Le point sur...

<b> EURES offre son assistance même dans les professions les plus inhabituelles </b>

Ionel Mihalache est souffleur de verre professionnel originaire du comté de Botosani, en Roumanie, et travaille dans sa ville natale où le verre constitue l’activité économique principale. Malheureusement, en 2007, son employeur cesse ses activités et Ionel perd son emploi. Étant donné que l’artisanat du verre occupe une place peu importante en Roumanie, Ionel craint de ne pas retrouver un emploi localement. Il contacte dès lors le bureau du service public local de l’emploi qui à son tour lui suggère de contacter EURES et de chercher un emploi ailleurs en Europe.

Il prend immédiatement contact avec Gabriela Drobota, conseillère EURES du bureau local de Botosani. En Roumanie, le chômage dans ce secteur est particulièrement problématique et par conséquent, les conseillers locaux d’EURES déploient des efforts pour développer leurs connaissances en la matière afin de mieux soutenir les demandeurs d’emploi. «Gabriela s’est avérée d’un grand secours» déclare Ionel, «en effet, elle a commencé par m’aider à rassembler des informations pour mon CV et à le rédiger en anglais. J’ai d’ailleurs été surpris par le niveau d’expertise de cette conseillère EURES, par la patience dont elle a fait preuve à mon égard et aussi par sa foi en ma capacité de trouver un emploi digne de mes qualifications», poursuit-il. Comme le dit Gabriela, «j’ai fait des efforts particuliers pour l’aider à trouver cet emploi, d’autant plus que le soufflage du verre est une profession si inhabituelle! Mais cela représentait un défi intéressant pour moi», dit-elle.

Gabriela a donc mis Ionel en rapport avec M. Angelo Colarosa, directeur de Cose Belle Cose Rare, une société italienne dont le siège se trouve à San Bartolomeo in Galdo non loin de Naples, spécialisée dans la fabrication de produits haut de gamme faits à la main, y compris le verre. La candidature de Ionel auprès de Cose Belle Cose Rare remporte un véritable succès; il est accepté pratiquement immédiatement, et prépare peu de temps après son déménagement pour l’Italie. Il y avait déjà vécu auparavant pendant quelques années afin d’y étudier le soufflage du verre sous le tutorat de divers artistes et avait souvent envisagé d’y retourner, vu le nombre d’usines de verre que compte ce pays. Ce déménagement représentait donc pour lui une grande opportunité.

Ionel déclare avoir apprécié la petite taille du village où il a vécu parce que cela lui a donné la possibilité de rencontrer des gens et de faire de nouvelles connaissances italiennes et roumaines. «En ce qui me concerne, l’Italie aura été la plus grande chance possible et imaginable», dit-il. Il ajoute que l’apprentissage de la langue italienne ne pose aucun problème vu la similarité de celle-ci avec sa langue maternelle.

Après avoir acquis de l’expérience à l’étranger pendant un certain nombre d’années, Ionel est désormais de retour en Roumanie. Il a l’intention de retourner un jour en Italie pour travailler dans une usine de verre au nord du pays. Avec le soutien des conseillers EURES, il est sûr de pouvoir reproduire cette expérience!

Dernière modification du texte: 08/2010


clause de non-responsabilité
Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.