Statistiques sur les services postaux des prestataires du service universel

This Statistics Explained article is outdated and has been archived - for recent articles on Postal statistics see Postal service statistics - universal service providers.

Données d’août 2012. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données.
Tableau 1: Indicateurs économiques clés du secteur postal, 2004-2010 - Source: Eurostat (post_ps_tur) et (post_ps_empn)
Graphique 1: Chiffre d’affaires du secteur postal intérieur par rapport au PIB, 2004 et 2010
(en % du PIB) - Source: Eurostat (post_ps_tur) et (nama_gdp_c)
Graphique 2: Nombre de personnes occupées dans le secteur postal intérieur en part de l’emploi total, 2004 et 2010 (1)
(en %) - Source: Eurostat (post_ps_empn), (nama_aux_pem) et (lfsa_egan)
Tableau 2: Bureaux de poste et envois postaux, 2004-2010 - Source: Eurostat (post_ps_ac) et (post_ps_let)
Graphique 3: Nombre moyen d’habitants desservis par bureau de poste, 2004 et 2010
(en milliers) - Source: Eurostat (post_ps_ac) et (demo_gind)
Graphique 4: Nombre moyen d’envois de la poste aux lettres par habitant, 2004 et 2010 (1)
(en unités) - Source: Eurostat (post_ps_let) et (demo_gind)

Cet article est consacré aux statistiques postales de l’Union européenne (UE) qui couvrent les prestataires du service universel (PSU), en d’autres termes les prestataires de services postaux opérant dans le cadre de l’obligation de service universel. Eurostat a recommencé à collecter des données sur les services postaux en 2005.

Les principales priorités des politiques de l’UE en matière de services postaux sont d’achever le marché intérieur et de garantir aux citoyens et aux entreprises des services efficaces, fiables et de grande qualité à des tarifs abordables. Parmi les éléments clés de ces politiques figurent l’ouverture progressive du marché à la concurrence, l’accès garanti au service postal universel, la transparence des coûts, la réduction du secteur réservé de l’administration postale, la fixation de normes de qualité communes, l’harmonisation des normes techniques et la création des conditions nécessaires à un progrès technologique rapide.

Principaux résultats statistiques

Eurostat ne disposant que de données incomplètes pour certains États membres de l’UE, il n’est pas toujours possible de fournir des agrégats concernant l’UE-27 pour les indicateurs postaux. Sur la base des informations disponibles pour 19 États membres entre 2004 et 2010, le chiffre d’affaires en prix courants du secteur postal de l’UE s’est contracté au total de 6,9 % – reflétant en partie la pression croissante résultant de l’émergence de solutions de substitution issues des TIC, comme les SMS (services de messages courts), le courrier électronique, les forums de discussion, la téléphonie VoIP (voice-over-internet protocol) et les solutions vidéo.

Le chiffre d’affaires du secteur postal intérieur a nettement progressé entre 2004 et 2010 en Lituanie et en Lettonie où il a augmenté au total de plus de 80 % dans ces deux États membres; des hausses relativement importantes ont également été enregistrées en Pologne, en Hongrie, en Slovénie et à Chypre. En revanche, le chiffre d’affaires a diminué de plus de 10 % entre 2004 et 2010 en Estonie, en Allemagne et en Suède, alors que la plus forte contraction des ventes a été observée en Bulgarie (-24,9 %) (voir tableau 1); il convient de noter que toutes les données allemandes pour 2010 concernent uniquement le principal opérateur.

En termes relatifs (voir graphique 1), le chiffre d’affaires provenant des services postaux intérieurs a culminé en 2010 à un niveau équivalent à 0,65 % du PIB en Suède; les dernières données disponibles pour la Finlande et la France font apparaître des ratios légèrement supérieurs, même s’il convient de noter que ces données datent de 2007. La Belgique, le Danemark, l’Autriche et le Royaume Uni étaient les seuls autres États membres de l’UE où les ventes du service postal atteignaient un niveau équivalent à 0,5 % du PIB ou plus. Le rapport chiffre d’affaires/PIB a baissé dans la majorité des États membres entre 2004 et 2010; cela a été le cas en particulier en Suède, en Estonie et au Luxembourg (2004 à 2008). Dans huit États membres de l’UE, le rapport chiffre d’affaires/PIB a augmenté entre 2004 et 2010 (ou entre les années disponibles les plus proches) – les progressions ont généralement été limitées, sauf en Roumanie où le poids relatif du chiffre d’affaires du secteur postal a été multiplié par deux et est passé de 0,13 % à 0,26 % du PIB (entre 2005 et 2010).

Le secteur postal de l’UE-27 employait plus de 1,0 million de personnes en 2010 (pas de données récentes disponibles pour l’Irlande ou l’Italie, données de 2009 pour la France). La France comptait la main-d’œuvre la plus nombreuse employée dans ce secteur avec 252 000 personnes (données de 2009), loin devant l’Allemagne avec 171 000 personnes (estimation; ce chiffre concerne une fois encore uniquement le principal opérateur) et le Royaume-Uni avec 168 000 personnes (ces deux derniers chiffres se rapportent à 2010). La main-d’œuvre dans le secteur postal en France n’était pas seulement nombreuse en termes absolus, elle représentait aussi, en termes relatifs, une part élevée (0,9 %), quoiqu’en baisse, de l’emploi total (voir graphique 2). Entre 2004 et 2010, l’emploi dans le secteur postal a diminué dans la majorité des États membres de l’UE. Selon les informations disponibles pour 24 États membres, l’emploi dans le secteur postal de l’UE s’est contracté de près de 10 % entre 2004 et 2010. Une analyse par État membre montre que les plus fortes diminutions du nombre de personnes occupées dans ce secteur ont été enregistrées en Estonie, au Danemark (avec des ruptures dans les séries pour ces deux pays), en Lettonie et en Suède, où l’emploi dans le secteur postal a chuté d’au moins 20 %. À l’opposé, le nombre de personnes occupées dans le secteur postal a progressé dans huit États membres, les augmentations les plus notables étant observées en Hongrie (10,4 %) et en Slovaquie (8,9 %).

Les envois postaux peuvent être déposés par les clients dans différents types d’installations physiques en vue de leur acheminement. Ces points d’accès incluent les bureaux de poste, agences postales et points de vente postaux, les bureaux de poste mobiles, les boîtes aux lettres, les boîtes postales et les lieux où l’on peut acheter uniquement des timbres. Le tableau 2 donne une vue d’ensemble du nombre de bureaux de poste et le graphique 3 présente la densité du réseau postal par rapport à la taille de la population. Le nombre moyen d’habitants desservis par bureau de poste en 2010 variait de 1 500 ou moins en Suède, au Luxembourg, en République tchèque ou à Chypre à plus de 7 500 aux Pays Bas et en Belgique qui sont tous deux des pays densément peuplés.

En 2010, le principal opérateur en Allemagne a traité le plus grand nombre d’envois de la poste aux lettres (environ 14 700 millions); il convient de noter qu’aucune donnée récente n’est disponible pour les trois plus grands États membres de l’UE arrivant ensuite – si ce n’est le chiffre de 5 474 millions d’envois pour l’Italie en 2006. Ces pays mis à part, l’Espagne et les Pays Bas ont enregistré les nombres les plus élevés d’envois de la poste aux lettres (respectivement 4 459 et 4 293 millions – voir tableau 2). Entre 2004 et 2010, le nombre d’envois de la poste aux lettres a chuté de 20 % ou plus en Bulgarie, au Danemark et à Malte et a également diminué dans 13 autres États membres (les données sont disponibles pour 20 États membres). Le nombre de ces envois a augmenté dans quatre États membres entre 2004 et 2010, avec des progressions relativement modestes enregistrées en Irlande et au Luxembourg et des augmentations plus importantes observées en Lettonie (23,1 %) et à Chypre (33,8 %).

