Archive:Prix à la consommation – inflation et niveaux de prix relatifs

Données extraites en juin 2017. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données.

La version française de cet article a été archivée en septembre 2018.

For a more recent article covering its topic see Consumer prices (en anglais).

Graphique 1: IPCH tous postes, évolution du taux d'inflation annuel moyen, 2006-2016
(en %)
Source: Eurostat (prc_hicp_aind) et (prc_ipc_a)
Tableau 1: IPCH tous postes, taux d'inflation annuel moyen, 2006-2016
(en %)
Source: Eurostat (prc_hicp_aind) et (prc_ipc_a)
Graphique 2: Rubriques principales de l’IPCH, taux annuel moyen d’inflation, UE-28, 2016
(en %)
Source: Eurostat (prc_hicp_aind)
Tableau 2: Niveaux de prix relatifs, 2005-2015
(dépenses de consommation finale des ménages, y compris les impôts indirects, UE-28 = 100)
Source: Eurostat (prc_ppp_ind)
Graphique 3: Convergence des prix entre les États membres de l’UE, 2005-2015
(en %, coefficient de variation des niveaux de prix relatifs de la consommation finale des ménages, y compris les impôts indirects)
Source: Eurostat (prc_ppp_conv)

L’inflation désigne une augmentation du niveau général des prix des biens et des services dans une économie. La déflation est le phénomène inverse qui désigne une diminution du niveau général des prix. L’inflation et la déflation sont généralement mesurées à l’aide d’indices des prix à la consommation ou d’indices des prix de détail. Dans l’Union européenne (UE), un indice des prix à la consommation a été spécifiquement conçu — l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH). D’autres facteurs (comme les salaires) n’évoluant pas, en cas d’inflation dans une économie, le pouvoir d’achat des consommateurs se contracte étant donné qu’ils ne sont plus en mesure d’acheter la même quantité de biens et de services pour une même quantité d’argent.

Les parités de pouvoir d’achat évaluent les différences de niveau de prix entre les pays et peuvent être utilisées pour calculer les indices de niveaux de prix. Ceux-ci peuvent servir de point de départ pour analyser la convergence (ou divergence) des prix entre des pays ou des régions.

Principaux résultats statistiques

L’inflation: les variations de prix dans le temps

Par rapport aux tendances historiques, les indices des prix à la consommation ont augmenté à un rythme relativement faible au cours des deux dernières décennies. Par exemple, le taux d’inflation annuel moyen de l’Union (fondé sur un indice utilisant un agrégat évolutif basé sur l’inflation dans les États membres) s’est stabilisé entre 1,2 % et 2,3 % entre 1997 (le début des séries chronologiques) et 2007.

Dans la période qui a précédé la crise financière et économique mondiale et immédiatement après celle-ci, il y a eu une volatilité considérable de l'évolution des prix des denrées alimentaires et, en particulier, des prix de l'énergie, qui a entraîné une modification générale des taux d'inflation. Dans l'Union européenne, le taux d'inflation annuel moyen a atteint 3,7 % en 2008. Cependant, après des mouvements relativement marqués au cours de la période 2008-2012 (voir le graphique 1), le taux d’accroissement des prix a diminué pour atteindre 1,5 % en 2013, 0,5 % en 2014 et, en 2015, aucun changement n’a été observé (0,0 %). Les dernières informations disponibles concernent l'année 2016, au cours de laquelle le taux d'inflation de l'Union a atteint 0,3 %. Les trois derniers taux (de 2014 à 2016) ont représenté les taux d’inflation les plus faibles depuis le début des enregistrements. En outre, des taux d'inflation négatifs ont été enregistrés pendant plusieurs mois au cours de cette période (en comparaison des prix avec le même mois de l'année précédente).

La variation globale de l'IPCH dans l'Union au cours de la période 2006-2016 a été de 18,4 %, ce qui équivaut à une moyenne de 1,7 % par an. Les variations de prix aux États-Unis ont été globalement similaires, avec une hausse globale de 18,1 % au cours de la même période, avec un profil d’évolution très proche de celui observé dans l'Union européenne (voir le graphique 1).

Parmi les États membres de l'Union (voir tableau 1), la Hongrie, la Lettonie et l'Estonie ont enregistré certaines des plus fortes hausses de l'IPCH entre 2006 et 2016 (dans une fourchette située entre 39,0 % et 40,0 %), tandis que la plus forte hausse a été enregistrée en Roumanie (où l'IPCH a progressé de 43,0 %). En revanche, l'Irlande a enregistré les hausses de prix les plus faibles au cours de la même période (l'IPCH a augmenté globalement de 6,5 %).

En ce qui concerne les principales composantes de l'IPCH, les prix de l'éducation et des boissons alcoolisées et du tabac ont augmenté le plus rapidement dans l'Union au cours de la période 2006-2016 (49,0 % et 48,6 %, respectivement), tandis que le prix de l'indice agrégé couvrant le logement, l'eau et le carburant a enregistré la deuxième plus forte hausse (27,2 %). Les prix des restaurants et des hôtels, des denrées alimentaires et des boissons non alcoolisées ainsi que des biens et services divers ont également progressé à un rythme plus rapide que la moyenne de l'IPCH tous postes. En revanche, le prix des communications dans l'Union a diminué de 11,3 % au cours de la période 2006-2016, tandis que le prix des vêtements et des chaussures (1,4 %) ou des loisirs et de la culture (4,1 %) n' a quasiment pas changé.

Si l'on examine plus en détail les derniers développements, les prix de l'éducation et des boissons alcoolisées et du tabac ont continué d'augmenter à un rythme rapide entre 2015 et 2016, avec des hausses annuelles dans l'Union de 2,2 et 1,7 % respectivement, tandis que les prix des restaurants et des hôtels ont également augmenté relativement rapidement (1,8 et 1,7 % respectivement). La seule autre rubrique à enregistrer une hausse de prix supérieure à 1,0 % est celle des biens et services divers (où les prix ont augmenté de 1,3 % dans l'Union européenne). À l'autre extrémité du spectre, les prix ont baissé entre 2015 et 2016 pour le logement, l'eau et le carburant (-0,7 %) et les transports (-1,2 %).

Les indices de niveaux de prix: comparaison des niveaux de prix entre les pays

Les niveaux de prix relatifs de la consommation des ménages varient sensiblement entre les États membres de l’Union. En 2015 (données les plus récentes), ils étaient compris entre 47 en Bulgarie (UE-28 = 100) et 136 au Danemark. En d'autres termes, les niveaux de prix en Bulgarie étaient légèrement inférieurs à la moitié de la moyenne de l'UE-28, alors qu'ils dépassaient de 36 % la moyenne de l'UE-28 au Danemark (voir tableau 2).

Au cours de la décennie 2005-2015, plusieurs États membres qui ont rejoint l’Union en 2004 ou 2007 ont enregistré des augmentations substantielles dans leurs niveaux de prix relatifs (principalement la Slovaquie, la Lettonie et l’Estonie). Tel était également le cas au Luxembourg, même si le niveau moyen des prix au Luxembourg était déjà supérieur à la moyenne de l'UE-28 en 2005.

Les niveaux de prix ont convergé dans l’UE-28 jusqu’en 2008 (voir le graphique 3): le coefficient de variation des niveaux de prix relatifs a fortement baissé. Par la suite, les niveaux de prix ont quelque peu divergé au sein de l'UE-28 et cette évolution s'est poursuivie en 2015 (la dernière période de référence pour laquelle des données sont disponibles). Au sein de la zone euro (ZE-19), les niveaux de prix ont également convergé jusqu'en 2008 et ce phénomène s'est poursuivi (bien que modérément en 2009). Il s'en est suivi trois années où la convergence des prix n’a subi quasiment aucune modification, après quoi il y a eu une légère divergence des niveaux de prix entre 2013 et 2015.

Sources et disponibilité des données

L’inflation

L'IPCH est un indice élaboré pour mesurer, au fil du temps, l'évolution des prix des biens de consommation et des services acquis par les ménages dans le cadre de transactions monétaires. Certaines catégories de dépenses de consommation sont exclues de l'IPCH au motif qu'elles posent des problèmes pratiques pour la collecte des prix, qu'elles ne représentent pas des transactions monétaires ou qu'elles ne disposent pas encore d'une méthode de traitement harmonisée. Il s'agit, par exemple, des narcotiques, des logements occupés par leur propriétaire et des jeux de hasard.

Les biens et services sont classés d’après la nomenclature européenne des fonctions de consommation individuelle des ménages, adaptée au calcul des indices des prix à la consommation harmonisés (COICOP/IPCH). Au niveau le plus désagrégé actuellement disponible, Eurostat publie environ 400 sous-indices des prix à la consommation. Le taux d'inflation annuel mesure la variation de l'indice entre un mois et le même mois de l'année précédente, et le taux mensuel compare les indices entre deux mois consécutifs.

Calculés selon une approche commune et sur la base d’un ensemble unique de définitions, les indices permettent d’établir des mesures comparatives de l’évolution des prix à la consommation entre pays ainsi que pour différents groupements de pays, notamment: la zone euro, l'Union européenne et l'Espace économique européen (qui comprend les États membres de l'Union ainsi que l'Islande et la Norvège).

Il convient d’observer que ces agrégats sont des indices évolutifs; en d’autres termes, ils reflètent l’évolution dans le temps des pays les composant au moyen d’une formule d’indice-chaîne. Par exemple, la zone euro n’intègre la Lituanie qu’à partir de 2015.

Les indices des prix à la consommation harmonisés sont présentés avec une année de référence commune (actuellement 2015 = 100). Habituellement, les indices sont utilisés pour refléter l’évolution des pourcentages de hausse/baisse des prix. Bien que les taux de variation présentés dans les tableaux et graphiques de cet article soient annuels, les indices de base sont calculés et publiés mensuellement. Depuis octobre 2001, une estimation rapide du taux d’inflation de la zone euro est publiée à la fin de chaque mois de référence. Cette estimation est remplacée dans le courant du mois suivant, une fois qu’un ensemble complet de données est disponible.

