Statistiques du chômage au niveau régional

Données extraites en avril 2018. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données.

Cet article donne un aperçu des taux de chômage régionaux dans les 276 régions NUTS 2013 de l'Union européenne (UE) en 2017, calculés par Eurostat sur la base de données issues de l'Enquête communautaire sur les forces de travail.

Carte 1: Taux de chômage dans les régions en 2017
Source: Eurostat
Graphique 1: Taux de chômage régional dans les Etats membres en 2017 (%)
Source: Eurostat
Tableau 1: Régions ayant les taux de chômage les plus élevés et les plus faibles en 2017 (en %)
Source: Eurostat
Tableau 2: Régions ayant la part de chômage de longue durée la plus faible et la plus élevée en 2017, (en %)
Source: Eurostat

Plus de 80 % des régions NUTS 2 que compte l’Union européenne (UE) ont vu leur taux de chômage des personnes âgées de 15 à 74 ans diminuer en 2017 par rapport à 2016 et environ 60 % ont enregistré un recul d’au moins 0,5 point de pourcentage. Toutefois, les taux de chômage régionaux sont toujours marqués par de fortes disparités entre régions de l’UE. Les taux les plus faibles ont été enregistrés dans la région de Praha (1,7 %) en République tchèque et Trier (2,0 %) en Allemagne, suivies par les régions de la République tchèque Střední Čechy et Jihozápad ainsi que par les régions allemandes Niederbayern et Mittelfranken (2,1 % chacune). À l’autre extrémité de l’échelle, les taux de chômage les plus élevés ont été relevés à Dytiki Makedonia (29,1 %) en Grèce, Ciudad Autónoma de Melilla (27,6 %) en Espagne, Dytiki Ellada en Grèce et Extremadura en Espagne (26,3 % chacune), Mayotte (25,9 %), département français d'outre-mer, et Andalucía (25,5 %) en Espagne.

Principaux résultats statistiques

Environ 20 % des régions de l’UE avec un taux de chômage inférieur de moitié au moins à la moyenne de l'UE

Parmi les 275 régions de l’UE pour lesquelles les données sont disponibles, 56 affichaient un taux de chômage de 3,8 % ou moins en 2017, soit la moitié du taux moyen de l’UE (7,6 %). Elles comprenaient vingt-et-une régions d’Allemagne, treize du Royaume-Uni, six situées en Hongrie ainsi qu'en Autriche, deux en Belgique ainsi qu’en Pologne et en Roumanie et une région en Bulgarie ainsi qu'en Italie et aux Pays-Bas. À l’opposé, 31 régions ont enregistré un taux d’au moins 15,2 %, soit le double de celui de l’UE: les treize régions en Grèce, neuf en Espagne, cinq en France et quarte en Italie.

Le taux de chômage des jeunes compris entre environ 4 % à Praha et en Oberbayern et près de 63 % à Melilla

En 2017, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans dans l'UE s’est établi à 16,8 % en moyenne. Au niveau régional, les disparités sont toutefois marquées. Les plus faibles taux de chômage des jeunes ont été relevés notamment dans la région de Praha en République tchèque ainsi que Oberbayern en Allemagne (3,8 % chacune), suivies par les régions allemandes Weser-Ems (4,6 %) et Stuttgart (4,7 %) ainsi que par Zeeland (5,0 %) aux Pays-Bas. À l’opposé, les taux les plus élevés ont été relevés dans les régions de Ciudad Autónoma de Melilla (62,7 %) en Espagne et Voreio Aigaio (58,2) % en Grèce. Dans plus des trois-quarts des régions de l'UE, le taux de chômage des jeunes était au moins le double du taux de chômage total.