Une analyse du trafic postal par rapport aux données démographiques montre que la Finlande et le Luxembourg ont affiché le nombre le plus élevé d’envois de la poste aux lettres par habitant en 2010 (environ 360 envois par habitant), tandis que les seuls autres États membres de l’UE a enregistré plus de 200 envois de ce type par habitant étaient l’Autriche, les Pays Bas et la Suède (voir graphique 4). En revanche, dans 12 États membres, moins de 100 envois de la poste aux lettres ont été traités par habitant, la Bulgarie, la Roumanie, la Lituanie, la Lettonie et la Pologne affichant en moyenne moins de 50 envois par habitant.

Sources et disponibilité des données

Les données présentées dans cet article couvrent les prestataires de services postaux opérant dans le cadre de l’obligation de service universel connus généralement sous le nom de «prestataires du service universel». Dans ce contexte, la notion de «service universel» renvoie à un ensemble d’exigences d’intérêt général auxquelles doivent se soumettre les services, comme les services postaux, dans toute la société – l’objectif d’une telle obligation est de garantir que tous les usagers ont accès à des services de qualité à un tarif abordable.

Eurostat a recommencé à collecter des données sur les services postaux en 2005. Toutes les données présentées dans cet article sont issues de l’enquête postale européenne menée par Eurostat. Les données sont transmises par les autorités de régulation nationales de tous les pays participants qui incluent les États membres de l’UE, l’Islande, la Norvège, la Croatie et l’ancienne République yougoslave de Macédoine.

Contexte

La politique de l’UE dans le secteur postal a pour objectif d’achever le marché intérieur pour les services postaux et de garantir, par un cadre réglementaire approprié, que tous les citoyens et entreprises ont accès dans l’ensemble de l’UE à des services postaux efficaces, fiables et de grande qualité à des tarifs abordables. L’importance des services postaux pour la prospérité économique, le bien-être social et la cohésion de l’UE en fait un domaine d’action prioritaire pour l’Union. Le désir d’améliorer la qualité des services proposés, notamment en ce qui concerne les performances en matière de distribution et la facilité d’accès, figure parmi les aspects fondamentaux de la politique postale de l’UE.

La libéralisation du marché des services postaux dans l’UE a été engagée en 1992 par le Livre vert sur le développement du marché unique des services postaux. Son objectif était d’ouvrir les monopoles nationaux à la concurrence afin de rendre les services postaux moins onéreux, plus rapides, plus efficaces et plus innovants, d’harmoniser les performances dans tous les États membres de l’UE et d’améliorer la qualité des services transfrontières. Le cadre juridique de l’UE pour les services postaux est établi dans la directive 97/67/CE et ses modifications ultérieures. Le processus continu de libéralisation s’est traduit par une réduction progressive des services postaux du secteur réservé. La plupart des États membres devaient parvenir à une libéralisation complète de leurs secteurs postaux pour le 1er janvier 2011, même si certains se sont vu accorder un délai supplémentaire de deux ans.

Le groupe des régulateurs européens dans le domaine des services postaux a été créé en août 2010 par la Commission européenne. Il conseillera et assistera la Commission européenne et sa création devrait renforcer la coopération entre les autorités de régulation nationales et contribuer ainsi à développer des bonnes pratiques.

Voir aussi

Informations supplémentaires Eurostat

Publications

Base de données

Prestataires du service universel (post_ps)

Méthodologie / Métadonnées

Sources des données pour les tableaux et graphiques (MS Excel)

Autres informations

  • Directive 97/67/CE du 15 décembre 1997 concernant des règles communes pour le développement du marché intérieur des services postaux de la Communauté et l’amélioration de la qualité du service.
  • Directive 2002/39/CE du 10 juin 2002 modifiant la directive 97/67/CE en ce qui concerne la poursuite de l’ouverture à la concurrence des services postaux de la Communauté.
  • Directive 2008/6/CE du 20 février 2008 modifiant la directive 97/67/CE en ce qui concerne l’achèvement du marché intérieur des services postaux de la Communauté.

Liens externes