×

Merci de visiter le nouveau site web «Éducation et formation».  La plupart des pages ne sont disponibles qu’en anglais actuellement.  Toutefois, la traduction du site dans les 23 autres langues officielles de l’UE est en cours.  Nous mettrons les traductions en ligne dès qu’elles seront disponibles.

Diversité linguistique

La coexistence harmonieuse de nombreuses langues en Europe est un symbole puissant de l’aspiration de l’UE à l’unité dans la diversité, qui est un des piliers du projet européen.

Quel est l’enjeu?

La coexistence harmonieuse de nombreuses langues en Europe est un symbole puissant de l’aspiration de l’UE à l’unité dans la diversité, qui est un des piliers du projet européen.

Si les langues déterminent l'identité de chacun, elles font aussi partie d'un héritage commun. Elles servent de pont vers l'autre et ouvrent à d’autres pays et cultures, en favorisant la compréhension mutuelle. Une politique du multilinguisme bien menée peut avoir des incidences positives sur la vie des citoyens: elle améliore l'employabilité, facilite l'accès aux services et aux droits et contribue à la solidarité en renforçant le dialogue interculturel et la cohésion sociale.

L'UE compte 440 millions de citoyens, 27 États membres, 3 alphabets et 24 langues officielles, dont certaines ont une couverture mondiale. Une soixantaine d'autres langues régionales et locales font également partie de son patrimoine linguistique. Les migrants ont en outre apporté avec eux un large éventail de langues: on estime qu’au moins 175 nationalités cohabitent sur le territoire de l’Union.

La diversité linguistique est inscrite à l’article 22 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Le respect des «droits des personnes appartenant à des minorités» constitue l’une des valeurs fondatrices de l’Union européenne. En outre, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne interdit toute discrimination fondée sur l'appartenance à une minorité nationale et prévoit le respect par l'Union de la diversité culturelle, religieuse et linguistique.

Toutefois, la Commission ne dispose pas de compétences générales en ce qui concerne les minorités. Elle n’a notamment pas de compétence concernant la définition de ce qui constitue une minorité nationale, la reconnaissance du statut des minorités, leur droit à disposer d'elles-mêmes et leur autonomie ou le régime régissant l'emploi des langues régionales ou minoritaires, ces questions relevant de la responsabilité des États membres.

Que fait la Commission?

Lors de la Journée européenne des langues organisée tous les ans le 26 septembre, la Commission européenne s’associe au Conseil de l'Europe, au Centre européen pour les langues vivantes, à des instituts de langues et à des citoyens de toute l'Union pour promouvoir la diversité linguistique et l'apprentissage des langues au travers d’une série d'événements et de manifestations.

Les programmes éducatifs de l’UE ont toujours soutenu et continueront à soutenir le financement de projets axés sur l’apprentissage des langues. Le programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie (2007-2013) comprenait un volet consacré à l'apprentissage des langues et à la diversité linguistique. Ce programme a aidé des réseaux contribuant à l’élaboration de politiques linguistiques ainsi que des projets multilatéraux visant à préparer du matériel d’apprentissage et à le mettre à disposition d'un large public.

L'apprentissage des langues et la diversité linguistique figurent également parmi les priorités du programme Erasmus+ (2014-2020). Toutes les langues peuvent être soutenues au moyen de projets et de partenariats stratégiques cofinancés par Erasmus+. Des exemples de projets linguistiques figurent dans la base de données des résultats de projets.

Europe créative, le programme culturel de l’UE, soutient la traduction littéraire afin de permettre au plus grand nombre d’accéder aux travaux littéraires et de préserver la diversité linguistique de l'UE.