chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

L’approche des musées vis-à-vis du public adulte évolue

08/02/2018
by Mary-Clare O'CONNOR
Langue: FR
Document available also in: EN PL RO HR

/epale/fr/file/museums-adults-epaleMuseums adults EPALE

Museums adults EPALE

En Europe, les musées ciblaient traditionnellement les enfants, mais ils ont récemment commencé à prendre en compte les adultes, qui constituent une audience beaucoup plus complexe et diversifiée.

Les enfants ont toujours représenté une part très importante des audiences des musées parce que le lien entre ce qu’un musée peut offrir en termes de connaissances et le contenu des programmes scolaires est assez évident. Au début de chaque année scolaire, presque tous les musées annoncent leur offre éducative, ciblant clairement les divers niveaux scolaires par différents programmes, et insistent sur l’importance de compléter l’enseignement scolaire plus théorique par de l’« apprentissage à partir des objets » physiques.   

Cela a toujours été le cas et cela le restera. Cependant, plus récemment, dans leur planification et leur prestation de services publics, les musées ont commencé à prendre en compte une audience différente, beaucoup plus complexe et diversifiée : les adultes.

Les raisons de cette évolution sont nombreuses. Les musées d’Europe subissent de plus en plus de pressions de la part des organismes de financement et du public lui-même, ils doivent montrer la valeur sociale de leur travail. C’est pour cette raison qu’améliorer l’accès aux musées et élargir leur audience est devenu un impératif. Alors qu’ils étaient considérés comme des temples dédiés à la conservation et l’exposition d’objets d’art, ils sont désormais des tribunes, des centres au service de la communauté, et ils essayent de répondre aux besoins et attentes de leur public. L’attention plus grande accordée par les musées à leur audience est bien établie dans certains pays, moins dans d’autres, mais il est clair que le musée n’est plus, ou plus seulement, un espace didactique, mais également un lieu d’apprentissage informel, individuel.

La notion même d’apprentissage a évolué, ainsi que le suggère la définition qu’en donne la campagne du Royaume-Uni pour l’apprentissage, et les musées sont typiquement des institutions qui peuvent faire participer le public et créer des expériences et des interactions constructives.

Ainsi, si l’on examine ce qui est encore considéré comme des « activités éducatives au musée », mais qui devrait plus justement être appelé « activités pour la participation du public », l’on peut trouver des exemples très intéressants d’initiatives menées par des musées destinées à une audience d’adultes. Cela peut aller de la co-organisation d’expositions à des cours de langues, initiatives par lesquelles le musée s’offre lui-même aux migrants comme lieu dans lequel ils peuvent aussi bien apprendre à s’exprimer dans une autre langue que se familiariser avec des éléments de la culture et de l’histoire de leur pays d’accueil.

L’on trouve également des cours sur les œuvres d’art destinés aux personnes âgées atteintes de démence et à leurs aidants, des cours ciblant les personnes vulnérables (chômeurs de longue durée, jeunes à risque d’exclusion et/ou de délinquance, personnes handicapées). Les musées peuvent offrir un accès au patrimoine, peuvent encourager le retour à l’apprentissage et améliorer les perspectives d’emploi.

Toutes ces activités ont en commun le fait que, pour les mener à bien, les musées doivent collaborer avec d’autres organismes (centres de réfugiés, centre de formation pour adultes, hôpitaux, prisons, etc.), ce qui amplifie leur rôle social et leur impact sur la communauté. De telles initiatives ont un deuxième point commun : elles aboutissent à des résultats qui ne sont pas exclusivement l’apprentissage, mais également des changements de valeurs, d’attitudes, de comportements, une augmentation du bien-être, de la confiance en soi et dans certains cas, comme l’ont déclaré des participants, un « allongement de l’espérance de vie ».

Le financement européen a également contribué à élargir les possibilités des musées de cibler les adultes. En 2005, un projet intitulé « Lifelong Museum Learning » (« Apprentissage tout au long de la vie au musée ») a été lancé pour évaluer les besoins de formation des professionnels voulant travailler avec des adultes. Des formations basées sur les constatations de cette évaluation ont été organisées. Un livre a également été publié, Lifelong learning in museums. A European Handbook (Apprentissage tout au long de la vie dans les musées : un manuel européen). Il propose des conseils pratiques aux professionnels des musées et inclut plusieurs exemples d’activités destinées à des publics adultes divers.

