Les actualités sur le portail


Le choix de l’approche correcte

De nombreux demandeurs d’emploi qui souhaitent travailler dans un autre pays sont animés du désir de vivre de nouvelles expériences. Se retrouver dans un chenil de huskies en Laponie et y travailler n'est toutefois pas vraiment courant. Et pourtant, c’est ce qui s’est passé pour Jan Stanek, un citoyen tchèque de 30 ans, qui a décidé de suspendre provisoirement sa carrière d'enseignant afin de donner libre cours à sa soif d’aventures.

Visiteur régulier du site Web d’EURES, Jan consultait fréquemment la base de données d’emplois d'EURES, laquelle contient généralement plus de 1,5 million d’emplois vacants européens. Un emploi dans un chenil de huskies, en Laponie finnoise, a attiré son attention au cours de l’automne 2007. La Finlande comptait parmi les pays favoris de Jan. S’étant rendu à plusieurs reprises dans ce pays, il avait toujours souhaité vivre là-bas un certain temps. C’était une occasion tellement unique que Jan a introduit sa demande d’emploi le jour même où l’offre d’emploi a été publiée sur le site web! Son enthousiasme doit avoir plaidé en sa faveur, car il a obtenu l’emploi. Fin 2007, il est parti pour la ville de Kuusamo, en Finlande septentrionale, pour un travail saisonnier de 3 mois.

Jan a rapidement découvert que son nouveau domicile était établi dans l’un des chenils de huskies les plus grands et les plus célèbres de Finlande. Ses tâches englobaient beaucoup de choses: «Je m’occupais des 120 chiens, c'est-à-dire que je leur donnais à manger et que je les soignais; je préparais, organisais et dirigeais des promenades en chiens de traîneaux pour les touristes et, bien entendu, je faisais faire aux touristes le tour du chenil en répondant à toutes les questions qu’ils pouvaient me poser», nous raconte ce professeur tchèque. De nombreux visiteurs venaient d’un célèbre centre de tourisme et de sport appelé Ruka, qui propose notamment aux touristes plusieurs visites du chenil de huskies «de Jan», de même que de longues promenades à traîneau sur le lac gelé de Yli-Kitka. «Grâce à cela, j’ai pu améliorer mes compétences en anglais avec les touristes et j’ai appris des expressions de base en finnois». Le propriétaire du chenil a même fourni un logement à Jan.

L'emploi comportait un certain nombre de défis que Jan a dû relever, mais dont il pense qu'ils ont renforcé sa personnalité. Le chenil était situé à 22 km du commerce le plus proche et à 35 km de la localité importante la plus proche. En outre, les températures en Laponie peuvent descendre jusqu’à -30 C° pendant l’hiver et Jan devait travailler dehors la plupart du temps. «En outre, je travaillais très dur: au moment des vacances de Noël, qui sont une période de pointe, je travaillais 12 heures par jour en raison du grand nombre de touristes présents. Mais cela a été une expérience formidable pour moi. Le salaire était également très élevé par rapport à ce que je gagnais en République tchèque», déclare Jan.

Jan est rentré en République tchèque il y a deux mois et demi: «Mon chenil de huskies me manque déjà», reconnaît-il!
«J’aimerais retourner à l’étranger et je consulte régulièrement le site Web d’'EURES en quête d’autres jobs intéressants». Il ne fait aucun doute qu’EURES sera synonyme de nouvelles aventures pour Jan dans l’avenir! »

« Retour