Statistiques sur l’économie numérique et la société numérique au niveau régional


Données extraites en mars 2018.

Mise à jour prévue de l’article: novembre 2019.

Points clés

Tous les ménages du Flevoland (Pays-Bas) et de Mellersta Norrland (Suède) disposaient d’un accès à haut débit à leur domicile.

Plus de trois quarts de l’ensemble des adultes (entre 16 et 74 ans) vivant dans la région de Hovedstaden (Danemark), dans la province de Weest-Vlaanderen (Belgique), à Stockholm et dans la région de Mellersta Norrland (Suède) et au pays de Galles (Royaume-Uni) utilisaient les réseaux sociaux.

Source: Eurostat

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) touchent de nombreux aspects de la vie quotidienne, tant sur le lieu de travail qu’à domicile, par exemple lorsque les citoyens communiquent, se tiennent informés de l’actualité, interagissent avec les pouvoirs publics, font des achats en ligne ou se divertissent. Néanmoins, afin de pouvoir tirer parti de l’évolution technologique, les citoyens ont besoin d’une connexion internet rapide et fiable (qu’elle soit fixe ou mobile).

Article complet

Beaucoup considèrent l’accès aux TIC comme un élément fondamental pour améliorer à la fois les niveaux de productivité et la compétitivité des régions. Les TIC peuvent offrir une plus grande flexibilité dans les environnements de travail (par exemple, en permettant aux personnes de travailler depuis leur domicile ou depuis d’autres endroits éloignés) tout en offrant un large éventail de possibilités pour rester en contact avec ses collègues, sa famille et ses amis. Ces évolutions ont donné lieu à de nouvelles dimensions de la participation non seulement économique, mais également sociale et politique, ce qui a engendré de nouveaux procédés de travail, de socialisation et de partage d’informations, libres de contraintes géographiques.

L’internet et les technologies numériques transformant le monde, les innovations des TIC offrent un grand nombre de nouvelles opportunités commerciales susceptibles de soutenir la compétitivité, les emplois et la croissance économique future. Ce nouveau monde numérique, l’internet des objets, que l’on retrouve dans presque tout les aspects de la société, pourrait offrir des outils pouvant s’appliquer à un ensemble d’objectifs stratégiques de l’Union européenne (UE) dans des domaines aussi divers que la santé, la sécurité, le climat, les transports, l’énergie ou la modernisation du secteur public.

Bien que l’internet constitue un élément presque constant de la vie quotidienne de nombreux Européens, certains pans de la population demeurent exclus du monde numérique. Dans la mesure où une part croissante de nos tâches sont exécutées exclusivement en ligne, les compétences numériques deviennent un moyen de plus en plus important permettant à tout un chacun de participer à la société numérique.

Cet article met l’accent sur les aspects géographiques de cette fracture numérique, présentant des statistiques pour les régions de niveau NUTS 2 et par degré d’urbanisation. Les informations présentées incluent les sujets suivants: la proportion de ménages disposant d’un accès à haut débit à domicile; la part de la population qui utilise quotidiennement l’internet, les réseaux sociaux, les services bancaires en ligne ou les appels téléphoniques et vidéo en ligne. Cet article se termine par des informations sur le commerce électronique.

Pour en savoir plus:

La publication en ligne d’Eurostat, Digital economy & society in the EU — a browse through our online world in figures (en anglais) — édition 2018, est disponible: ici (en anglais)


Accès à haut débit

Les méthodes les plus communes d’accès à l’internet à haut débit sont celles de la ligne numérique d’abonné (DSL) ou du câble (fibre): la première est disponible presque partout dans l’Union; les services passant par le câble (haute vitesse) sont moins répandus et parfois réservés aux zones plus densément peuplées, ce qui explique, du moins en partie, pourquoi l’accès à l’internet est moindre dans les zones rurales.

La stratégie numérique pour l’Europe fixe deux objectifs en matière de vitesses d’accès à haut débit, à savoir que tous les citoyens de l’UE devraient bénéficier d’une connexion de 30 Mb/s d’ici à 2020, tandis que la moitié des ménages devraient être en mesure de souscrire à un service de 100 Mb/s d’ici la même échéance. La part des ménages bénéficiant d’un accès à haut débit est étroitement liée aux investissements dans les infrastructures et, dans certains cas, les forces du marché ne génèrent pas toujours des résultats socialement souhaitables, des initiatives de financement public étant parfois nécessaires pour garantir l’expansion des services à haut et très haut débit dans les régions rurales et périphériques. Dans cette optique, la Commission européenne a publié un ensemble de lignes directrices pour l’application des règles relatives aux aides d’État dans le cadre du déploiement rapide des réseaux de communication à haut débit en 2013.

Dans chaque région de l’UE, plus de la moitié des ménages avaient un accès à haut débit à leur domicile

La carte 1 montre la proportion de ménages bénéficiant d’un accès à haut débit à leur domicile en 2017; dans l’ensemble de l’UE-28, ce chiffre s’élevait à 85 % en moyenne. Lors de l’analyse des résultats par région de niveau NUTS 2, les taux d’accès à haut débit oscillaient entre 55 et 100 %. Il convient de noter que les données concernant l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni ne sont présentées que pour les régions de niveau NUTS 1.

En 2017, la proportion la plus faible de ménages bénéficiant d’un accès à haut débit a été enregistrée dans la région française d’outre-mer de La Réunion, les taux d’accès étant supérieurs d’environ deux points de pourcentage dans la région de Severozapaden (qui affichait le PIB par habitant le plus faible de l’UE). À l’autre bout du classement, les taux d’accès à haut débit les plus élevés ont été enregistrés dans les régions de Mellersta Norrland (Suède; données peu fiables) et du Flevoland (Pays-Bas), bénéficiant toutes deux de couverture à haut débit totale. Des pourcentages de 98 % ou 99 % ont été enregistrés dans sept autres régions néerlandaises et dans la région abritant la capitale finlandaise d’Helsinki-Uusimaa.

Au moins neuf ménages sur dix bénéficiaient d’un accès à haut débit dans 50 régions différentes de l’UE en 2017 (comme le montre la teinte la plus foncée sur la carte 1). Ces régions étaient concentrées dans les États membres nordiques, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Luxembourg (une seule région à ce niveau d’analyse), bien que deux autres régions aient affiché des pourcentages d’au moins 90 %: Southern and Eastern (Irlande) et Steiermark (sud de l’Autriche). Les taux les plus élevés de ménages bénéficiant d’un accès à haut débit dans les régions de l’est de l’UE ont été enregistrés dans les régions abritant les capitales de Közép-Magyarország (Hongrie) et de Praha (République tchèque), affichant toutes deux des pourcentages de 89 %, qui étaient similaires au pourcentage enregistré dans la Comunidad de Madrid, qui présentait la part la plus élevée dans les régions du sud de l’UE.
Carte 1: Proportion de ménages bénéficiant d’un accès à haut débit à leur domicile, par région NUTS 2, 2017
(en pourcentage de l’ensemble des ménages privés)
Source: Eurostat (isoc_r_broad_h) et (isoc_ci_it_h)

Activités et utilisation de l’internet

Bien qu’au début, l’accès à l’internet était principalement limité aux personnes qui travaillaient sur un ordinateur de bureau ou en possédaient un, les progrès technologiques (et commerciaux) ultérieurs ont conduit à pouvoir utiliser une gamme plus étendue d’appareils pour accéder à l’internet. Ces progrès signifiaient que les personnes n’étaient plus limitées à un ordinateur de bureau et que l’accès à l’internet mobile devenait une norme, entraînant ainsi une expansion de l’utilisation de l’internet.

Les proportions les plus élevées de personnes utilisant quotidiennement l’internet ont été enregistrées dans des régions des Pays-Bas et dans les États membres nordiques

Un utilisateur de l’internet est une personne utilisant l’internet de quelque façon que ce soit: à son domicile, sur son lieu de travail ou depuis n’importe quel autre endroit; pour des raisons privées ou professionnelles; quel que soit l’équipement (ordinateur, ordinateur portable, netbook ou tablette, smartphone, console de jeux ou liseuse) ou le type d’accès utilisé. En 2017, un peu moins des trois quarts (72 %) de la population de l’UE-28 (entre 16 et 74 ans) utilisait l’internet quotidiennement, au cours des trois mois précédant l’enquête. Lors de l’analyse des résultats par région de niveau NUTS 2, la part de la population utilisant l’internet quotidiennement oscillait entre 40 et 95 %. Il convient de noter une fois de plus que les données concernant l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni ne sont présentées que pour les régions de niveau NUTS 1.

En observant de plus près l’utilisation quotidienne de l’internet, on constate d’importantes disparités entre les États membres. Ces différences respectent souvent une certaine logique géographique, les États membres du nord et de l’ouest enregistrant généralement une utilisation plus fréquente de l’internet que les États membres du sud ou de l’est, répétant ainsi les tendances déjà observées pour l’accès à haut débit des ménages. En 2017, moins de 60 % des adultes (entre 16 et 74 ans) utilisaient quotidiennement l’internet dans 30 régions de l’UE, comme le montre la teinte la plus claire sur la carte 2. Ces régions se situaient principalement en Roumanie, en Bulgarie, en Grèce, en France, dans le sud de l’Italie et au Portugal. Les cinq parts les plus faibles d’utilisateurs quotidiens de l’internet dans les régions de l’UE concernaient toutes la Roumanie, la proportion la plus faible ayant été enregistrée dans le nord-est (40 %). Les régions abritant les capitales de Yugozapaden et Bucuresti-Ilfov étaient les seules régions de Bulgarie et de Roumanie où au moins 60 % de l’ensemble des adultes utilisait l’internet quotidiennement. Toutes les régions françaises sauf une affichant des parts relativement faibles d’utilisateurs quotidiens de l’internet étaient des régions insulaires (la Corse, la Martinique, La Réunion et la Guadeloupe); l’exception concernait la Franche-Comté, une région continentale de l’est. À l’inverse, toutes les régions continentales du Portugal sauf une affichaient une proportion d’utilisateurs quotidiens de l’internet inférieure à 60 %. Outre la région abritant la capitale de l’Área Metropolitana de Lisboa, les deux autres régions portugaises affichant les parts les plus élevées d’utilisateurs quotidiens de l’internet étaient les Regiões Autónomas dos Açores e da Madeira.

À l’autre bout du classement se trouvaient 19 régions de l’UE où au moins neuf adultes sur dix utilisaient l’internet quotidiennement. En 2017, la proportion d’utilisateurs quotidiens de l’internet la plus élevée (95 %) a été enregistrée dans la région néerlandaise du Flevoland (où tous les ménages disposaient d’un accès à haut débit). Le Flevoland était l’une des huit régions des Pays-Bas où au moins 90 % des adultes utilisaient l’internet quotidiennement. C’était également le cas pour cinq régions en Suède, trois au Danemark et une en Finlande, ce qui confirme la propension relativement élevée à utiliser l’internet dans les États membres nordiques. Le Luxembourg (une seule région à ce niveau de détail) et le South East (Royaume-Uni; une région de niveau NUTS 1) se sont ajoutés à ce groupe de 19 régions.
Carte 2: Proportion d’utilisateurs quotidiens de l’internet, par région NUTS 2, 2017
(en pourcentage des personnes âgées de 16 à 74 ans; sur la base de la fréquence d’utilisation au cours des trois mois précédant l’enquête)
Source: Eurostat (isoc_r_iuse_i) et (isoc_ci_ifp_fu)

Réseaux sociaux

La proportion de la population de l’UE-28 utilisant régulièrement l’internet approchant de la saturation, les décideurs politiques ont tourné leur attention vers les types d’activités qu’effectuent les Européens sur l’internet. L’utilisation d’un appareil mobile (tel qu’un smartphone ou une tablette) pour accéder à l’internet hors du domicile ou du lieu de travail a augmenté considérablement, pour compléter ou remplacer les connexions fixes plus traditionnelles. Cette évolution a entraîné des changements dans la manière dont les personnes utilisent l’internet. Il convient de se rappeler que les premières boutiques d’applications ayant eu un succès commercial ont été lancées sur l’internet il y a seulement dix ans.

L’un des passe-temps les plus populaires de nombreux utilisateurs de l’internet est l’utilisation des réseaux sociaux. Plus de la moitié (54 %) de la population adulte de l’UE-28 (entre 16 et 74 ans) a utilisé les réseaux sociaux au cours des trois mois précédant la dernière enquête réalisée en 2017, par exemple en utilisant des sites tels qu’Instagram, Facebook ou Twitter. La propension à utiliser ces services est étroitement liée à l’âge, une proportion nettement supérieure de jeunes utilisant les réseaux sociaux. Les jeunes sont également plus enclins à changer de services, si leurs amis adoptent de nouvelles applications et de nouvelles manières d’échanger des informations les uns avec les autres.

Les régions de l’UE utilisant le plus les réseaux sociaux étaient principalement situées en Belgique, dans les États membres nordiques et au Royaume-Uni

La carte 3 montre les tendances régionales en matière d’utilisation des réseaux sociaux. Il convient de noter une fois de plus que les informations concernant l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni ne sont présentées que pour les régions de niveau NUTS 1. En 2017, au moins 70 % de la population adulte utilisait les réseaux sociaux dans 28 régions de l’UE. La plupart de ces régions étaient concentrées en Belgique, dans les États membres nordiques et au Royaume-Uni, Malte (une seule région à ce niveau d’analyse) et la région abritant la capitale néerlandaise de Noord-Holland constituant les deux seules exceptions. La proportion la plus élevée d’adultes utilisant les réseaux sociaux a été enregistrée dans la région de Mellersta Norrland (85 %; données peu fiables), l’une des deux régions de l’UE où l’ensemble des ménages disposait d’un accès à haut débit. Elle était suivie par la région abritant la capitale danoise de Hovedstaden (79 %) et trois régions ayant chacune enregistré une proportion de 76 %, à savoir la province de West-Vlaanderen (Belgique), Stockholm (Suède) et le pays de Galles (Royaume-Uni). Il est intéressant de noter qu’au Royaume-Uni, les proportions les plus élevées de personnes utilisant les réseaux sociaux ont été enregistrées au pays de Galles, en Écosse, dans le Yorkshire And The Humber et dans le North West, tandis que dans le sud-est de l’Angleterre et en Irlande du Nord, les proportions de la population utilisation les réseaux sociaux étaient moindres, bien que ces taux restaient supérieurs à la moyenne de l’UE-28.

Contrairement aux informations présentées sur les deux premières cartes, certains des niveaux les plus élevés d’utilisation des réseaux sociaux ont été enregistrés dans l’est et le sud de l’Europe, par exemple à Malte (déjà mentionné ci-dessus) ou dans les régions de Közép-Dunántúl et Közép-Magyarország (Hongrie) et de l’Área Metropolitana de Lisboa (Portugal). Dans ces quatre régions, au moins 65 % de la population adulte utilisait les réseaux sociaux en 2017.

À l’autre bout du classement, l’incidence de l’utilisation des réseaux sociaux a chuté à moins de 40 % dans plusieurs régions de France, deux régions d’Italie et une région d’Allemagne. Avec la région française d’outre-mer de La Réunion (qui affichait le pourcentage le plus faible de l’UE, avec 34 %), quatre régions continentales françaises comptaient moins de deux adultes sur cinq utilisant les réseaux sociaux en 2017. Il s’agissait de régions essentiellement rurales (Basse-Normandie, Poitou-Charentes, Limousin et Provence-Alpes-Côte d’Azur) et toutes ces régions étant des destinations de retraite prisées. Les seules autres régions de l’UE où moins de 40 % de la population adulte utilisait les réseaux sociaux étaient Calabria et les Puglia dans le sud de l’Italie et Brandenburg (qui entoure Berlin) en Allemagne.
Carte 3: Proportion d’utilisateurs des réseaux sociaux, par région NUTS 2, 2017
(en pourcentage des personnes âgées de 16 à 74 ans; sur la base de l’utilisation au cours des trois mois précédant l’enquête)
Source: Eurostat (isoc_r_iuse_i) et (isoc_bde15cua)

Services bancaires en ligne

Les services bancaires en ligne sont définis comme l’accès en ligne à des informations bancaires et la réalisation de opérations électroniques avec une banque, de paiements ou de virements. La proportion de personnes utilisant les services bancaires en ligne peut refléter, entre autres: la disponibilité de plates-formes de services bancaires en ligne; la confiance du consommateur envers les services bancaires en ligne; la facilité avec laquelle les consommateurs peuvent se rendre à la succursale bancaire locale.

Les services bancaires en ligne étaient particulièrement populaires parmi les personnes vivant dans les régions abritant la capitale du Danemark, de la Finlande et de la Suède

La proportion de personnes utilisant les services bancaires en ligne était légèrement inférieure à la proportion de personnes utilisant les réseaux sociaux, le pourcentage d’adultes (de 16 à 74 ans) dans l’UE-28 utilisant les services bancaires en ligne au cours des trois mois précédant l’enquête en 2017 étant de 51 %. La carte 4 montre certaines tendances claires dans la mesure où une part très élevée des personnes utilisant les services bancaires en ligne a été observée dans les États membres nordiques et du Benelux, ainsi qu’en Estonie (une seule région à ce niveau d’analyse) et dans plusieurs régions dans le sud du Royaume-Uni (les informations sont présentées pour les régions de niveau NUTS 1). Les trois proportions les plus élevées ont été enregistrées dans les régions nordiques abritant une capitale suivantes: Hovedstaden (93 %), Helsinki-Uusimaa (92 %) et Noord-Holland (91 %). Syddanmark (Danemark), Drenthe et Groningen (Pays-Bas), et Övre Norrland (Suède) étaient les seules autres régions de l’UE où au moins 9 personnes sur 10 utilisaient les services bancaires en ligne en 2017.

À l’inverse, moins d’un adulte sur 10 utilisait les services bancaires en ligne en 2017 dans 11 régions de l’UE, toutes situées en Bulgarie ou en Roumanie. Les pourcentages les plus faibles ont été enregistrés dans les régions de Yuzhen tsentralen (Bulgarie) et de Sud-Vest Oltenia (Roumanie), tout au plus un adulte sur 50 utilisant les services bancaires en ligne dans ces deux régions. Outre les régions bulgares et roumaines, la part de la population adulte utilisant les services bancaires en ligne était également relativement faible (moins de 25 %) dans toutes les régions grecques sauf une, la région abritant la capitale d’Attiki (les informations sont présentées pour les régions de niveau NUTS 1) et dans la région de Norte au Portugal.
Carte 4: Proportion d’utilisateurs des services bancaires en ligne, par région NUTS 2, 2017
(en pourcentage des personnes âgées de 16 à 74 ans; sur la base de la fréquence d’utilisation au cours des trois mois précédant l’enquête)
Source: Eurostat (isoc_r_iuse_i) et (isoc_bde15cbc)

Appels téléphoniques ou vidéo en ligne

Téléphoner en utilisant l’internet constitue un mode de communication relativement peu coûteux. La communication vocale sur protocole Internet et la téléphonie peer-to-peer sont devenues des méthodes importantes pour effectuer des appels (gratuitement) par internet (ou vers des lignes fixes/mobiles grâce à du crédit prépayé). Ces services ont ensuite évolué pour offrir également une communication visuelle, profitant souvent des caméras web intégrées pour effectuer des appels vidéo. Ces caractéristiques sont généralement rendues disponibles grâce à l’installation d’un programme/d’une application (comme Skype, Facetime ou WhatsApp).

Près de deux tiers des personnes vivant dans les villes en Bulgarie et en Lettonie avaient recours aux appels téléphoniques ou vidéo en ligne

Le graphique 1 montre la proportion de personnes qui ont recours aux appels téléphoniques ou vidéo en ligne, par degré d’urbanisation. Dans l’UE-28, près de 4 adultes sur 10 (âgés de 16 à 74 ans) ont eu recours aux appels téléphoniques ou vidéo en ligne au cours des trois mois précédant l’enquête en 2017. L’utilisation de ces services était plus élevée chez les personnes vivant dans les villes (43 %) que chez les personnes dans les villes moins peuplées et banlieues (38 %) ou dans les zones rurales (33 %).

Cette tendance a également été observée dans la grande majorité des États membres de l’Union, les personnes vivant dans les villes représentant l’utilisation la plus importante des appels téléphoniques ou vidéo en ligne et les personnes vivant dans les zones rurales représentant les taux les plus faibles. Au Royaume-Uni, une proportion relativement élevée de personnes vivant dans les zones rurales (par rapport aux personnes vivant dans les villes moins peuplées et banlieues) utilisaient ces services, tandis que les îles méditerranéennes de Chypre et de Malte affichaient toutes deux des tendances différentes: pour la première, la plus grande propension à utiliser les appels téléphoniques ou vidéo en ligne a été enregistrée pour les personnes vivant dans les villes moins peuplées et banlieues tandis que pour la dernière, ces services étaient plus souvent utilisés par des personnes vivant dans les zones rurales.

Bien que la souscription à de nombreux services et activités sur internet était assez faible dans les États membres de l’est de l’Union, une tendance différente apparaît en ce qui concerne le recours aux appels téléphoniques ou vidéo en ligne. Près de deux tiers des personnes vivant dans les villes en Bulgarie utilisaient ces services (64 % pour les deux), ce qui représentait le deuxième taux conjoint le plus élevé (avec la Lituanie) dans les États membres de l’Union, derrière les citadins danoise (68 %). À l’inverse, le recours aux appels téléphonique ou vidéo en ligne était particulièrement faible en Italie, en France et en Espagne (indépendamment de la région où les personnes vivaient).
Graphique 1: Proportion de personnes ayant recours aux appels téléphoniques ou vidéo en ligne, par degré d’urbanisation, 2017
(en pourcentage des personnes âgées de 16 à74 ans; sur la base de la fréquence d’utilisation au cours des trois mois précédant l’enquête)
Source: Eurostat (isoc_ci_ac_i)

Commerce électronique

Le commerce électronique facilite la comparaison des différentes offres de détail pour le consommateur et lui permet de faire des achats sans quitter son domicile. En effet, certains secteurs/détaillants traditionnels subissent de plus en plus de pressions, comme le démontre une série de fermetures de magasins ayant une grande notoriété.

Aux fins de la présente publication, le commerce est défini comme étant l’achat et la vente de biens ou de services par l’intermédiaire d’opérations électroniques, notamment la commande de biens ou de services via l’internet (le paiement et la livraison finale du bien ou la prestation du service peuvent avoir lieu en ligne ou hors ligne; les commandes par courriel rédigé manuellement sont exclues). Les statistiques sur le commerce électronique incluent l’achat de biens tels que les livres, les DVD, les courses, les vêtements et les appareils électriques/électroniques, ainsi que l’achat de services tels que les services de diffusion de musique et vidéos, les réservations de voyages et d’hébergements ou les tickets de loterie.

Les personnes habitant dans East of England, South West et le South East (trois régions du sud du Royaume-Uni) avaient la plus grande propension à utiliser le commerce électronique

En ce qui concerne les services bancaires en ligne, le choix d’une personne d’utiliser ou non fréquemment le commerce électronique est une question de confiance. En 2017, 57 % de la population de l’UE-28 âgée de 16 à 74 ans a indiqué avoir effectué des achats de biens ou de services en ligne au cours des 12 mois précédant l’enquête.

Sur la base d’une analyse des résultats de l’enquête de 2017 par région de niveau NUTS 2, la propension des individus à avoir recours au commerce électronique oscillait entre 11 et 88 %. Il convient de noter que les données concernant l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni ne sont présentées que pour les régions de niveau NUTS 1. Au moins quatre adultes sur cinq ont eu recours au commerce électronique au cours des 12 mois précédant l’enquête de 2017 dans 23 régions de l’UE, comme le montre la teinte la plus foncée sur la carte 5. Parmi ces régions, l’utilisation la plus importante du commerce électronique a été enregistrée dans les régions du sud du Royaume-Uni, au moins 85 % des individus utilisant le commerce électronique dans East of England, South West et South East (où un record de 88 % a été enregistré). Outre huit régions du Royaume-Uni, la propension à avoir recours au commerce électronique concernait également au moins 80 % de la population adulte dans six régions suédoises sur huit, quatre régions des Pays-Bas, deux régions aussi bien au Danemark qu’en Allemagne, ainsi qu’au Luxembourg (une seule région à ce niveau de détail). À l’inverse, toutes les régions de Bulgarie et de Roumanie ont indiqué que moins de 30 % de leur population adulte effectuait des achats de biens et de services en ligne (comme le démontre la teinte la plus claire sur la carte 5). Venaient ensuite 11 autres régions, une majorité desquelles (six régions) étaient situées dans le sud de l’Italie, tandis que deux régions étaient situées en Croatie et au Portugal, et une seule région en Grèce.

