Statistiques sur le parc de véhicules au niveau régional

PAGE UNDER CONSTRUCTION !!!
Données de Mars 2011. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Tableaux principaux et Base de données
Carte 1: Taux de motorisation, par région NUTS 2, au 1er Janvier 2009 (¹) (nombre de voitures particulières par habitant) - Source: Eurostat (tran_r_vehst)

La politique de transport est au cœur des efforts menés en vue de réduire les inégalités régionales et renforcer la cohésion régionale. Les statistiques régionales de transport ont pour but de décrire les régions à l’aide d’une série d’indicateurs propres à ce secteur et de quantifier les flux de marchandises et de passagers entre les différentes régions, de même qu’à l’intérieur et au travers de chacune d’elles. Les statistiques régionales de transport font apparaître certaines courbes de variation entre les régions, où les variables relatives au transport sont souvent étroitement liées au niveau de l’activité économique.

Le présent chapitre comprend quatre sections principales. La première d’entre elles est consacrée au transport de voyageurs par route dans les régions d’Europe, et étudie le taux de motorisation (nombre de voitures particulières par habitant) et le rôle joué par les moyens de transport en commun (les bus, les trolleybus et les autocars, par exemple). Ce chapitre met en évidence des différences marquées dans la structure du transport de voyageurs par route entre les régions des parties occidentales et celles du centre et de l’est de l’Union européenne. La deuxième section examine le parc de véhicules de transport de marchandises dans les régions européennes et leur poids dans le nombre total des véhicules routiers, révélant les tendances régionales en matière d’infrastructures de transport et les différences entre les régions en ce qui concerne leurs caractéristiques économiques et leurs modes de transport. Les troisième et quatrième sections s’intéressent aux 20 premières régions d’Europe en termes de transports aérien et maritime de passagers et de fret, et analysent leur croissance entre 2003 et 2009.

Les données sont présentées sous forme de quatre cartes thématiques et quatre tableaux. Les graphiques sont extraits d’un ensemble plus large de statistiques régionales des transports disponibles dans les bases de données d’Eurostat.

Principaux résultats statistiques

Carte 2: Part des véhicules de transport en commun (autocars, autobus et trolleybus) dans le nombre total de véhicules routiers de transport de passagers, par région NUTS 2, au 31 Décembre 2009 (¹) (par 10 000 véhicules routiers de transport de passagers) - Source: Eurostat (tran_r_vehst)
Carte 3: Nombre total de véhicules de transport de frêt, par région NUTS 2, au 31 Décembre 2009 (¹) (1 000 véhicules) - Source: Eurostat (tran_r_vehst)
Carte 4: Part des véhicules de transport de frêt sur le nombre total de véhicules, par région NUTS 2, au 31 Décembre 2009 (¹) (%) - Source: Eurostat (tran_r_vehst)

Parc de voitures particulières, d’autobus et d’autocars

Il existe de nettes différences dans le nombre de voitures particulières par habitant (qualifié de «taux de motorisation») entre les régions de l’Union européenne. Le taux régional le plus élevé enregistré dans l’Union européenne était dix fois plus élevé que le plus bas.

Le taux de motorisation le plus élevé de l’Union européenne a été observé à Vale d’Aosta/Vallée d’Aoste en Italie, et est près de 40 % supérieur à celui de la région située au deuxième rang (Flevoland aux Pays-Bas). En 2009, 11 des 20 régions ayant les taux de motorisation les plus élevés se situaient en Italie.

De manière générale, les chiffres montrent un clivage est-ouest dans l’Union européenne, le nombre de voitures particulières par habitant immatriculées dans les régions d’Europe occidentale étant supérieur aux nombres relevés dans les régions d’Europe centrale et orientale. Le Danemark, l’Irlande et la Grèce font toutefois exception (sauf pour la région Attiki autour d’Athènes), avec des taux de motorisation relativement bas. En Europe centrale et orientale, la République tchèque, la Lituanie et certaines régions de Pologne enregistraient des taux de motorisation relativement élevés.

Au sein de l’Union européenne, les sept régions ayant les plus petits nombres de voitures particulières par habitant étaient toutes situées en Roumanie, le chiffre le plus bas étant attribué à la région Nord-Est. Venaient ensuite Peloponnisos en Grèce, Vychodne Slovensko en Slovaquie et Inner London au Royaume-Uni.

