager dans leur communauté.

Le Maire de la commune rurale de Doko (Djemory Djékoria Diabaté) souligne ainsi : « Ce festival de paix est une école pour nous les collectivités. Si on se saisit de cet instrument dans nos différentes localités, ça nous permettra de régler beaucoup de problèmes liés à des conflits de tout ordre, religieux, communautaire. ça permet de renforcer la cohésion entre les entités et entre les confessions. »

Ces festivals ont également permis de développer l'esprit critique des jeunes, leur argumentation et leur capacité à écouter une opinion différente et en discuter. Autant de qualités nécessaires pour de futurs leaders bâtisseurs de la paix en Guinée.


Photo: Spectateurs enthousiasmés au Festival régional de paix de Conakry, décembre 2019


Photo: Jeunes gens participants à un débat pour la paix, Festival régional de paix de Conakry, décembre 2019


Photo: Jeunes gens participants à un débat pour la paix, Festival régional de paix de Conakry, décembre 2019


Photo: Mise en scène de "vivre ensemble en dépit de nos différences", Festival régional de paix de Conakry, décembre 2019

Pour plus d'information: