• Manifestations

Actualités


Bienvenue dans la section des actualités Cliquez dans le menu de gauche pour naviguer dans les articles des dernières actualités concernant les emplois et la mobilité, ainsi que dans les bulletins d'information EURES & Vous. Ou regardez notre dernier article à la une ci-dessous.

Selon une nouvelle enquête, après la pandémie, la plupart des travailleurs de l’UE préféreraient travailler à domicile au moins plusieurs jours par semaine. Ce modèle hybride offre aux entreprises de nouvelles possibilités de mettre en place des formes d’organisation du travail originales. Quels aspects les entreprises devraient-elles prendre en compte lors de la mise en œuvre de ce nouveau modèle?
Picture

Une nouvelle enquête réalisée par Eurofound révèle que la majorité des salariés de l’UE préfèrent travailler à domicile au moins occasionnellement (en l’absence de restrictions liées à la COVID-19), l’option la plus plébiscitée étant un mode de travail hybride (32 %). Pour bon nombre d’entreprises, le mot «hybride» est encore flou, et elles essaient encore de comprendre comment elles peuvent s’adapter à cette nouvelle tendance pour rester efficaces.

Pour la plupart des sociétés, l’introduction du travail hybride nécessitera un changement significatif dans la culture du travail et l’élaboration de nouvelles politiques et pratiques. Les entreprises qui n’encouragent pas les formes de travail flexibles courent le risque de voir la rotation du personnel augmenter et l’implication des salariés s’amoindrir. Elles pourront également paraître moins attrayantes pour les demandeurs d’emploi et les recrues potentielles. Alors, à quoi les entreprises doivent-elles penser lorsqu’elles mettent en œuvre une approche hybride?

Réaliser une évaluation des risques

Depuis le début de la pandémie, il a beaucoup été question de l’attention que les employeurs devraient porter aux besoins de leurs employés. Mais il est tout aussi important pour les chefs d’entreprise de tenir compte des besoins de leur propre organisation. Avant d’élaborer une politique pertinente, les employeurs devraient envisager de procéder à une évaluation des risques afin d’étudier l’incidence potentielle du travail hybride, non seulement sur leur personnel, mais aussi sur leur entreprise. Cette évaluation aidera les chefs d’entreprise à prendre des décisions plus éclairées sur les fonctions qui peuvent être assurées à distance, sur le nombre de jours de télétravail par semaine/mois et sur les lieux à partir desquels le personnel est autorisé à travailler (par exemple, si l’employé se trouve dans un fuseau horaire différent, il se peut que son horaire de travail doive être déplacé pour tenir compte des plages fixes de travail de l’entreprise).

Assurer l’égalité de traitement

Lors de l’élaboration de votre politique d’entreprise en matière de travail hybride, assurez-vous que vos lignes directrices sont équitables pour tous les salariés et qu’elles ne sont pas discriminatoires, que ce soit sur la base de l’âge, du handicap, du genre, de l’état civil, de la grossesse et de la maternité, de la race, de la religion, du sexe ou de l’orientation sexuelle. Il est important de consulter votre service de ressources humaines ou un spécialiste externe afin d’éviter que votre nouvelle politique ne soit source de tensions entre vos employés et ne vous expose à des poursuites judiciaires. Un autre élément à garder à l’esprit est de veiller à ce que les télétravailleurs ne soient pas traités différemment des salariés travaillant au bureau à temps plein.

Établir une relation de confiance entre employeurs et employés

Lorsque la COVID-19 a contraint les entreprises à fermer leurs bureaux et que le télétravail est devenu la norme, de nombreux employeurs ont soulevé la question de la surveillance et des moyens de veiller à ce que les membres du personnel n’abusent pas de leur nouvelle «liberté». Dans leur volonté de garder la situation sous contrôle, certains chefs d’entreprise ont mis en place des systèmes de surveillance considérés comme portant atteinte à la vie privée des travailleurs. L’impression d’être observé en permanence peut être démoralisant pour les employés et susciter chez le personnel le sentiment de ne pas être digne de confiance. Le suivi devrait être transparent et ne couvrir que les aspects nécessaires aux activités de l’entreprise. En d’autres termes, il convient de faire en sorte que vos salariés ne courent aucun risque et que l’accomplissement de leurs tâches est plus important que le traçage du nombre d’heures passées à travailler activement devant l’ordinateur.

À mesure que les restrictions s’allègent, les employés se préparent à retourner sur leur lieu de travail et ils peuvent se demander à quoi ce retour va ressembler. Voici nos quatre conseils principaux pour accueillir le personnel de retour sur son lieu de travail.

 

Liens connexes:

Four tips for welcoming staff back into a post-COVID-19 workplace

Quatre conseils pour accueillir le personnel de retour sur le lieu de travail dans un contexte post-COVID-19

 

Pour en savoir plus:

Journées européennes de l’emploi

Trouver des conseillers EURES

Conditions de vie et de travail dans les pays EURES

Base de données des offres d’emploi EURES

Services EURES pour les employeurs

Calendrier des manifestations EURES

Prochaines manifestations en ligne

EURES sur Facebook

EURES sur Twitter

EURES sur LinkedIn

03/08/2021

$title.getData() Image