Le point sur...

Mobilité européenne en matière de pensions

Il est notoire qu’EURES se concentre généralement sur les besoins des travailleurs actifs. Dans certains cas, toutefois, les citoyens à la retraite peuvent aussi obtenir une aide et des conseils.

Voici 63 ans, Antonio Salazar voyait le jour dans le sud de l’Espagne, dans l’une des régions les plus pauvres d’Europe alors, en Almeria. L’économie de cette zone rurale était tout particulièrement déprimée dans les années 1950, forçant de nombreux habitants à chercher du travail dans d’autres coins d’Espagne et, parfois même, à l’étranger. Antonio, pour sa part, dut travailler dur dès sa prime enfance sur la ferme familiale, mais il décida à l’âge de 16 ans de prendre son destin en main.

L’adolescent aventureux qu’il était à l’époque, se lança sur les routes en direction du nord de l’Espagne et atteignit une ville sur la frontière avec la France, Port-Bou, séparée de sa voisine française, Cerbère, par un tronçon ferroviaire stratégique. À l’époque, les voies ferrées d’Espagne et de France étaient caractérisées par des écartements différents des rails, imposant aux voyageurs de changer de train et rendant nécessaire le transvasement des marchandises d’un train à un autre au passage de la frontière entre ces pays. Antonio trouva finalement un emploi de porteur manuel de marchandises et opta de travailler du côté français de la frontière où les salaires étaient alors de trois à quatre fois plus élevés qu’en Espagne. Il travailla en France les 17 années qui suivirent, c’est-à-dire jusqu’à ce que l’Espagne rattrape son retard salarial, puis décida de s’installer à Port-Bou, où il exerce encore la même profession à ce jour.

L’an passé, Antonio assista à une manifestation professionnelle itinérante, organisée par le partenariat transfrontalier d’EURES, Pyremed/Pirimed, à l’intention des travailleurs transfrontaliers. Ces séances régulières d’information voient le jour grâce à une coopération avec les maires des communes locales et ont pour finalité d’informer les travailleurs mobiles de leurs droits en matière de travail. Lorsque Ricard Bellera Kirchhoff, conseiller EURES, eut connaissance du parcours professionnel d’Antonio, il comprit immédiatement qu’il pouvait lui venir en aide. Tandis que les hommes peuvent prendre leur retraite en France à l’âge de 60 ans, ils doivent attendre leur 65e anniversaire en Espagne. Antonio aurait donc pu percevoir des prestations françaises de retraite pendant les deux années précédentes et il n’en savait rien.

Sceptique au début, ne pouvant croire qu’il lui était possible de toucher parallèlement un salaire en Espagne et une retraite française, Antonio se laissa finalement convaincre par Ricard, le conseiller EURES qui l’encourageait et lui fournissait des conseils juridiques, et entreprit des démarches. Cinq mois plus tard, le premier versement arrivait sur son compte. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre, en outre, qu’il toucherait une retraite complémentaire à compter de son 65e anniversaire! Ses allocations auront alors une origine triple, l’une en Espagne et les deux autres en France. Antonio aurait été informé de ses droits au moment de ses démarches en Espagne pour percevoir ses prestations de retraite, mais il aurait ainsi perdu trois années de versements en France.

Antonio et Ricard ont célébré le premier virement en dégustant un grand plateau de poissons dans un restaurant en bord de plage, un traitement digne d’un roi pour quelques conseils judicieux de la part d’EURES.


Footnote

L’Eurorégion Pyrénées Méditerranée, qui se partage entre la France et l’Espagne et est reconnue par le Conseil de l’Europe, a été créée en 1991 par cinq régions voisines pour encourager la coopération transfrontalière. Quelques années seulement après sa création, trois de ces régions décidaient d’établir Pyremed/Pirimed, un partenariat transfrontalier EURES dans cette même zone. Il soutient tout aussi bien les personnes désireuses de travailler ou de se former de l’autre côté de la frontière que les employeurs souhaitant recruter dans les régions partenaires.

Dernière modification du texte: 01/2008


clause de non-responsabilité
Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.