Les taux de motorisation enregistrés dans l’Union européenne sont souvent liés à des questions économiques. Par exemple, la région de Vale d’Aosta/Vallée d’Aoste, en tête du classement, bénéficie de prix de l’essence particulièrement bas. Certaines régions proches de grandes métropoles ont aussi un nombre élevé de voitures particulières, sans doute en raison d’un grand nombre de navetteurs. C’est notamment le cas de Flevoland aux Pays-Bas, Cheshire au Royaume-Uni, Lazio en Italie et Attiki en Grèce. Plusieurs régions insulaires ont également des taux de motorisation élevés, notamment Åland en Finlande, Illes Balears en Espagne, Sicilia en Italie et Corse en France.

Le nombre de voitures particulières par habitant est calculé sur la base du parc de véhicules au 31 décembre et des chiffres de la population au 1e janvier de l’année suivante.

Il est intéressant de noter que les chiffres pour les véhicules de transport en commun tels que les autobus, les trolleybus et les autocars contrastent avec ceux mesurant les voitures particulières par habitant. La part des véhicules de transport en commun dans la totalité des véhicules routiers servant au transport de voyageurs diffère nettement entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale et orientale. Les régions d’Europe centrale et orientale enregistrent les parts de véhicules de transport en commun les plus élevées, tandis que la plupart des régions d’Europe occidentale présentent des parts beaucoup plus faibles.

Sur les 10 régions européennes ayant les plus grandes parts de véhicules de transport en commun, cinq sont roumaines, quatre sont bulgares et une est lettone. La part la plus élevée se trouve à Yugoiztochen, région qui a la plus faible densité de population en Bulgarie. Elle est suivie de la région Sud-Est en Roumanie.

Les régions d’Europe occidentale ayant les plus grandes parts de véhicules de transport en commun se trouvent toutes au Royaume-Uni. Cependant, il existe de forts contrastes entre ces régions: d’une part, on rencontre des régions faiblement peuplées, notamment Highlands & Islands, West Wales & The Valleys et Cumbria, et d’autre part, les régions urbaines densément peuplées Inner London et Liverpool.

De manière générale, le Royaume-Uni se distingue par son nombre élevé de voitures particulières par habitant tout en affichant une part relativement élevée d’autobus, trolleybus et autocars dans le nombre total de véhicules routiers pour le transport de personnes.

La part des véhicules de transport en commun est calculée pour 10 000 véhicules routiers pour le transport de personnes à la date du 31 décembre.

Parc de véhicules routiers pour le transport de marchandises

La situation est très différente quand on observe les véhicules routiers pour le transport de marchandises, pour lesquels aucune différence systématique ne peut être observée entre les régions d’Europe occidentale et orientale.

Les deux régions ayant le plus grand nombre de véhicules de transport de marchandises immatriculés sont toutes deux méditerranéennes: Andalucía et Cataluña en Espagne. Ces deux régions jouent un rôle clé dans le transport de marchandises à travers la Méditerranée occidentale, avec des liaisons de ferry directes, non seulement à destination des îles espagnoles de Ceuta et Melilla, mais également du Maroc et de l’Algérie depuis Andalucia et entre Cataluña et l’Italie.

La région affichant le troisième plus grand nombre de véhicules de transport de marchandises est Lombardia, dont la capitale Milan, est l’un des principaux centres économiques d’Italie. La situation géographique de cette région semble également jouer un rôle clé dans le besoin régional en véhicules de transport de marchandises: Lombardia, située en plein milieu des grands axes du transport international de marchandises entre l’Italie, la France, la Suisse et l’Autriche, enregistre un volume très important de transport de marchandises transalpin.

Les autres régions ayant enregistré plus d’un demi-million de véhicules de transport de marchandises sont toutes des centres économiques dominés par la capitale du pays ou une grande métropole: Île-de-France (Paris), Comunidad de Madrid, Istanbul, Mazowieckie (Warsaw), Rhône-Alpes (Lyon), Comunidad Valenciana (Valencia), Oberbayern (München) et Etelä-Suomi (Helsinki).