Ce livre est toujours considéré comme une précieuse source d’informations et d’inspiration et a été traduit en plusieurs langues. Depuis lors, d’autres projets axés sur les bénévoles, les migrants, les jeunes adultes et financés par l’UE ont suivi et le réseau Grundtvig «LEM - The learning Museum» (2010-2013) en est un des principaux. Ce réseau rassemble 88 musées et organismes liés aux musées engagés dans l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie.

A la fin du projet, l’héritage de LEM a été repris par NEMO, le réseau d’organismes européens, qui l’a fait renaître dans l’un de ses Working Groups. Ce groupe effectue désormais de nouvelles visites de recherche et d’étude. Il permet lui aussi le débat grâce à son forum et offre un espace d’apprentissage et d’échange de pratiques visant à impliquer les adultes dans les musées. 

NEMO collabore avec 20 autres réseaux culturels internationaux :

NEMO works together with 20 other international cultural networks:

ARRE - Association of European Royal Residences
CAE - Culture Action Europe
ECHO - European Concert Hall Organisation
EMC - European Music Council
ELIA - European League of Institutes of the Arts
ETC - European Theatre Convention
EMCY - European Union of Music Competitions for Youth
Eurozine
Res Artis
OTM - On the Move
ECA-EC - European Choral Association - Europa Cantat
ENCC - European Network of Cultural Centres
IMC - International Music Council
IETM - International network for contemporary performing arts
TEH - Trans Europe Halles
RANN - Réseau Art Nouveau Network
FACE - Fresh Arts Coalition Europe
NEMO - The Network of European Museum Organisations
Triangle Network
RESEO - European Network for Opera, Music and Dance Education
 

Margherita Sani travaille à l’Istituto Beni Culturali Regione Emilia Romagna et est membre de NEMO (Network of European Museum Organisations)

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 3 sur 3
  • Portrait de Elena Galifianaki

    This is an excellent initiative on engaging adults and migrants with museums.

    Remember next week EPALE is hosting Migrant Education Week 25-29 April (https://ec.europa.eu/epale/node/20789).

    There will be 3 LIVE discussions taking place on Tue 26th, Wed 27th and Thu 28th April (Experiences, Challenges and Solutions). Join in the discussions and share on social media with the hashtag #epale2016.

    To get an email alert as the live discussions start, go to the EPALE Soonfeed and click "Join" for each discussion: https://ec.europa.eu/epale/blog/epale-soonfeed.

    See you online next week!

    Eleni

  • Portrait de Daria Sowińska-Milewska

    Warto włączać szerzej muzea w edukację dorosłych, to bardzo dobra idea. W Stowarzyszeniu Trenerów Organizacji Pozarządowych w ramach projektu "E-process in e-learning" podczas szkolenia trenerów elementem modułu o osobach o szczególnych potrzebach na sali szkoleniowej (np. niepełnosprawnych) była wizyta w Muzeum F.Chopina w Warszawie. Muzeum jest tzw. muzeum dostępnym, w tym dla osób niewidzących i niesłyszących! W ten sposób można połączyć teorię i praktykę dla lepszego efektu edukacyjnego.

     

     

  • Portrait de Aleksander Kobylarek

    Muzea europejskie mają niesamowity potencjal edukacyjny. Odwiedzając liczne placówki w europejskich centrach kulturowych niejednokrotnie zastanawiałem się nad możliwościa połączenia oferty edukacyjnej takich centrów z propozycjami turystycznymi biur podróży oraz innnych instytucji kultury. Takie wycieczki dla wyrafinowanych konsumentów kultury mogłyby być nowa formą edukacji łaczącą w sobie elementy wszystkich trzech typow- formalnej, pozaformalnej i nieformalnej. O ofercie muzealnej warto zawsze też pomyśleć przy okazji ralizacji różnych projektów edukacyjnych jako elemencie wzbogacajacym. Może to być wreszcie niezwykle istotne w przypadku budowania wspólnej europejskiej tożsamości.