Les actualités sur le portail

Comment l’apprentissage des langues peut conduire à de nouvelles opportunités

Les îles d’Åland, situées dans la mer Baltique, constituent une région de Finlande où l’on parle principalement le suédois. Ces îles connaissent un taux de chômage relativement bas et une économie saine, ce qui signifie qu’il existe toujours la possibilité d’offrir du travail qualifié aux demandeurs d’emploi en provenance d’autres régions d’Europe.

Suzanne Sjölund, conseillère EURES basée sur les îles d’Åland , a décidé de profiter de cette situation en contactant le Dr Rainer Schwenke, directeur de Schwedenkontor (www. schwedenkontor.de), par le biais d’une collègue EURES en Suède. Schwedenkontor est une école de langues basée à Greifswald en Allemagne, qui travaille en étroite collaboration avec le service public de l’emploi local. En se spécialisant dans les langues scandinaves, l’école vise à envoyer des demandeurs d’emploi qualifiés allemands pour travailler en Suède ou dans des régions suédophones, en Norvège ou au Danemark.

Le taux de chômage dans la région de Greifswald reste assez élevé; il était donc nécessaire de trouver des opportunités d’emploi pour les chômeurs. Il fut décidé que Schwedenkontor trouverait des demandeurs d’emploi allemands désireux d’apprendre le suédois, et qu’EURES trouverait des employeurs sur les îles d’Åland désireux de proposer des stages d’une durée allant jusqu’à six semaines, avec la possibilité d’un emploi à long terme par la suite. L’objectif était de permettre aux demandeurs d’emploi d’acquérir une expérience pratique et d’améliorer leurs connaissances linguistiques en suédois, et aux employeurs de disposer des services de travailleurs allemands qualifiés et motivés. La seule condition était que l’employeur devait proposer un logement, afin de faciliter le déménagement pour les demandeurs d’emploi.

Au début du travail de coopération, le Dr Schwenke a été invité à se rendre sur les îles d’Åland pour rencontrer Suzanne et 20 employeurs. Suzanne raconte que seuls les employeurs cherchant véritablement du personnel, et par conséquent ayant la possibilité d’offrir un emploi permanent, ont été conviés à la rencontre. «Nous voulions nous assurer qu’on n’allait pas abuser des demandeurs d’emploi», explique-t-elle. «Bien sûr, il dépend de chaque employeur de décider d’offrir ou non un contrat permanent à la fin du stage».

Au début, six employeurs ont participé au travail de coopération, dans un large éventail de professions, des conducteurs de poids lourds aux mécaniciens en passant par les plombiers. À la fin du stage, on a proposé un contrat permanent à cinq stagiaires, et quatre vivent toujours sur les îles. Depuis lors, d’autres employeurs ont été d’accord pour participer et la coopération avec Schwedenkontor continue à ce jour. Il apparaît clairement que les quatre stagiaires d’origine ont parlé autour d’eux de l’initiative, étant donné que des demandeurs d’emploi se sont aussi renseignés directement auprès de Suzanne sur les possibilités d’emploi sur les îles. Au cours des années, huit à dix chômeurs qualifiés allemands ont trouvé du travail sur les îles d’Åland suite à ce travail de coopération.

« Retour