À propos de la politique scolaire

La Commission collabore avec les États membres de l’UE pour contribuer au développement des systèmes d’enseignement scolaire. Bien que chaque État membre soit responsable de l’organisation et du contenu de ses systèmes d’éducation et de formation, il existe des avantages à collaborer sur des questions d’intérêt commun à l’échelle de l’UE.

Soutien de l’UE en faveur de la politique scolaire

La Commission soutient les efforts nationaux:

  • en travaillant en étroite collaboration avec les responsables politiques nationaux afin de les aider à mettre en place des politiques et systèmes d’enseignement scolaire et notamment de suivre les progrès accomplis sur la voie des objectifs fixés dans le cadre du Semestre européen. La Commission rassemble et partage des informations et des analyses, et encourage l’échange d’informations et de stratégies, notamment par l’intermédiaire des groupes de travail «Éducation et formation 2020». Depuis 2016, le groupe de travail sur les écoles a pour mission d’améliorer la gouvernance des systèmes d’enseignement scolaire afin de promouvoir le renforcement de la qualité par l’inclusion et l’innovation durable;
  • en contribuant de manière significative à des projets européens de coopération visant à favoriser la mobilité des enseignants et des élèves, dans le cadre du programme Erasmus+.

Domaines prioritaires

Les ministres de l’éducation des États membres de l’UE ont recensé les domaines prioritaires suivants:

  • tous les élèves devraient acquérir des compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie. Pour atteindre cet objectif, il faut redéfinir les programmes d’études et les évaluations, dispenser des formations au personnel scolaire et améliorer la disponibilité et l’utilisation d’outils et de ressources d’apprentissage de qualité;
  • chaque élève devrait bénéficier d’une expérience d’apprentissage de qualité, et l’enseignement et l’accueil de la petite enfance devraient être plus largement disponibles;
  • les apprenants ayant des besoins éducatifs spécifiques, y compris les migrants dans l’UE, devraient être davantage soutenus au niveau scolaire, et le décrochage scolaire devrait être réduit;
  • les enseignants, les chefs d’établissement et les formateurs d’enseignants devraient bénéficier d’un soutien accru, y compris de possibilités continues de développement professionnel et de perspectives de carrière flexibles et attrayantes;
  • l’assurance de la qualité devrait être améliorée afin de garantir une gouvernance plus efficace et équitable de l’enseignement scolaire et de faciliter la mobilité des personnes qui suivent et mettent en œuvre des programmes d’éducation et de formation.

La Commission a mis en place un cadre pour la coopération politique européenne («Éducation et formation 2020») en vue de favoriser la coopération pour l’élaboration de bonnes pratiques dans les domaines de l’éducation et de la formation. Elle réalise régulièrement des études sur la situation dans l’ensemble de l’Europe afin de suivre les progrès réalisés en matière de développement et de réforme des systèmes d’éducation et de formation.

L’avenir de la politique scolaire dans l’UE

La communication de la Commission sur le développement des écoles et un enseignement d’excellence pour bien débuter dans la vie fournit des éléments de preuve et propose des mesures visant à améliorer la qualité et le caractère inclusif de l’enseignement scolaire, les compétences des enseignants et des chefs d’établissement, ainsi que la gouvernance des écoles. Le document de travail des services de la Commission qui l’accompagne fournit des éléments de preuve à l’appui des propositions formulées dans la communication.

Dans sa communication intitulée «Construire une Europe plus forte: le rôle des politiques en faveur de la jeunesse, de l’éducation et de la culture», la Commission a proposé une deuxième série d’initiatives mettant en évidence le rôle essentiel joué par l’éducation, la jeunesse et la culture dans la construction de l’avenir de l’Europe.

En outre, la communication de la Commission intitulée «Renforcer l’identité européenne par l’éducation et la culture» présente la vision d’un espace européen de l’éducation. La mobilité, la reconnaissance mutuelle des diplômes et des périodes d’études effectuées à l’étranger, l'apprentissage des langues, l’éducation et l’accueil de la petite enfance, la profession d’enseignant, l’innovation et les technologies numériques y sont définis comme des domaines clés de coopération dans l’enseignement scolaire à l’échelle de l’UE.