Dans plus de 20 % des régions, la plupart des chômeurs étaient sans emploi depuis un an au moins

La part du chômage de longue durée, qui correspond au pourcentage des chômeurs étant sans emploi depuis 12 mois ou plus, s’est élevée en moyenne dans l'UE à 45,0 % en 2017. Parmi les régions de l’UE, les plus faibles proportions de chômage de longue durée ont été enregistrées dans la région suédoise de Övre Norrland (12,8 %), Berkshire, Buckinghamshire et Oxfordshire (13,2 %) dans le Royaume-Uni ainsi que Bucuresti - Ilfov (13,8 %) en Roumanie. À l’opposé, plus de trois quarts des chômeurs étaient sans emploi depuis au moins un an dans le département français d'outre-mer de Mayotte (83,8 %) et dans deux régions situées en Grèce – Attiki (77,3 %) et Thessalia (77,2 %).

Les tableaux detaillés Microsoft Excel 2010 Logo.png se trouvent ici.

Sources et disponibilité des données

Ces données sur le chômage régional, établies sur la base de l'Enquête communautaire sur les forces de travail, sont publiées par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.

Les données sont basées sur la Nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS) 2013, telle définie dans le Règlement (UE) de la Commission N°1319/2013 du 9 décembre 2013. La NUTS 2013 fournit une ventilation uniforme et cohérente des unités territoriales pour la production des statistiques régionales de l'UE.

Le niveau 2 de la nomenclature distingue 276 régions: Belgique (11), Bulgarie (6), République tchèque (8), Danemark (5), Allemagne (38), Irlande (2), Grèce (13), Espagne (19), France (27), Croatie (2), Italie (21), Hongrie (7), Pays-Bas (12), Autriche (9), Pologne (16), Portugal (7), Roumanie (8), Slovénie (2), Slovaquie (4), Finlande (5), Suède (8) et Royaume-Uni (40). L'Estonie, Chypre, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg et Malte sont chacun considérés comme une seule région au niveau NUTS 2.

Les unités territoriales statistiques dans les pays candidats et dans ceux de l'AELE suivent les principes de la classification NUTS, bien qu'il n'y ait pas de base juridique: Norvège (7), Suisse (7) et Turquie (26), tandis que l'Islande et l'ancienne République yougoslave de Macédoine sont chacun considérés comme une seule région au niveau NUTS 2.

Contexte

Le taux de chômage est un indicateur important avec des dimensions à la fois sociales et économiques. Une hausse du chômage entraîne une perte de revenu pour les particuliers, met sous pression le budget du gouvernement dédié aux prestations sociales et réduit les recettes fiscales. Du point de vue économique, le chômage peut être considéré comme la non-utilisation de la capacité totale de main-d'œuvre.

Le taux de chômage des hommes, des jeunes et de longue durée semble être plus sensible aux cycles conjoncturels que le taux de chômage global. En effet, les décideurs sociaux sont souvent appelés à stimuler l'emploi de ces groupes particuliers de la société travaillant dans des secteurs économiques spécifiques ou vivant dans certaines régions.

Voir aussi

Informations supplémentaires Eurostat

Visualisation des données

  • L'application «Ma région» donne un accès mobile à une sélection d’indicateurs régionaux. Application disponible pour iPhone et Android.
  • Regional Statistics Illustrated - sélectionnez le domaine statistique 'Labour market (Marché de travail)' (en haut à droite)

Publications

Principaux tableaux

EFT - Indicateurs principaux (t_lfsi)
Chômage - séries EFT ajustées (t_une)
Séries EFT - Résultats annuels détaillés des enquêtes (t_lfsa)

Base de données

Statistiques régionales sur le marché du travail (reg_lmk)
EFT - Indicateurs principaux (lfsi)
Chômage - séries EFT ajustées (une)
Séries EFT - Résultats trimestriels détaillés des enquêtes (à partir de 1998) (lfsq)
Chômage total - séries EFT (lfsq_unemp)
Séries EFT - Résultats annuels détaillés des enquêtes (lfsa)
Chômage total - séries EFT (lfsa_unemp)

Section dédiée

Méthodologie / Métadonnées

Autres informations

Liens externes