Les actualités sur le portail


L’industrie pétrolière du Nord emploie des ingénieurs du Sud

L’essor de la prospection pétrolière au niveau mondial et la renommée des compagnies norvégiennes dans ce domaine ont entraîné une pénurie croissante de techniciens spécialisés dans les pays nordiques. Dans les cinq prochaines années, la Norvège aura besoin de 10 000 techniciens hautement spécialisés et le système de formation national ne sera pas en mesure de fournir ce nombre impressionnant de techniciens. C’est la raison pour laquelle les employeurs norvégiens se sont tournés vers les pays voisins ces dernières années. Mais le recrutement à partir de cette source traditionnelle de main-d’œuvre qualifiée s’avérant de plus en plus difficile, EURES Norvège a décidé de puiser dans d’autres viviers de main-d’œuvre européens. C’est ainsi qu’EURES Norvège a mis en place une coopération fructueuse, notamment avec son homologue portugais.
 
EURES Portugal recourt à un vaste éventail d’instruments (Internet, SMS, petites annonces dans les quotidiens nationaux) pour promouvoir les opportunités d’emploi en Norvège, Une attention particulière a été accordée au recrutement dans les universités. Plusieurs séances d’information ont été organisées par EURES Norvège en coopération avec l’Association portugaise des ingénieurs et avec les universités techniques de Lisbonne et de Porto. En outre, EURES Norvège a récemment organisé des visites d’employeurs et d’associations d’employeurs norvégiens au Portugal. Suite à ces initiatives, 17 ingénieurs portugais ont été recrutés pour plusieurs entreprises implantées dans le Sud de la Norvège.
 
L’un de ces spécialistes portugais engagés de fraîche date est Luis Moutinho, âgé de 23 ans, qui vit et travaille en Norvège depuis la mi-avril 2007.
 
Pour marquer d’une pierre rouge le début de ses études universitaires, Luis a décidé, en 2001, de visiter l’Europe avec Raildude. “Ça a été une expérience fascinante”, raconte le jeune homme, qui a poursuivi son aventure européenne comme étudiant Erasmus en Allemagne, où il a obtenu un diplôme d’ingénieur. “J’ai découvert que l’expérience la plus enrichissante que l’on puisse faire est de vivre hors de son pays natal, de rencontrer des gens des quatre coins du monde et de faire la connaissance d’autres cultures et d’autres façons de penser.”
 
Après l’obtention de son diplôme, Luis trouve immédiatement un emploi au Portugal, mais son rêve est de repartir à l’étranger. Quand il découvre l’offre d’emploi pour ingénieurs d’EURES, au tableau d’affichage de son ancienne université, il prend aussitôt contact avec Luisa Martins, conseillère portugaise d’EURES. “J’ai expliqué que je souhaitais travailler comme ingénieur dans un domaine où il m’était possible à la fois de vivre avec des gens de toutes les nationalités et de travailler dans un environnement innovant”, explique-t-il. “Pour le recrutement, je dois dire que EURES a fait les choses de façon remarquable. L’organisation était parfaite et la procédure simple et rapide. Mes félicitations à tous ceux qui ont contribué à ce résultat.”
 
C’est ainsi que, quelques mois plus tard, après deux entretiens, Luis s’est vu offrir un contrat à Stavanger, comme ingénieur chargé de la conception des structures en acier, auprès de la National Oilwell Norway, une société ayant pour activité l’étude, la fabrication et la commercialisation de matériel et d’équipements pour le forage et l’exploitation de puits de pétrole et de gaz. “Une des principales raisons pour lesquelles je me suis installé en Norvège est qu’on m’offrait là une opportunité unique de travailler pour une société internationale de premier plan dans le domaine de l’ingénierie. En outre, travailler avec des Norvégiens, des Danois, des Suédois, des Russes, des Roumains et des Hongrois en vaut vraiment la peine. Ce brassage de nationalités permet de vivre une expérience unique, d’évoluer dans un environnement de travail hors du commun. Nos approches parfois différentes et nos points de vue divers nous permettent de mettre au point de meilleures solutions d’ingénierie.”
 
Luis ne sait pas ce que l’avenir lui réserve, mais, pour le moment, il est toujours heureux de vivre en Norvège et d’approfondir sa connaissance des Norvégiens  et de leur culture. “Je pense que je resterai ici encore quelques années”, déclare-t-il.
 
EURES continue à enregistrer des réactions très favorables, tant de la part des employeurs norvégiens que des ingénieurs portugais. Et très bientôt, d’autres travailleurs qualifiés portugais iront rejoindre leurs collègues en Norvège pour une nouvelle expérience de vie.

« Retour