Le commerce électronique est susceptible de reconfigurer la consommation, par exemple en élargissant le choix des consommateurs et en baissant les prix dans les régions reculées de l’UE, tout en évitant aux individus de devoir parcourir de longues distances pour acheter des articles spécifiques. Il est intéressant de noter qu’une proportion relativement importante de la population a eu recours au commerce électronique dans plusieurs régions rurales, insulaires et peu peuplées de l’UE. Par exemple, en Suède (où le commerce électronique était globalement courant), certaines des proportions les plus élevées de personnes ayant recours au commerce électronique ont été enregistrées à Mellersta Norrland (données peu fiables) et à Övre Norrland. De même, en Grèce et au Portugal (où le commerce électronique était globalement moins fréquent), certaines des proportions les plus élevées de personnes ayant recours au commerce électronique ont été enregistrées dans la région de Nisia Aigaiou et Kriti ou dans la région d’Alentejo et la Região Autónoma da Madeira, d’autres régions essentiellement rurales.
Carte 5: Proportion de personnes ayant recours au commerce électronique, par région NUTS 2, 2017
(en pourcentage des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_r_blt12_i) et (isoc_ec_ibuy)

Selon l’enquête de 2017, un peu moins d’un tiers (31 %) de la population adulte de l’UE-28 (de 16 à 74 ans) a eu recours aux services sur internet pour réserver des voyages et/ou des hébergements de vacances en ligne au cours des 12 mois précédant l’enquête. Le graphique 2 montre que le pourcentage de personnes ayant recours à ces services était considérablement plus élevé dans les villes (37 %) que dans les villes moins peuplées et banlieues (29 %) ou les zones rurales (24 %).

Le marché était particulièrement développé pour ces services dans les régions occidentales de l’UE, plus de la moitié de la population adulte du Danemark, du Luxembourg, de la Suède, du Royaume-Uni et des Pays-Bas utilisant ces services. Une analyse par degré d’urbanisation révèle que les citoyens ont enregistré la propension la plus élevée de recours aux services sur internet pour réserver des voyages et/ou des hébergements de vacances dans la grande majorité des États membres de l’Union. Les seules exceptions étaient le Royaume-Uni (où le pourcentage le plus élevé a été enregistré pour les personnes vivant dans les zones rurales) et Malte (où le pourcentage le plus élevé a été enregistré pour les personnes vivant dans les villes moins peuplées et banlieues).
Graphique 2: Proportion de personnes ayant recours aux services sur internet pour réserver des voyages et/ou des hébergements de vacances, par degré d’urbanisation, 2017
(en pourcentage des personnes entre 16 et 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_ec_ibuy)


Source des données pour les graphiques et cartes

Sources des données

Les enquêtes européennes en matière de TIC visent à produire en temps utile des statistiques portant sur l’utilisation des TIC par les particuliers et les ménages. Nombre de ces statistiques sont utilisées dans le cadre de l’évaluation comparative pour l’Europe numérique digital scoreboard (en anglais). Les statistiques de l’Union sur l’utilisation des TIC sont fondées sur le règlement (CE) nº 808/2004 concernant les statistiques communautaires sur la société de l’information. Ce règlement concerne les statistiques sur l’utilisation des TIC dans les entreprises, dans les ménages et par les particuliers. Seul ce dernier volet est présenté dans le présent article. Depuis 2005, des règlements d’exécution de la Commission européenne ont été adoptés chaque année: en indiquant des domaines d’intérêt spécifiques en vue de la collecte de données, les décideurs peuvent avoir accès à des données pour mesurer l’incidence des nouvelles technologies et des nouveaux services dans ce domaine en constante évolution.

L’unité statistique pour les données régionales liées aux TIC est soit le ménage, soit le particulier. La population des ménages comprend tous les ménages dont au moins un membre est âgé de 16 à 74 ans. La population des particuliers comprend tous les particuliers âgés de 16 à 74 ans. Les questions relatives à l’accès aux TIC s’adressent au ménage dans son ensemble, tandis que les questions portant sur l’utilisation des TIC s’adressent individuellement aux membres du ménage.

De manière générale, les données présentées ont été collectées lors du deuxième trimestre de l’année de l’enquête (2017). Des données agrégées pour l’UE-28 sont compilées lorsque les informations disponibles pour les États membres représentent au moins 60 % de la population de l’Union et au moins 55 % de l’ensemble des 28 États membres pays de l’Union. Si de nouvelles données nationales deviennent disponibles, elles sont incluses dans l’agrégat révisé. Par conséquent, ces statistiques peuvent faire l’objet d’une révision afin de refléter la disponibilité de nouvelles statistiques.

De manière générale, les statistiques régionales sur les TIC pour les États membres de l’Union sont disponibles pour les régions de niveau NUTS 2. Cependant, les dernières données disponibles concernant l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni ne sont présentées que pour les régions de niveau NUTS 1.

Pour en savoir plus:

Économie et société numériques

Méthodologie

Contexte

En mai 2015, la Commission européenne a adopté une stratégie pour le marché unique numérique [COM(2015) 192 final], qui est l’une de ses dix grandes priorités stratégiques pour la période 2015-2019. La stratégie couvre trois grands piliers: promouvoir un meilleur accès en ligne aux biens et services dans toute l’Europe; concevoir un environnement optimal pour le développement des réseaux et services numériques; s’assurer que l’économie et l’industrie européennes exploitent pleinement l’économie numérique en tant que moteur potentiel de croissance. Dans ce domaine, les travaux visaient, entre autres, à: améliorer les règles visant à faciliter le commerce électronique transfrontière; livrer des colis de manière plus efficace et plus abordable; mettre un terme au blocage géographique mis en place par les vendeurs en ligne pour des raisons commerciales; lancer une enquête sur la concurrence antitrust pour le commerce électronique dans l’UE; formuler des propositions afin de moderniser les règles en matière de droit d’auteur pour accroître l’accès en ligne au contenu; ou réduire la TVA.

À la fin de 2015, la Commission européenne a publié un cadre intitulé «Monitoring the Digital Economy and Society 2016-2021 (en anglais). Ce document décrit les principales évolutions politiques, énonce les principales exigences en matière de données et introduit un tableau de bord de la stratégie numérique pour mesurer les progrès de l’économie numérique européenne.

En 2016, la Commission européenne a adopté une révision de la stratégie Un marché unique numérique; deux ans déjà, suivie en mai 2017 d’une révision à mi-parcours de la stratégie pour le marché unique numérique [COM(2017) 228 final], qui a confirmé que deux tiers des Européens estimaient que l’introduction des technologies numériques les plus récentes avait une incidence positive sur la société, l’économie et leur propre vie. Cette révision a également mis en lumière trois défis émergents:

  • veiller à ce que les plates-formes en ligne profitent toujours à l’économie et à la société en luttant contre le contenu illégal en ligne et en responsabilisant davantage les fournisseurs de plate-forme en ligne;
  • développer le plein potentiel de l’économie européenne fondée sur les données, par exemple en formulant des propositions pour la libre circulation des données non personnelles au sein de l’UE; et
  • protéger les actifs de l’Europe en s’attaquant aux défis en matière de cybersécurité, notamment un plan d’action pour les interventions d’urgence en cas de cyberincident à grande échelle.

Au niveau régional, un financement de plus de 20 milliards d’euros a été débloqué grâce au fonds européen de développement régional (FEDER) et au fonds de cohésion pour les investissements dans les TIC au cours de la période 2014-2020. Ces investissements sont principalement conçus pour soutenir l’action de la Commission européenne visant à créer un marché unique numérique. Le FEDER privilégie: l’extension du déploiement du haut débit et de la diffusion de réseaux à grande vitesse; le développement de produits et services TIC et du commerce électronique; le renforcement des applications TIC dans les domaines de l’administration en ligne, de l’apprentissage en ligne, de l’intégration par les technologies de l’information, de la culture en ligne et de la santé en ligne (télésanté). À la suite des initiatives de financement au niveau régional, plus de cinq millions de personnes supplémentaires ont été reliées au haut débit et plus de 20 mille projets TIC ont bénéficié du soutien du FEDER.

Pour en savoir plus:

Digital scoreboard (en anglais)

Accès direct à
Autres articles
Tableaux
Base de données
Section dédiée
Publications
Méthodologie
Législation
Visualisations
Liens externes






Utilisation des TIC dans les ménages et par les particuliers (t_isoc_i)
Statistiques régionales sur la société de l’information (t_isoc_reg)
Économie et société numériques régionales (t_reg_isoc)


Utilisation des TIC dans les ménages et par les particuliers (isoc_i)
Statistiques régionales sur les TIC (isoc_reg)
Économie et société numériques régionales (reg_isoc)

Les cartes peuvent être explorées de manière interactive dans le Eurostat’s statistical atlas (en anglais) — voir le user manual (en anglais).

Le présent article fait partie de la publication phare annuelle d’Eurostat, l’Annuaire régional d’Eurostat.