chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Espace actualités

Une charte pour les compétences clés vise à rendre effective l'universalité du certificat Cléa

12/12/2017
Langue: FR

Selon une dépêche AEF du 12 décembre

L’Apapp, le Copanef, CCI France et le Comité mondial des apprentissages tout au long de la vie ont lancé une charte pour l’accès de tous aux compétences clés européennes le 14 novembre 2017, viennent de faire savoir les partenaires. Dans ce cadre, les signataires s’engagent à travailler de concert pour faciliter l’accès du plus grand nombre aux huit compétences clés européennes (réflexion, initiative, évaluation des risques, prise de décision). Si le dispositif Cléa créé par les partenaires sociaux ne certifie pas l’ensemble de ces compétences clés, les signataires demandent d’en garantir l’accès "universel". Ils rappellent à ce titre les missions régaliennes de l’État, et constatent que la régionalisation des politiques de formation s'est traduit par une priorité donnée aux cursus qualifiants, au détriment de ceux portant sur les savoirs de base et visant les publics les plus fragiles.

Selon une étude de l’OCDE, en 2016 sur 33 pays étudiés, la France n’était que 24e en termes de compétences des adultes sur des savoirs de base essentiels, soit en littératie et numératie. Fort de ce constat, le 14 novembre 2017, L’Apapp, le Copanef, CCI France et le Comité Mondial des Apprentissages tout au long de la vie, ont lancé une charte pour l’accès de tous aux compétences clés européennes.

Les recommandations du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2016, précisent que les huit compétences clés européennes sont "celles nécessaires à tout individu pour l’épanouissement et le développement personnel, la citoyenneté active, l’intégration sociale et l’emploi". Elles sont "considérées comme étant aussi importantes les unes que les autres, dans la mesure où chacune d’entre elles peut contribuer à la réussite de l’individu vivant dans une société de la connaissance." 

DÉPLOYER CLÉA

Ainsi en s’appuyant sur les recommandations européennes, mais aussi sur le droit d’accéder aux compétences de base, matérialisé en France par le certificat Cléa, les signataires de la charte s’engagent "à rechercher les complémentarités nécessaires des actions à mener" sur leurs territoires ou secteurs d’activité. "Tout acte d’accompagnement, d’orientation ou d’information doit intégrer un positionnement sur les compétences clés afin d’optimiser le parcours de formation ou d’accompagnement pour en garantir la réussite", souligne la charte.

Par ailleurs sur cette question, les signataires s’inquiètent des effets de la décentralisation des politiques de formation, et de l’accent mis sur les cursus qualifiants. Ils constatent déjà "un désinvestissement du champ des compétences clés" et renvoient l’État à ses missions régaliennes. À ce titre, ils préconisent le retour de politiques structurelles et pluriannuelles, et considèrent comme prioritaire l’établissement "d’une cartographie lisible des possibilités d’accompagnement et de formation qui sont proposées sur le territoire."

Si Cléa ne certifie pas l’ensemble des 8 compétences clés européennes, "c’est une première marche importante socialement reconnue de validation d’un socle de compétences accessible de droit". À ce titre, les signataires appellent à ce qu’il soit réellement universel et à sa généralisation effective, comme à "la nécessité d’y associer des modalités financières garantissant son unité (un seul et même Cléa)."

Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+ Share on LinkedIn