Mission d'observation électorale de l'UE au Sénégal

showcase_senegal.jpg
Des électeurs attendent leur tour pour voter dans une école à Dakar

Mission d'observation électorale de l'UE au Sénégal

Une élection présidentielle a eu lieu au Sénégal le 26 février 2012, sur fond de polémique sur la validité constitutionnelle d'un troisième mandat pour le président sortant Abdoulaye Wade.

En effet, la constitution actuelle du pays, qui date de 2001, limite à deux le nombre de mandats présidentiels mais Abdoulaye Wade estimait que son élection en 2000 pour son premier mandat de sept ans relevait de l'ancienne constitution, qui, elle, ne limitait pas le nombre de mandats.

À l'invitation du gouvernement sénégalais, l'Union européenne a envoyé une mission d'observation électorale. Cette mission, menée conjointement par le Service des IPE et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), a mobilisé plus de 90 observateurs issus de la plupart des 27 pays de l'UE. Thijs Berman, membre du Parlement européen, a dirigé la mission en tant qu'observateur en chef.

Les observateurs ont été déployés sur tout le territoire. Ils ont rencontré les autorités locales, des candidats et des partis politiques ainsi que des représentants citoyens et les médias.

Au second tour de l'élection, le 25 mars 2012, Macky Sall l’a emporté sur le président sortant et la passation de pouvoir a eu lieu pacifiquement.

Faire progresser la démocratie

La présence d'observateurs de l'UE pendant les élections présidentielles au Sénégal a permis de garantir leur crédibilité, aux yeux des électeurs mais aussi des candidats. Sans ces observateurs, les événements auraient pu prendre une toute autre tournure. En effet, la mission a eu un effet dissuasif sur les fraudes et autres manipulations qui auraient pu avoir lieu dans tout le pays.

Un porte-parole de la haute représentante de l'UE Catherine Ashton a déclaré que ces élections avaient été «une grande victoire pour la démocratie au Sénégal et en Afrique».