Renforcement des capacités d'autogestion des processus de développement au niveau local

Renforcement des capacités d'autogestion des processus de développement au niveau local

L'accès à l'eau potable comporte des conséquences non négligeables sur le plan du développement humain. Selon les statistiques du gouvernement Camerounais, le taux d’accès à l’eau potable au niveau national dans les zones rurales est d’environ 33%, dans la région de l’Ouest, il ne dépasse pas 24%. Une telle situation a des répercussions non négligeables sur le plan de la santé des populations.

L'absence d'un réseau hydrique est un des principaux problèmes du village de Bankondji. Une telle carence pèse de manière considérable sur la qualité de vie dans la communauté locale. Actuellement, les populations du village s’approvisionnent en eau essentiellement dans les marigots qui coulent dans les bas-fonds marécageux du village et où l’accès est très difficile. Elles se servent également des eaux de pluies qu’elles utilisent essentiellement pour la lessive. Il existe derrière la chefferie un puits d’eau aménagée pour les besoins de la chefferie. Mais il en existe très peu dans le village. Aucune eau utilisée dans le village n’est traitée.

L'objectif spécifique de ce projet est de garantir une gestion optimale de la ressource hydrique à travers la promotion d’un mécanisme inclusif et participatif des populations locales.

Benefitting zone
Cameroon

KEY FACTS

  • Total cost (€)

    600 000.00

    EU contracted amount

    450 000.00

    Duration

    October 2012 - May 2017

    Implementing organisation

    ASSOCIAZIONE ARCS-ARCI CULTURA E SVILUPPO

    Funding instrument

    DCI - Non State Actors and Local Authorities in development