Informations sur le marché du travail

Print this page

Italie - Sardegna

Bref aperçu du marché du travail

 

La Sardaigne est une région insulaire autonome à statut spécial. Sa superficie est de 24 100 km2 et elle compte à peine 68 habitants par km2. Au 1er janvier 2017, la population totale de la Sardaigne s’élevait à 1 653 135 habitants (811 407 hommes et 841 728 femmes), concentrés dans les provinces de Cagliari, Sassari, Oristano et Olbia-Tempio, suivies de loin par les provinces de Nuoro, Carbonia-Iglesias et Medio-Campidano. 27 % de la population appartient à la tranche d’âge des 15 à 39 ans, tandis que le pourcentage le plus important (39 %) se situe dans la tranche d’âge des 40 à 64 ans. Un bon nombre d’étrangers résident en Sardaigne et ce nombre a considérablement augmenté (+ 5,2 %) au cours de la période 2015-2016, de sorte que le pourcentage d’étrangers dans la région dépasse désormais la moyenne nationale.  Au 1er janvier 2017, on enregistrait la présence de 50 346 résidents étrangers, des femmes (26 715) pour la plupart, dans la tranche d’âge des 15 à 39 ans, concentrés dans les zones de Sassari, Cagliari et Olbia-Tempio. En ce qui concerne la structure démographique, les provinces d’Olbia-Tempio, d’Ogliastra et de Nuoro, suivies par celles de Sassari et de Cagliari, apparaissent comme les plus «jeunes», tandis que les territoires où la présence de personnes âgées est la plus forte sont ceux d’Oristano et de Carbonia-Iglesias. Le tissu productif régional se composait, au 30/06/2017, de 143 110 entreprises actives, principalement sous la forme d’entreprises individuelles (97 817) comprenant un seul ou de 2 à 9 employés; elles étaient réparties pour l’essentiel dans les secteurs du commerce, des services et du tourisme, de l’agriculture et de la pêche, ainsi que de la construction, et dans les territoires des chefs-lieux de province les plus peuplés, à savoir Cagliari, Sassari, Olbia-Tempo et Nuoro. Selon les dernières données fournies par la chambre de commerce pour l’année qui vient de se terminer, le taux de croissance le plus positif au niveau régional a été enregistré à Ogliastra et dans la région de Nuoro, alors qu’au Nord de la Sardaigne la meilleure performance a été celle de la province d’Olbia-Tempio.

 

Au premier semestre 2017, l’économie régionale a continué à enregistrer de modestes signes d’amélioration. L’analyse de la production par secteur d’activité montre une situation difficile dans l’agriculture, en raison d’événements climatiques extraordinaires de plus en plus fréquents (sécheresses, inondations, etc.) qui ont eu une incidence néfaste sur les cultures et dans le secteur de l’élevage. Dans ce dernier cas, les résultats insatisfaisants ont également été influencés par l'évolution des prix à l'exportation, en particulier pour la production laitière dans le secteur ovin, et par la baisse des prix intérieurs du lait de vache. Le secteur industriel s’est maintenu, dans l’ensemble, montrant même des signes d’une légère croissance qui, bien que moins marquée que les deux années précédentes, a néanmoins permis des soldes positifs mais avec une tendance hétérogène.  En effet, l’agroalimentaire présente une évolution négative, due principalement à la baisse des prix des produits laitiers et à une contraction de l’exportation, notamment vers l’un des principaux pays importateurs, l’Amérique du Nord. Les entreprises plus orientées vers les marchés internationaux ont bénéficié d’une meilleure conjoncture; à souligner, notamment, la bonne performance des entreprises chimiques et pharmaceutiques.  Dans le secteur manufacturier, la crise économique des dernières années et la petite taille des entreprises ont déterminé une forte contraction des entreprises, surtout dans la région de Nuoro. La conjoncture est toutefois restée positive, malgré les difficultés du secteur agroalimentaire, compensées par une bonne performance des domaines chimique et pétrolifères. Dans le secteur du bâtiment, la situation est restée plus ou moins la même. Le volet incitatif à la rénovation des logements civils reste dynamique, tandis que la construction de nouveaux bâtiments résidentiels et la construction de travaux publics ont connu un ralentissement. En 2018, il faut s’attendre à une reprise globale, notamment si le secteur des travaux publics se débloque. Le marché immobilier, qui enregistre une modeste, mais continuelle augmentation, est également dynamique, notamment dans les zones les plus urbanisées. Dans le tertiaire, qui représente en Sardaigne le domaine dans lequel se concentre le plus grand nombre d’entreprises et d’employés, le renforcement s’est poursuivi. Le domaine du commerce a bénéficié d’une croissance de la consommation des ménages.  Dans les services, le tourisme et les transports, la tendance positive a été principalement déterminée par la croissance des flux touristiques étrangers.

Pour ce qui est du tourisme, l’évolution positive dans la zone de Gallura et dans le Sud de l’île se poursuit alors que la zone de Sassari subit un léger fléchissement. Cette tendance positive s'explique à la fois par la perception d'une plus grande sécurité géopolitique par rapport aux autres destinations et par le développement du tourisme de croisière, notamment dans la région de Cagliari. Il convient de souligner que les bonnes performances touristiques de cette année ont eu un effet positif non seulement sur le tissu économique lié au tourisme, mais aussi sur le marché du travail de l’île dans son ensemble, ce qui prouve l’étroite interdépendance que le tourisme est capable de déclencher dans la région entre tous les différents secteurs d’activité économique.

Au cours de l’année 2017, les niveaux d’occupation de 2016 se sont globalement maintenus. Toutefois, une comparaison avec le même trimestre de l’année précédente, montre qu’à la fin 2017, il y avait une diminution du nombre d'employés dans les composantes masculine et féminine de l'effectif, en particulier sous la forme de contrats à durée indéterminée. En revanche, les 2e et 3e trimestres 2017 se sont caractérisés par une reprise de l’emploi, non seulement par rapport au premier trimestre 2017, mais aussi par rapport à la même période de l’année précédente et ceci grâce à une excellente saison touristique.

Au 4e trimestre de 2017, selon les estimations du Service Statistique Régional basées sur les données de l’ISTAT, la main-d’œuvre disponible se composait de 672 000 personnes et il y avait environ 548 000 employés, répartis principalement dans les secteurs des services, du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration, suivis loin derrière par l’industrie au sens strict, le bâtiment et l’agriculture.

 

Dernière modification du texte: 11/2018


Êtes-vous satisfait(e) de l'information fournie à ce sujet?


Avez-vous besoin d'aide?  
Avez-vous besoin d'aide?