Les niveaux de prix relatifs

Dans le contexte du programme conjoint d’Eurostat et de l’OCDE sur les parités de pouvoir d’achat (PPA), des enquêtes sur les prix des biens et des services achetés par les ménages sont menées à intervalles réguliers dans les États membres de l’Union, les pays de l’AELE, les pays candidats (Monténégro, ancienne République yougoslave de Macédoine, Albanie, Serbie et Turquie) et la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo.[1]. Chaque cycle comprend six enquêtes relatives à un groupe particulier de produits consommés par les ménages; à raison de deux enquêtes par an, le cycle entier est mené à bien en trois ans.

Les parités de pouvoir d’achat (PPA) sont des indicateurs des différences de niveau de prix entre les pays. Elles indiquent combien d’unités monétaires coûte une certaine quantité de biens et de services dans différents pays, éliminant ainsi les écarts de niveaux de prix entre les pays. Les PPA peuvent ainsi servir à convertir des agrégats des comptes nationaux dans des agrégats de volume comparables, par exemple pour comparer le produit intérieur brut (PIB) de différents pays sans que les différences de niveaux des prix entre ces pays n’influent sur les chiffres.

Les PPA peuvent également être utilisées pour estimer les différences de niveau de prix entre les pays. Les indices de niveaux de prix, calculés en divisant les PPA par les taux de change, peuvent être élaborés à partir de plusieurs agrégats de dépenses basés sur la classification des dépenses des comptes nationaux. Eurostat publie des informations détaillées sur les indices de niveaux de prix pour plus de 30 catégories de biens et de services. Les niveaux de prix relatifs dans les États membres de l’UE sont exprimés par rapport au niveau de prix moyen de l’UE. Si l’indice de niveau de prix d’un État membre donné est supérieur à 100, les prix dans ce pays sont en moyenne plus élevés que dans l’UE-28 dans son ensemble. À l’inverse, un indice de niveau de prix inférieur à 100 indique que les prix sont en moyenne moins élevés que dans l’ensemble de l’UE-28.

Les indices de niveaux de prix peuvent également être utilisés comme point de départ pour analyser la convergence des prix. À cette fin, on procède au calcul du coefficient de variation des indices de niveaux de prix entre plusieurs pays (par exemple, les États membres de l’UE). Un coefficient qui diminue dans le temps indique une convergence des niveaux de prix. Eurostat publie une estimation annuelle de la convergence des prix, en se basant sur l’évolution dans le temps du coefficient de variation.

Contexte

L’IPCH sert à mesurer l’inflation dans la zone euro. L’objectif principal de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) est le maintien de la stabilité des prix. La BCE a défini la stabilité des prix comme une progression annuelle de l’indice des prix à la consommation harmonisé inférieure à 2 % (mais proche de cette valeur) pour la zone euro à moyen terme.

Les IPCH sont également utilisés, entre autres, pour les besoins de la politique monétaire et pour l’évaluation de la convergence de l’inflation, requise par le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

Les PPA ont une utilité particulièrement importante en ce qu'elles permettent à la Commission européenne d’établir la liste des régions pouvant bénéficier des Fonds structurels européens et de déterminer le montant à allouer à chacune d’entre elles. L’un des critères d’attribution de ces fonds repose sur le PIB converti en PPA, puis exprimé en standards de pouvoir d’achat par habitant.

Voir aussi

Informations supplémentaires Eurostat

Visualisation des données

Principaux tableaux

Base de données

IPCH (2015 = 100) - données mensuelles (index) (prc_hicp_midx)
IPCH (2015 = 100) - données mensuelles (taux de change annuel) (prc_hicp_manr)
IPCH (2015 = 100) - données mensuelles (taux de change mensuel) (prc_hicp_mmor)
IPCH (2015 = 100) - données mensuelles (taux de change moyen sur 12 mois) (prc_hicp_mv12r)
IPCH (2015 = 100) - données annuelles (indice moyen et taux de variation) (prc_hicp_aind)
IPCH - Pondération des pays (prc_hicp_cow)
IPCH - Pondération des indices (prc_hicp_inw)
Parités de pouvoirs d'achats (PPA) et indices comparatifs au niveau des prix des agrégats du SEC 2010 (prc_ppp_ind)
Indicateur de convergence des prix (coefficient de variation des indices comparatifs au niveau des prix pour la consommation finale des ménages en %) (prc_ppp_conv)

Section dédiée

Méthodologie / Métadonnées

Source des données pour les tableaux et graphiques (MS Excel)

Autres informations

Liens externes

Références

  1. Cette désignation est sans préjudice des positions concernant le statut du Kosovo et est conforme à la résolution 1244/1999 du Conseil de sécurité des Nations unies et à l’avis de la Cour internationale de justice relatif à la déclaration d’indépendance du Kosovo