Classes multilingues

De plus en plus d’élèves dans l’Union européenne ont une langue maternelle différente de la langue principale d’enseignement à l’école.

La question est de savoir comment l'école peut tirer le meilleur parti de cette diversité linguistique.

Quel est l’enjeu?

De plus en plus d’élèves dans l’Union européenne ont une langue maternelle différente de la langue principale d’enseignement à l’école. La proportion varie considérablement entre les pays de l’UE, allant de 1 % en Pologne à 40 % au Luxembourg.

Les enfants de migrants enrichissent les classes en apportant de nombreuses langues et compétences linguistiques. C'est un atout pour les élèves, les établissements scolaires et l'ensemble de la société. La question est de savoir comment l'école peut tirer le meilleur parti de cette diversité linguistique.

Pourquoi agir dans ce domaine?

Il est démontré que les enfants de migrants obtiennent généralement de moins bons résultats dans l'acquisition des compétences de base. Les établissements scolaires doivent adapter leurs méthodes pédagogiques pour appréhender de façon constructive et positive les différents univers linguistiques des enfants, de façon à ce que tous les élèves puissent s'épanouir à l'école.

Quelles sont les mesures prises jusqu’à présent?

La Commission européenne collabore avec les pays de l'UE pour définir des stratégies d’apprentissage des langues efficaces dans des contextes multilingues et favoriser l'échange de bonnes pratiques. Cette collaboration, enrichie de recherches documentaires approfondies, a donné lieu à un rapport intitulé «L’enseignement et l’apprentissage des langues dans les classes multilingues».

Dans le prolongement du premier rapport sur les classes multilingues et pour contribuer à la révision du cadre des compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, une série d’ateliers thématiques et d’activités d’apprentissage par les pairs concernant l’intégration des enfants de migrants par l’enseignement scolaire ont été organisés en 2016 et 2017. Parmi les experts réputés ayant contribué aux débats figurent Emmanuelle le Pichon-Vorstmann, Dina Mehmedbegovic, Ellen-Rose Kambel et Teresa Tinsley. Le groupe a rédigé deux rapports: «Repenser l’apprentissage des langues et la diversité linguistique à l’école» et «La scolarisation des jeunes migrants en Europe: apprentissage et pratique des langues».https://ec.europa.eu/education/content/what-every-educator-needs-know-about-cognitive-benefits-bilingualism_fr

Quelles sont les prochaines étapes?

Le programme Erasmus+ offre des possibilités de développer de nouvelles stratégies d'enseignement et d'apprentissage des langues au sein de classes multilingues, notamment au moyen de politiques expérimentales et de vastes partenariats.

En collaboration avec le Conseil de l'Europe et son Centre européen pour les langues vivantes, la Commission appuiera l'élaboration et la diffusion de nouvelles méthodes d'enseignement des langues dans un contexte multilingue.

Plus largement, la stratégie de la Commission en faveur des métiers de l'enseignement aidera à élaborer des ressources et à offrir un appui aux enseignants travaillant avec des élèves de différentes nationalités au sein d'une même classe.