L'UE en première ligne des efforts internationaux pour garantir l'accès de tous à l'éducation

L'UE en première ligne des efforts internationaux pour garantir l'accès de tous à l'éducation

01/02/2018

 

M. Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, qui participe aujourd'hui à la conférence du Partenariat mondial pour l'éducation à Dakar, au Sénégal, appelle les décideurs du monde entier à intensifier leurs investissements en faveur de l'éducation.

Il est attendu que les dirigeants de pays donateurs et de pays en développement s'engagent à revoir considérablement à la hausse leurs financements afin d'accélérer les progrès sur la voie d'une éducation de qualité pour tous.

Le commissaire Mimica invite la communauté internationale à inverser la tendance actuelle, marquée par le déclin des moyens alloués à l'éducation: "Je suis ravi de constater qu'autant de responsables politiques, de chefs d'entreprise, de grands philanthropes et d'acteurs majeurs de la société civile ont fait le déplacement ici à Dakar pour renforcer le Partenariat mondial pour l'éducation. Il est indispensable d'investir dans une éducation de qualité pour relever les différents défis qui se posent en matière de développement durable, notamment la santé, la croissance durable, la création d'emplois et la paix et la stabilité à long terme. Je rappelle avec fierté que l'Union européenne s'est engagée dès la première heure en faveur de la reconstitution des ressources financières du Partenariat mondial pour l'éducation et j'invite tous les dirigeants à nous rejoindre dans nos efforts visant à façonner un avenir meilleur, n'abandonnant personne au bord de la route."

L'annonce, par l'UE en décembre 2017, de son engagement à participer à la reconstitution des ressources financières du Partenariat mondial pour l'éducation en débloquant 100 millions d'euros supplémentaires illustre clairement sa détermination à contribuer à garantir une éducation de qualité, inclusive et équitable, ainsi qu'à promouvoir des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous, apportant ainsi sa pierre à la réalisation des objectifs de développement durable. Ce financement, tel qu'annoncé, est venu s'ajouter aux 375 millions d'euros déjà engagés en 2014.

Grâce au soutien de l'UE, le Partenariat mondial pour l'éducation a permis d'obtenir les résultats suivants:

  • 72 millions d'enfants supplémentaires ont fréquenté l'enseignement primaire en 2015 par rapport à 2002;
  • 76 % d'enfants originaires de pays partenaires du Partenariat mondial pour l'éducation ont achevé l'enseignement primaire en 2015, contre 63 % en 2002;
  • le taux d'achèvement des études primaires pour les filles a augmenté pour atteindre 74 % en 2015, contre 57 % en 2002;
  • 78 % des pays partenaires du Partenariat mondial pour l'éducation ont maintenu ou revu à la hausse le budget consacré à l'éducation au niveau ou au-delà de 20 % des dépenses publiques en 2015.

Historique du dossier

L'UE, dans son ensemble, est le premier pourvoyeur de fonds au Partenariat mondial pour l'éducation, représentant 63 % de l'ensemble de ses ressources financières. L'UE est également en première ligne au niveau mondial quand il s'agit de soutenir l'éducation en situation d'urgence dans le cadre de ses programmes d'aide humanitaire, venant en aide à des millions d'enfants dans 50 pays aux quatre coins de la planète.

En outre, l'UE vient en aide aux pays partenaires en développement en leur proposant des programmes d'aide bilatéraux en faveur de l'éducation, pour un montant d'environ 3,4 milliards d'euros, tout en consacrant 300 millions d'euros à l'enseignement et à la formation professionnels et 1,4 milliard d'euros à l'enseignement supérieur (Erasmus+).

D'un point de vue historique, de nombreux pays ont réalisé des progrès sans précédent au niveau de la hausse de la fréquentation scolaire. C'est ainsi qu'au Niger, par exemple, les taux d'achèvement des études primaires sont passés de 20 % en 1999 à 69 % en 2015.

Au Ghana, le Partenariat mondial pour l'éducation a contribué à améliorer les politiques et la planification, ainsi qu'à renforcer la supervision des écoles et la formation des enseignants. Dans le cadre de la dernière subvention en date, 75 quartiers figurant parmi les plus défavorisés ont bénéficié d'une aide visant à institutionnaliser l'organisation de stages, tandis que de petites subventions ont été allouées à la modernisation des infrastructures et des supports pédagogiques dans les écoles.

Au Yémen, le Partenariat mondial pour l'éducation a contribué à l'élaboration de nouveaux cours de sciences et de mathématiques, à l'achat de 35 000 kits scolaires en vue de leur distribution dans des zones où le taux d'abandon scolaire des filles est le plus élevé, à la formation de près de 600 spécialistes en matière d'éducation et travailleurs sociaux, à la création d'une stratégie de recrutement d'enseignantes afin d'encourager les filles à aller à l'école, ainsi qu'à la distribution de matériel et de fournitures scolaires de base à 37 380 enfants.

 

Pour en savoir plus

Partenariat mondial pour l'éducation - Reconstitution des ressources pour 2020

Aperçu de l'engagement de l'UE en faveur de l'éducation dans les pays partenaires

Infographie sur le Partenariat mondial pour l'éducation