Le point sur...

EURES – planter les graines de la coopération

Allskogsservice, basée à Skärblacka (environ 200 km au sud de Stockholm), est une entreprise suédoise spécialisée dans l’exploitation forestière. Elle s’occupe notamment de planter des arbres et d’entretenir des espaces forestiers. Le printemps et l’automne sont les principales saisons d’activité – durant la première, il s’agit de planter les jeunes pousses de pins et autres conifères, alors que durant la seconde, le travail tourne autour de l’entretien des sous-bois, de l’émondage des branches et du traitement des arbres pour les protéger des insectes. Inutile de dire que le printemps et l’automne peuvent parfois être très «chauds»!

Pour chacune de ces deux saisons, Allskogsservice a besoin d’une vingtaine d’hommes, mais le recrutement de travailleurs intéressés et qualifiés s’est avéré assez difficile, en Suède. Selon Olle Josefsson, co-fondateur d’Allskogsservice, «les jeunes Suédois n’ont pas grand intérêt pour la foresterie».

C’est pourquoi Olle a commencé à chercher sa main-d’œuvre qualifiée à l’étranger. Début 2009, il a participé à un atelier organisé par Arbetsförmedlingen (l’agence nationale pour l’emploi suédoise) et la fédération des employeurs suédois du secteur forestier et agricole (SLA). C’est à cette occasion que Olle a entendu parler d’EURES et de la possibilité de recourir à ses services pour recruter du personnel à l’étranger.

Olle ayant déjà eu des expériences très positives avec des travailleurs lituaniens, il a décidé de compléter son équipe avec des travailleurs de ce pays balte. À l’issue de l’atelier, Olle s’est mis en rapport avec Pirjo Väänänen, son conseiller EURES à Linköping, à qui il a exposé son cas. Pirjo, à son tour, s’est mis en rapport avec sa collègue Loreta Zdaniauskienė, conseillère EURES à Tauragė (Lituanie), pour organiser la participation de Olle à un salon de l’emploi EURES.

«J’ai en fait été très surpris de la vitesse et de la facilité avec laquelle tout s’est mis en place une fois que j’avais contacté Pirjo», se souvient Olle. «EURES a publié mes offres au titre d’Allskogsservice sur son site web. Loreta a aidé à la traduction du descriptif des postes en lituanien et m’a invité à participer à un salon de l’emploi en Lituanie. Lorsque je suis arrivé au salon, Loreta avait déjà présélectionné un certain nombre de CV, et je n’avais plus qu’à conduire les entretiens avec les candidats présélectionnés. Sur deux douzaines de candidats, j’en ai finalement retenu neuf pour travailler dans l’entreprise en avril».

En fin de compte, Olle s’est retrouvé à la tête d’un effectif de 22 personnes pour sa saison de printemps, effectif qu’il a réparti en trois équipes distinctes. Son entreprise exerçant dans trois zones géographiques différentes, Olle ne peut être en même temps dans chacune des équipes. Il a donc besoin de personnel bien formé sur lequel il puisse compter.

«Allskogsservice a la réputation d’une entreprise dotée d’un très haut niveau de service. Aussi, lorsque je recrute de nouveaux collaborateurs, je dois m’assurer qu’ils ont déjà une bonne connaissance de la sylviculture. Qui plus est, je prévois une formation complémentaire pour tous les nouveaux collaborateurs au début de chaque saison, en particulier s’ils viennent de l’étranger. Il faut tenir compte du fait que des zones géographiques différentes impliquent des pratiques forestières différentes. En Suède, par exemple, certaines forêts poussent sur le rocher, ce qui rend la plantation des jeunes pousses beaucoup plus difficile qu’en terrain meuble, comme dans la région baltique», explique Olle.

En dépit d’une proportion relativement élevée de nouveaux collaborateurs, Olle s’est montré très positif concernant la saison de printemps de cette année: «au sein de chaque équipe, j’ai mis les nouveaux avec des collègues plus expérimentés pour faire en sorte qu’ils apprennent les uns des autres. Globalement, je suis très satisfait du résultat. Chacune des équipes comptait de cinq à dix hommes, ce qui nous a rendus très efficaces. En plus, il régnait un bon esprit dans les équipes».

Pour la saison d’automne à venir, Olle espère qu’un grand nombre de ses nouvelles recrues reviendront travailler pour lui, même s’il est bien conscient que certains auront peut-être d’autres engagements. «Nous espérons bien sûr que la plupart reviendront à l’automne, mais même si je dois recruter de nouveaux collaborateurs, je sais que je peux compter sur l’aide de Pirjo et Loreta. Ils ont fait un super travail et je voudrais les remercier ainsi que tout le personnel d’EURES pour le soutien formidable qu’ils nous ont apporté».

Dernière modification du texte: 09/2009


clause de non-responsabilité
Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.