chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Ressource

Agiter les cellules grises : les enjeux de l'école en prison

Langue: FR

Posté par Thierry Ardouin

Voici en introduction la présentation du dossier de "La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation "- n°59 • 3e trimestre 2012. Un vrai défi toujours d'actualité.

« Dans le milieu carcéral, où toute possibilité de liberté de circulation est impossible, il est nécessaire de trouver des moyens pour échapper à la grisaille du quotidien. Durant les 17 années que j’ai passées « derrière les barreaux », j’ai toujours essayé, sous une forme ou sous une autre, de créer une brèche qui me permettait d’accéder à d’autres mondes que celui du quotidien. Je me souviens notamment de ce que j’appelais un « voyage dans le temps ». L’idée était toute simple : elle consistait à me procurer auprès de la bibliothèque, notamment, des livres sur un thème donné, par exemple l’Antiquité égyptienne. Ainsi, muni de plusieurs livres, je me payais le « luxe » de rester en cellule plusieurs jours de suite, dédaignant l’heure de promenade quotidienne au profit de cet immense monde qui s’ouvrait à moi. Je me plaçai en quelque sorte « hors les murs de la prison ». Le voyage dans le temps ou dans une liberté de penser, de se penser, c’était aussi l’école. Au-delà de l’enseignement, avec l’enseignement sur place, le plus important – tout au moins pour moi – est le lien humain développé au fil des cours avec l’intervenant. Des rapports se nouent petit à petit entre l’enseignant et le détenu. Il est très rare que le cours reste purement dogmatique. Une relation de confiance s’instaure petit à petit et de simples rapports humains s’établissent. Cela peut sembler banal, mais dans le milieu de la prison, on finit par oublier ce qu’est un rapport humain. En effet, les personnes qu’on côtoie principalement sont nos co-détenus et les gardiens. Ces derniers sont là pour nous surveiller et éviter qu’on leur fausse compagnie... »

Ces mots permettent d’entrevoir ce que l’enseignement en prison peut représenter pour ceux qui sont détenus, le symptôme d’une institution totale, mais aussi le signe d’une institution qui s’ouvre, la jouissance de la connaissance, mais aussi l’alibi du savoir pour pouvoir sortir d’une condition recluse, rencontrer l’autre et dépasser la carcéralisation des relations. Ces mots retraçant un itinéraire singulier vers la connaissance et la liberté de penser, nous invitent, au fond, à nous interroger sur la place de l’école et de l’enseignement dans une institution aussi particulière que la prison, sur le rôle de chaque enseignant dans le contexte carcéral au regard des spécificités d’élèves particuliers, ainsi que sur l’expérience et le vécu de ces derniers

Auteur(s) de la ressource: 
Daniel Beauvais Ingénieur d’études, INS HEA Cécile ramBourg Enseignant chercheur, CIRAP-ENAP- "La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation "
Date de publication:
Vendredi, 1 Juin, 2012
Langue du document
Type de ressource: 
Articles
Pays:
Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn