Les actualités sur le portail

De Norvège en Irlande par SMS

Le taux de chômage chez les jeunes ayant récemment achevé leurs études secondaire ou universitaires est en hausse dans l’ensemble de l’Europe, et la Norvège n’échappe pas à la règle. Les jeunes de 18 à 25 ans sont particulièrement susceptibles d’être exclus du monde du travail et, comme l’a découvert Melanie Hill, conseillère EURES norvégienne, il est parfois nécessaire de se mettre à leur niveau pour pouvoir les aider.

Vers la fin du mois de mai 2010, la société Stream Global Services, basée à Dublin, s’est adressée à Melanie afin de placer une offre d’emploi sur le portail EURES en vue de recruter pour son centre d’appel douze personnes parlant le norvégien. Mais l’annonce ne suscita que peu d’intérêt. «Les jeux vidéo sont étroitement liés aux jeunes. Ils possèdent généralement une connaissance approfondie du sujet sans avoir reçu une véritable formation, mais il est peu probable qu’ils se présentent à un service d’emploi local», nous confie Melanie.

Selon Melanie, les avantages que procure un emploi à l’étranger sur le CV d’un demandeur d’emploi ne doivent pas être sous-estimés. «Travailler ou étudier à l’étranger crée des associations positives. Une personne disposant d’une expérience à l’étranger sera considérée comme étant indépendante, résistante aux épreuves et prête à prendre des risques», déclare-t-elle. Forte de ce constat, Melanie décide d’utiliser des canaux de communication alternatifs pour entrer en contact avec les demandeurs d’emploi.

Compte tenu du fait que 70 % des jeunes norvégiens ne possèdent pas de ligne de téléphone fixe, la communication via les téléphones portables semblait être une option intéressante. Le texte du SMS se voulait bref et simple, réduit à l’essence même du message à communiquer: «Bonjour! Vous êtes enregistré comme demandeur d’emploi au NAV (services norvégiens pour l’emploi) et pourriez être intéressé par un poste de soutien à la clientèle pour jeux PC à Dublin. Pour en savoir plus, prenez contact avec Melanie Hill, conseillère EURES au NAV.» Les réponses arrivèrent à la vitesse de l’éclair. La première réponse arriva à peine deux minutes après l’envoi du SMS et 24 heures plus tard presque toutes les personnes initialement contactées via cette campagne à petite échelle avaient répondu. Les candidats intéressés reçurent de plus amples informations par e-mail, et furent invités à envoyer leur CV pour obtenir un feed-back.

L'un des jeunes embauchés, Thomas Johnsen, vingt ans et actuellement en poste à Dublin, a particulièrement apprécié l’approche proactive de la notification par SMS. «Ma curiosité a été piquée, parce que je ne connaissais pas tous les détails de l’offre d’emploi. J’ai répondu pour en savoir plus», explique t il.

À l’issue de la procédure de sélection, six jeunes de la région du nord de Trøndelag, la région de Melanie, ont été sélectionnés pour travailler en Irlande et se sont préparés à partir peu de temps après. Même si les nouvelles recrues avaient déjà démontré leur envie de s’expatrier, le bureau EURES et leur nouvel employeur leur ont fourni les informations nécessaires pour leurs premiers jours à l’étranger, y compris des informations locales et des informations sur les possibilités de logement.

La tactique de l’annonce-amorce s’est avérée remarquable car tant l’employeur que les employés sont satisfaits de l’expérience. Fiona Kelly de Stream Global Services a déclaré que le groupe norvégien s’est montré très amical et positif, ce qui lui a valu une bonne évaluation de performance. Les employés eux-mêmes estiment qu’il s’agit d’une expérience très positive qui leur permettra de décupler leur expérience professionnelle et de leur ouvrir plus de portes à leur retour en Norvège. «En ce qui me concerne, j’ai découvert que mon anglais était meilleur que je ne le pensais et je recommande vivement cette expérience à toutes les personnes qui souhaitent travailler à l’étranger ou interrompre leurs études pendant un an. Il s’agit d’un plus sur votre CV et d’une expérience inoubliable», a déclaré Thomas.

Cette initiative de contact par SMS a été tellement appréciée par toutes les parties impliquées qu’elle sera vraisemblablement réitérée par les bureaux d’EURES Norvège.

« Retour