Le point sur...

D’Ouest en Est

Après l’élargissement de 2004, de nombreuses entreprises scandinaves ont commencé à s’intéresser aux pays baltes et à la Pologne, installant dans la foulée des bureaux à Vilnius, Riga, Tallinn et Varsovie. L’intensité des échanges entre ces pays a depuis contribué à renforcer la mobilité des travailleurs dans toute la région nordique. Avec son vaste réseau de conseillers locaux et régionaux, EURES s’est révélé un facteur crucial de cette évolution positive.

Alors même que beaucoup de gens se seraient plutôt attendu à un mouvement de travailleurs majoritairement des nouveaux États membres vers la Scandinavie, ce sont les demandeurs d’emploi scandinaves qui ont fait preuve d’une mobilité accrue à destination des pays baltes. Un bon exemple en est l’expérience de l’entreprise Anthill, basée à Stockholm, qui propose un large éventail de services à la clientèle, notamment soutien informatique, diffusion d’informations, vente et marketing, études, recherche, messagerie et communication, mais également des services plus “traditionnels” comme les centres d’appel ou le télémarketing.

Avec des succursales en Finlande, Pologne, Estonie et Lituanie, Anthill recrute des travailleurs des pays scandinaves pour les placer dans toutes ses succursales d’Europe de l’Est. L’entreprise emploie en effet plus de 1 000 personnes sur 14 sites différents. Dans la mesure où ses services sont généralement proposés dans l’une des langues scandinaves, elle est constamment en quête de nouvelles recrues en provenance de Suède, Danemark, Finlande ou Norvège pour occuper des postes vacants dans les pays baltes.

“Nous effectuons beaucoup de recrutements via le réseau EURES”, déclare Carina Saarestic, recruteur en chef pour la région balte. “Nous recherchons des personnes des pays scandinaves, désireuses de s’installer en Estonie ou en Lituanie pour y travailler dans l’un de nos bureaux. À partir de nos locaux de Vilnius et de Tallinn, nous recrutons également des gens du cru qui connaissent les langues scandinaves”.

Certaines connaissances linguistiques sont évidemment nécessaires, mais l’entreprise est toujours en quête de personnes enthousiastes, ouvertes d’esprit et désireuses d’apprendre et de se développer. Dans leur majorité, les employés ont entre une vingtaine et une trentaine d’années.

La plupart des Scandinaves qui viennent travailler à Tallinn s’intègrent très facilement à leur nouvel environnement. “Le mode de vie de la région balte étant très proche du leur, ils n’ont aucun problème à se faire des amis et à s’installer dans le pays d’accueil. Les informations que nous avons en retour sont en général très positives”, ajoute Carina.

EURES constitue depuis longtemps un partenaire fiable de l’entreprise. Dans la mesure où les nouveaux employés restent environ six mois avant d’occuper un nouvel emploi ou de retourner dans leur pays, les agents recruteurs d’Anthill sont fréquemment en contact avec les conseillers EURES. “Nous préférons travailler avec les gens du réseau EURES, car ils ont une connaissance approfondie de la négociation des contrats et des questions administratives. En outre, les services d’EURES sont efficaces et, qui plus est, gratuits”, déclare le recruteur en chef balte à propos de la coopération avec EURES. “Les conseils et le savoir-faire qu’ils transmettent aux entreprises sont précieux et adaptés aux besoins de celles-ci.”


Dernière modification du texte: 04/2007


clause de non-responsabilité
Les articles «Le point sur…» sont destinés à informer les utilisateurs du portail EURES sur des questions d’actualité et les tendances du moment, et visent à stimuler la discussion et le débat. Ils ne reflètent pas forcément le point de vue de la Commission européenne.