Les langues pour la croissance et l’emploi

La Commission européenne coopère avec le secteur de l'éducation et de l'emploi pour développer les compétences demandées sur le marché du travail.

De quoi s'agit-il?

Posséder de bonnes compétences en langues et en communication est aussi important pour les individus que pour les entreprises.

Trop d'entreprises européennes perdent des contrats parce qu'elles connaissent mal les langues et les autres cultures. Une approche plus stratégique de la communication multilingue semble de toute évidence nécessaire.

Les jeunes qui apprennent des langues étrangères peuvent étudier ou se former à l’étranger. Non seulement ils se forment dans des disciplines spécifiques, mais ils renforcent également leurs compétences en langues et en communication interculturelle, ce qui constitue un réel atout pour les employeurs.

Une étude sur les incidences du programme d'échange Erasmus montre que les diplômés ayant acquis une expérience à l'étranger réussissent beaucoup mieux sur le marché du travail.

Que fait la Commission européenne dans ce domaine?

La Commission européenne coopère avec le secteur de l'éducation et de l'emploi pour développer les compétences demandées sur le marché du travail. Grâce à son panorama européen des compétences (plateforme de l'UE fournissant des données précises, fiables et actualisées sur le marché du travail), les gouvernements des États membres, les organisations d’employeurs et les syndicats peuvent contribuer à élaborer des prévisions concernant les besoins en compétences dans différents secteurs, et notamment en compétences linguistiques.

ESCO, le projet de classification européenne des aptitudes, des compétences, des certifications et des professions, est une autre initiative importante dans ce domaine. Il s'inscrit dans la cadre de la stratégie Europe 2020. ESCO donne des informations claires (en 24 langues) sur les aptitudes, les compétences et les qualifications exigées pour occuper divers emplois dans l'UE. Lancé en 2010, le projet est soutenu par le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle.

La Commission recueille également des données à partir d'études menées dans l'UE sur les rapports entre les compétences linguistiques, la compétitivité et l’employabilité. La demande en linguistes spécialisés augmente dans les professions linguistiques. La Commission s'emploie à créer des liens entre les universités et les utilisateurs de services linguistiques, par exemple via le forum «Traduire l’Europe».

Quelles sont les mesures prises à ce jour?

Entre 2011 et 2013, la Commission a coordonné une plateforme commerciale qui a contribué à créer le réseau pour la promotion de stratégies linguistiques visant à renforcer la compétitivité et l'employabilité (CELAN). Ce réseau avait pour objectif de définir les besoins linguistiques des entreprises et des employeurs européens et de fournir des outils pour y répondre.

En juillet 2011, le groupe «Les langues au service de l’emploi» a publié un rapport sur l'acquisition de compétences en matière de communication multilingue destinées au marché de l'emploi.

Les résultats des deux derniers rapports exhaustifs sur les langues et l'employabilité, à savoir l'étude sur les compétences en langues étrangères et l'employabilité et l'étude sur les langues et l'employabilité (publiées en 2015) montrent qu'il existe un rapport direct entre les compétences linguistiques et la probabilité d'occuper un emploi. Il est reconnu que le fait de connaître des langues étrangères et d'avoir des compétences dans ce domaine constitue un important facteur de développement professionnel pour les citoyens de l’UE. Ces rapports analysent également la demande en compétences en langues étrangères sur le marché du travail et donnent des recommandations sur la manière de soutenir les employeurs et les travailleurs dans ce domaine.

Le programme Erasmus+ est un autre moyen par lequel la Commission soutient les langues en tant que moteur de croissance.