Belize : l'émancipation pas à pas

Belize : l'émancipation pas à pas

Nous ne pensons pas avoir la réponse à tous leurs problèmes. Nous préférons leur offrir un environnement où elles peuvent retrouver confiance et prendre elles-mêmes les choses en mains.

Michele Irving - coordinatrice de POWA

CONTEXT

Le taux de prévalence du VIH au Belize est de 2,5 %. Un enfant sur 10 est concerné et jugé comme étant vulnérable. Avec un taux de 81,4 %, le district de Toledo détient le record national de violence envers les enfants. Le POWA (« Productive Organization for Women in Action ») est un organisme communautaire à Dangriga au Belize . Le volet « jeunesse » de POWA vise les jeunes filles vulnérables, exposées au VIH/sida et à la violence sexiste. Les actions de POWA sont soutenues par l’UNICEF et l’Union européenne depuis 2006.

OBJECTIVES

  • Renforcer les capacités, engager et mobiliser les organisations de la société civile, les jeunes et leurs tuteurs à mettre un terme à la violence contre les enfants.
  • Promouvoir l'adoption et la mise en œuvre de mesures législatives et politiques pour prévenir et réduire les abus sexuels sur les enfants, les châtiments corporels et autres formes de violence à la maison, à l'école et dans la communauté.
  • Renforcer les systèmes de protection des enfants, notamment la disponibilité, l'accessibilité et la qualité des services aux victimes de toutes les formes de violence, en particulier les abus sexuels sur les enfants, les châtiments corporels et la violence dans les foyers, à l'école et dans la communauté.
  • Développer de nouvelles normes sociales ainsi que des comportements et des attitudes positives.

RESULTS

  • POWA et l’UNICEF aident les enfants dans les domaines de l’alphabétisation, de l’alimentation, de l’éducation et de l'information sur le VIH.
  • POWA informe ses membres sur le VIH/sida, la santé sexuelle et reproductive, les services de proximité, l’estime de soi et la négociation.

FACTS AND FIGURES

  • Le taux de prévalence du VIH au Belize est de 2,5 %.
  • Un enfant sur 10 est concerné et jugé comme étant vulnérable.
  • Avec un taux de 81,4 %, le district de Toledo détient le record national de violence envers les enfants.

TESTIMONY

Briser le silence, en changer la dynamique du pouvoir et créer des modèles pour les jeunes femmes

Dangriga, dans le sud du Belize, détient le record national de grossesses chez les adolescentes, la prévalence du VIH y est la plus élevée de toute l'Amérique centrale, et la violence et la pauvreté sont omniprésentes.

« Ce n'est pas facile d'être une femme dans cette communauté », confie India, 19 ans. « Nous sommes les principales cibles, ici, et vous verrez souvent des hommes âgés s'en prendre à des filles jeunes et vulnérables ».

Assise à ses côtés, Kenima, 15 ans seulement, a déjà été une « cible ». « Tout commence de manière anodine : un homme vous offre une bière ou un repas. il sort le grand jeu et propose de payer vos frais de scolarité, le loyer, les factures... Ce n'est pas facile de dire 'non' dans notre situation ».

Les jeunes filles de Dangriga sont en mal de repères dans un système où personne ne les pousse à se prendre en charge et où leurs propres mères les encouragent à accepter ces propositions pour secourir leur famille. La prévalence élevée du VIH au Belize confirme cette réalité. Les taux sont les plus élevés chez les jeunes filles et les hommes âgés, dont beaucoup propagent le virus sans le savoir. Les grossesses chez les adolescentes constituent la principale cause de décrochage scolaire. Les abus sexuels sont connus de tous mais rares sont ceux qui osent les signaler.

Michele Irving, qui coordonne les actions de POWA, présente son travail : « Nous aidons les jeunes filles à avoir une meilleure image d'elles-mêmes et à poursuivre leur scolarité. Nous leur apprenons à préserver leur sécurité et à éviter les dangers. Nous ciblons celles qui sont à risque, en leur octroyant des bourses scolaires et en les dotant de compétences pratiques pour qu’elles puissent devenir financièrement indépendantes. Tout cela doit leur permettre de ne plus être victimes de ces terribles abus de pouvoir ».

Sous la direction de Michele Irving, POWA gère des programmes extrascolaires destinés aux enfants vulnérables, des programmes d'alphabétisation et de scolarisation, ainsi qu'un programme de prévention du VIH et de lutte contre la stigmatisation et la discrimination. L'association travaille également activement à l’autonomie des femmes et des filles.