Le point sur...

Skype est en plein essor et cherche à recruter de nouveaux talents

Skype, qui est l’une des entreprises dont l’essor est actuellement le plus important en Europe, cherche à recruter de nouveaux talents. Les organisateurs des Journées européennes de l’emploi ont interrogé Tiit Paananen, directeur d’Engineering People Operations de Skype et responsable du site de Tallinn, sur la participation de Skype à l’événement organisé en collaboration avec EURES Estonie.
 
Journée européenne de l’emploi (JEE): Pourriez-vous nous décrire vos activités en Estonie?
 
Tiit Paananen (TP): Skype est né en Estonie, où se trouve notre principal centre d’ingénierie. Nous employons actuellement 440 personnes à Tallinn. L’année prochaine, nous célébrerons notre dixième anniversaire et, d’ici-là, nous devrions employer plus de 500 personnes à Tallinn.
 
JEE: De combien de postes vacants disposez-vous et combien de personnes espérez-vous engager?
 
TP: Nous disposons de 105 postes vacants dans le monde entier et de 19 postes à Tallinn. Au cours du premier semestre 2012, les effectifs de notre bureau de Tallinn ont augmenté d’environ 70 personnes et ils devraient encore croître et s’étoffer au cours des douze prochains mois. Nos salariés peuvent être affectés à Londres, Prague, Stockholm, Tallinn ou à Luxembourg. Nous les aidons également à s’installer ailleurs. Il est très facile de venir travailler en Estonie pour un citoyen européen. Le niveau de vie y est très élevé, nous disposons d’une très bonne infrastructure technologique globale et d’un bon environnement de travail.
 
JEE: Que recherchez-vous chez un employé?
 
TP: Nous recherchons des personnes ayant un fort potentiel et de bonnes capacités d’apprentissage, des personnes qui se lancent seules dans la réalisation de projets ou dans la création de nouvelles entreprises ou qui l’ont déjà fait, mais qui recherchent désormais peut-être des postes plus stables. Nous cherchons également des personnes souhaitant s’installer ailleurs.
 
En ce qui concerne les profils spécifiques recherchés, nous avons besoin de créateurs de logiciels, de programmeurs, de chefs de projets techniques, de personnes chargées du support technique et d’exploitants de site. En général, les personnes qui disposent d’une expérience dans le domaine du développement informatique apprennent vite, ont le sens de l’initiative et se sont peut-être lancées seules dans la réalisation de certains projets.
 
JEE: Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent travailler dans votre domaine?
 
TP: Privilégiez l’esprit d’équipe et ne faites pas cavalier seul. Il faut acquérir de l’expérience, échouer l’une ou l’autre fois et tirer les enseignements de ces échecs. Osez sortir des sentiers battus; car il arrive que les offres d’emploi ou les postes ne correspondent pas exactement à vos qualifications, mais cela ne doit pas vous empêcher de poser votre candidature. Comprenez bien vos forces et vos faiblesses et sachez exactement ce que vous souhaitez faire.
 
Lorsque l’on vous propose un entretien d’embauche, prenez le temps de bien le préparer. Étudiez la dynamique de l’entreprise. Les personnes qui procèdent aux entretiens sont généralement très occupées et souhaitent donc ne pas perdre leur temps.
 
JEE: Avez-vous déjà eu recours à EURES?
 
TP: C’est la première fois que nous avons recours à EURES. Si nous nous appuyons à présent sur le réseau c’est parce que de nombreuses personnes s’installent désormais à l’étranger pour étudier, avec le soutien de leur gouvernement, dans l’espoir de faire baisser le taux de chômage chez les jeunes. Nous voulons puiser dans ce réservoir de talents et recruter des jeunes fraîchement diplômés qui n’ont pas pu trouver d’emploi en Espagne, en Italie, en Grèce ou au Portugal, par exemple. EURES, nous permet de trouver ces personnes et de les affecter à Tallinn ou dans d’autres villes où nous avons des bureaux.
 
Pour en savoir plus:
 
Pour en savoir plus sur Skype et sur les postes disponibles
 
 
 

Dernière modification du texte: 09/2012


clause de non-responsabilité
Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.