Fisheries

L'UE s'engage pour pérenniser le travail des pêcheurs d'espadon

L'UE s'engage pour pérenniser le travail des pêcheurs d'espadon

L'UE s'engage pour pérenniser le travail des pêcheurs d'espadon

22/11/2016

Suite à la proposition de l'Union européenne, une série de mesures essentielles pour la conservation de l'espadon de Méditerranée ont été adoptées hier soir par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) au Portugal.

La flotte européenne est responsable de près de 80% des captures: il est donc essentiel pour l'UE de lutter contre la surpêche du stock.  "En tant qu'acteur majeur de ces pêcheries, l'Union européenne a une responsabilité particulière dans l'économie de l'espadon: nous le devons à nos pêcheurs, en particulier aux petits pêcheurs. Les engagements pris lors du séminaire de haut niveau tenu à Catane au début de cette année et lors de la Conférence ministérielle tenue à Bruxelles en avril dernier ont joué un rôle décisif dans cette démarche et ont jeté les bases de la conservation et de l'exploitation durable de cette espèce emblématique. J'espère continuer à coopérer avec les pays méditerranéens non-européens afin d'améliorer la gouvernance de notre  mer commune", a déclaré le commissaire Karmenu Vella. Le nouveau plan prévoit de limiter les prises à 10 500 tonnes par an et de réduire ensuite les prises de 3 % par an entre 2018 et 2022. L'accord améliore également les mesures techniques et de contrôle, par exemple l'augmentation de la taille minimale pour protéger les juvéniles, l'enregistrement et la déclaration des captures, l'introduction d'un système d'inspections internationales, etc., tout en tenant compte des spécificités socio-économiques des petites pêcheries autour de la mer Méditerranée. L'accord entrera en vigueur à partir de 2017 et s'appliquera à tous les opérateurs dans la mer Méditerranée y compris le sport et les loisirs. Le comité scientifique évaluera le plan ainsi que les éventuelles adaptations nécessaires en 2019. Les autres pays impliqués dans cette pêcherie sont la Tunisie, le Maroc, l'Algérie, la Turquie et la Libye.