De quoi s’agit-il?

 
Le premier principe du socle européen des droits sociaux énonce que toute personne a droit à une éducation, une formation et un apprentissage tout au long de la vie inclusifs et de qualité, afin de maintenir ou d’acquérir des compétences lui permettant de participer pleinement à la société et de gérer avec succès les transitions sur le marché du travail.
 
Lors du sommet social de Göteborg en 2017, les chefs d’État et de gouvernement européens ont examiné comment tirer pleinement parti du potentiel que présentent l’éducation et la culture en tant que moteurs de la création d’emplois, de la croissance et de l’équité sociale, ainsi qu’en tant que moyens d’expérimenter l’identité européenne dans toute sa diversité. La communication de la Commission européenne intitulée «Renforcer l’identité européenne par l’éducation et la culture» leur a servi de source d’inspiration. 
 
Le Conseil européen de décembre 2017 a invité les États membres, le Conseil et la Commission à faire avancer le programme examiné à Göteborg.
 
En janvier 2018, la Commission européenne a adopté trois propositions visant à contribuer à construire des sociétés inclusives et cohésives grâce à l’éducation et à la culture:
La proposition de recommandation relative aux compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie définit les compétences nécessaires à tout Européen pour l'épanouissement et le développement personnels, l'employabilité, la cohésion sociale et la citoyenneté active. Elle invite les États membres à veiller à ce que leurs systèmes d’éducation et de formation soient en mesure de doter les citoyens de ces compétences.
 
La proposition de recommandation relative à la promotion de valeurs communes, à l’éducation inclusive et à la dimension européenne de l’enseignement vise à aider les États membres de l’UE à promouvoir des valeurs communes en tant que facteurs de cohésion et d'inclusion, à favoriser la création d'environnements d'apprentissage participatifs à tous les niveaux de l'éducation, à améliorer la formation des enseignants sur la citoyenneté et la diversité, et à développer davantage l'éducation aux médias et l'esprit critique de tous les apprenants, en particulier face à la montée du populisme, de la xénophobie, des nationalismes qui divisent, des discriminations et de la radicalisation menant à la violence. 

Comment atteindre ces objectifs?

La coopération politique au niveau européen et les programmes de financement de l’Union, tels que le programme Erasmus+, contribuent à favoriser l’éducation inclusive.

Comme l'indique le rapport conjoint 2015 du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation («Éducation et formation 2020»), la stratégie de l’UE inclut «l’éducation inclusive, l’égalité, l’équité, la non-discrimination et la promotion des compétences civiques» dans les domaines d'action prioritaires de la coopération européenne en matière d’éducation et de formation. 

La Commission a mis en œuvre à ce titre un large éventail de mesures, telles que:

  •  la création d’un groupe de travail d’experts sur la promotion de la citoyenneté et des valeurs communes, qui a élaboré un recueil en ligne de bonnes pratiques dans ces domaines; 
  •  le suivi 2017 de l’éducation et de la formation, qui a fourni des éléments de preuve sur le rôle de l’éducation dans la lutte contre les inégalités et la promotion de l’inclusion sociale;
  •  l’organisation d’une initiative mettant en avant des personnes engagées dans des activités visant à promouvoir l’inclusion sociale et à empêcher l’exclusion et la radicalisation violente des jeunes; 
  •  une boîte à outils sur la prévention de la radicalisation violente à l'intention des jeunes travailleurs s’occupant de jeunes menacés de marginalisation; 
  •  un prix européen de l’inclusion sociale par le sport;  
  •  la mise à disposition d’un financement annuel au titre du programme Erasmus+ afin d’élaborer des politiques et des pratiques novatrices au niveau local, en privilégiant l’inclusion sociale.

Prochaines étapes

La Commission apporte également son soutien aux actions suivantes:
  • le développement de la boîte à outils européenne pour les écoles, une plateforme en ligne destinée aux établissements scolaires et aux enseignants, qui propose des exemples de bonnes pratiques et des ressources sur la manière de mettre en place des approches collaboratives dans les établissements scolaires, afin de les ouvrir plus largement et de permettre à tous de réussir;
  • le développement de la plateforme en ligne eTwinning, qui relie des enseignants et des salles de classe dans toute l’Europe, et promeut des formations pour les enseignants en matière d’éducation à la citoyenneté dans le cadre du programme Erasmus+;
  • des mesures destinées à inciter les établissements d'enseignement supérieur à attribuer des crédits en faveur du volontariat et à élaborer des programmes de cours qui conjuguent contenu universitaire et engagement civique;
  • la mise en œuvre du corps européen de solidarité, la nouvelle initiative de l’Union qui vise à donner aux jeunes la possibilité de se porter volontaires ou de travailler dans le cadre de projets organisés dans leur pays ou à l’étranger en vue d'aider des communautés et des personnes dans toute l’Europe;
  • le pilotage et la mise en place d’une nouvelle action «Erasmus+ Initiative pour l’échange virtuel», qui permettra à des jeunes en Europe et dans les pays du sud de la Méditerranée d'échanger des opinions et des idées lors de conférences en ligne structurées et facilitées, dans le but de renforcer la sensibilisation et la tolérance interculturelles.