La part des véhicules de transport de marchandises dans l’ensemble des véhicules routiers circulant dans une région dépend d’un certain nombre de facteurs. Il s’agit notamment du système de transport régional et de son infrastructure pour les différents modes de transport de marchandises, notamment la capacité des autoroutes, les réseaux ferroviaires, les ports et les aéroports. Il s’agit également des caractéristiques économiques de la région, à savoir si l’économie régionale est centrée sur l’industrie manufacturière ou les services, et si la région est située sur les principaux axes européens de transport de marchandises.

Compte tenu de ces différences fondamentales, il existe d’énormes disparités dans la structure régionale des parcs de véhicules. La plus grande part régionale de véhicules de transport de marchandises se trouve dans la région Nordjylland au Danemark (38,6 %). Elle y est cinq fois plus élevée que dans la région affichant la plus faible part, Inner London au Royaume-Uni (7,4 %).

Les proportions les plus élevées de véhicules de transport de marchandises sont enregistrées dans les régions d’Europe du Nord: 8 des 10 régions ayant les parts de véhicules de transport de marchandises les plus élevées sont situées au Danemark ou en Finlande, preuve du rôle important joué par le transport routier dans les systèmes de transport de marchandises de ces pays. Les trois régions ayant la plus forte part de transport routier sont danoises: Nordjylland, Syddanmark et Midtjylland. Figurent ensuite, dans les 10 premières régions, quatre régions finlandaises (Åland, Pohjois-Suomi, Itä-Suomi et Länsi-Suomi), deux régions grecques (Peloponnisos et Sterea Ellada) et une autre région danoise (Sjælland).

À l’autre bout du classement, cinq des 10 régions de l’UE ayant les plus petites parts de véhicules de transport de marchandises sur l’ensemble de leurs véhicules routiers sont situées au Royaume-Uni, avec Inner London, Outer London et Merseyside (Liverpool) qui, avec Attika en Grèce (Athènes) et Liguria en Italie constituent, les cinq premières.

Sources et disponibilité des données

Eurostat collecte, compile et diffuse un large éventail d’indicateurs régionaux. Les données relatives aux infrastructures routières et ferroviaires, aux voies navigables intérieures, aux parcs de véhicules et aux accidents de la route sont actuellement collectées par les États membres et les pays candidats sur une base volontaire. Les données relatives aux transports routier, maritime et aérien de passagers et de marchandises proviennent directement d’une collecte réalisée dans le cadre d’une obligation légale. Les données relatives aux déplacements effectués par les véhicules sont tirées pour leur part d’une étude spécifique des données du transport routier.

Les indicateurs régionaux de transport peuvent être consultés sur le site internet d’Eurostat sous le thème «Transports»; ils sont également repris sous le thème «Statistiques générales et régionales». En plus des séries de données complètes, les données relatives au transport sont organisées en tableaux prédéfinis, couvrant l’infrastructure, le parc de véhicules, les parcours réalisés par route, par voie ferrée, par mer et par air et la sécurité routière (nombre de personnes tuées et blessées dans des accidents de la route). Toutes les données sont annuelles.

Les données utilisées dans les cartes et les tableaux proviennent du site internet d’Eurostat, même si tous les indicateurs calculés ne figurent pas en tant que tels sur ce site.

De plus amples informations sont également fournies dans les Statistiques d’Eurostat en matière de transports, et dans CARE, une base de données administrée par la direction générale de l’Énergie et des Transports de la Commission européenne, qui contient des données précises sur les accidents, telles que collectées par les États membres: (http://ec.europa.eu/transport/road_safety/specialist/statistics/care_reports_graphics/index_en.htm).

Les définitions exactes de toutes les variables utilisées peuvent être consultées dans le Glossaire des statistiques de transport (4e Édition) à l’adresse: (http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_OFFPUB/KS-RA-10-028/EN/KS-RA-10-028-EN.PDF).

Informations supplémentaires Eurostat

Publications

Tableaux principaux

Transport routier (t_road)

Base de données

Transport routier (road)
Matériel de transport routier - Stock de véhicules (road_eqs)

Section dédiée

Source des données pour les tableaux, graphiques et cartes (MS Excel)

Autres informations

Liens externes

Voir aussi

Références

[[Category:<Statistical article/fr|Statistiques sur le parc de véhicules au niveau régional>]]