• Manifestations

Articles de la section Actualités


<< Retour à la liste des actualités

Alessandria trouve un travail de soignante en Allemagne

Grâce à une initiative conjointe d’EURES et de deux employeurs allemands, plusieurs demandeurs d’emploi européens se sont vu offrir la possibilité de se former comme soignants pour des personnes ayant des besoins particuliers en Bavière. L’une des bénéficiaires, Alessandria Grossi, nous raconte son histoire.
Picture

«Tout a commencé un après-midi de juillet 2019, où j’ai pris connaissance d’un projet de recrutement de personnel soignant en Allemagne en visitant la page Facebook d’EURES», explique Alessandria. «J’étais intriguée.» À l’âge de 45 ans, sans emploi, Alessandria avait du mal à trouver un nouveau travail stable. Ayant grandi en Allemagne avant de déménager en Italie quand elle était adolescente, elle était disposée à y retourner pour relever un nouveau défi. Ce projet lui a donné de l’espoir.

 

Une offre de formation dans le secteur des soins

Après avoir pris contact avec EURES, Alessandria a d’abord reçu l’appui de Rosaria Petrillo, d’EURES Milan. Elle a ensuite été mise en relation avec la conseillère EURES Charlotte Glötzner, du service de placement international (ZAV) de Nuremberg, qui faisait partie de l’équipe chargée du projet. En collaboration avec deux établissements de soins bavarois – la Stiftung Sankt Johannes de Marxheim-Schweinspoint et la Dominikus-Ringeisen-Werk d’Ursberg –, Charlotte et ses collègues cherchaient des candidats dans toute l’Europe intéressés par une formation auprès des deux organisations pour apprendre à s’occuper de personnes ayant des besoins particuliers.

L’objectif était de remédier à une pénurie locale de compétences, comme l’explique Charlotte. «Les employeurs allemands éprouvent de plus en plus de difficultés à recruter des travailleurs qualifiés dans le domaine des soins spécialisés», indique-t-elle. «La valeur ajoutée de ce projet est qu’il associe travail et formation professionnelle et que les participants perçoivent un salaire.»

 

Les visites chez les employeurs donnent un aperçu réaliste

Charlotte a invité Alessandria à participer à deux journées de recrutement en Bavière en février 2020. Elle a organisé ces journées avec Anja Coenen, conseillère locale EURES de l’agence pour l’emploi de Donauwörth.

La première journée était consacrée à la présentation d’informations sur les programmes de formation et sur l’aide que les candidats pouvaient obtenir par l’intermédiaire d’EURES, notamment les possibilités de financement pour payer le voyage, suivre des cours de langue et couvrir leurs frais de déménagement. Ils ont aussi pu s’entretenir avec leurs éventuels futurs employeurs.

Le deuxième jour, les candidats ont visité les locaux des deux organisations, y compris le logement que les employeurs fourniraient. «C’était un plus pour les candidats, car ils ont pu ainsi avoir un aperçu réaliste de leur futur lieu de travail et du cadre de vie», explique Charlotte.

 

Aller de l’avant malgré la COVID-19

Les journées de recrutement ont été un grand succès: Alessandria et huit autres candidats européens se sont vu proposer du travail. Malheureusement, depuis lors, la COVID-19 pose à tous d'énormes défis. Du fait des restrictions de déplacement et des réglementations strictes dans le secteur des soins, le lancement du projet a été retardé.

Néanmoins, Alessandria et un autre participant ont pu s’installer en Bavière en juin pour entamer leur formation auprès de la Stiftung Sankt Johannes. Les autres participants ont commencé à travailler à la Dominikus-Ringeisen-Werk en octobre et suivent actuellement des cours d’allemand en ligne en vue de faciliter leur intégration.

 

Une aide à l’installation

Malgré les circonstances inhabituelles, l’installation d’Alessandria se passe bien, grâce au soutien «particulièrement convivial et accueillant» de son employeur. Elle a également bénéficié d’une aide financière d’EURES dans le cadre du programme Reactivate, dont elle s’est servie pour financer son voyage en Allemagne et s’acheter du mobilier.

«Ce n’était pas facile de quitter ma famille pour venir travailler ici en Allemagne», dit-elle. «Mais ce qui m’a poussée à aller de l’avant, c’est l’occasion qui m’était offerte d’aider d’autres personnes. Je me sens bien et j’aime ce travail. J’ai toujours aimé m’occuper de personnes ayant des besoins particuliers.»

«Me former et travailler à mon âge en Allemagne, dans une magnifique région comme la Bavière, ça me semble être un rêve», conclut-elle. «Je souhaite vraiment remercier toute l’équipe d’EURES.»

 

Liens connexes:

Reactivate

 

Pour en savoir plus:

Journées européennes de l’emploi

Drop’pin@EURES

Trouver des conseillers EURES

Conditions de vie et de travail dans les pays EURES

Base de données des offres d’emploi EURES

Services EURES pour les employeurs

Calendrier des manifestations EURES

Prochains événements en ligne

EURES sur Facebook

EURES sur Twitter

EURES sur LinkedIn

 

Clause de non-responsabilité: veuillez noter que ni EURES ni la Commission européenne ne cautionnent les sites web tiers susmentionnés.

13/11/2020

<< Retour à la liste des actualités
 
clause de non-responsabilité

Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.