Mobilité et coopération

Les ministres de l’UE ont décidé de doubler la proportion d’étudiants de l’enseignement supérieur réalisant un cycle d’études ou une période de formation à l’étranger, qui devrait atteindre 20 % en 2020. Le soutien à la mobilité demeure une priorité d’Erasmus+, le programme de l’Union européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Quel est l'enjeu?

La «mobilité à des fins d'apprentissage» permet aux étudiants d'acquérir des compétences précieuses et d’élargir leurs horizons en se rendant à l’étranger pour étudier ou suivre une formation. Les nombreux avantages de la mobilité sont largement reconnus. Selon une enquête réalisée auprès des jeunes Européens (âgés de 15 à 30 ans), plus de 90 % des jeunes estiment qu’il est important d’avoir la possibilité de bénéficier d’expériences de mobilité.

Les ministres de l’UE ont décidé de doubler la proportion d’étudiants de l’enseignement supérieur réalisant un cycle d’études ou une période de formation à l’étranger, qui devrait atteindre 20 % en 2020. Le soutien à la mobilité demeure une priorité d’Erasmus+, le programme de l’Union européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Tu es étudiant et tu veux profiter de l’occasion qui t’est offerte d’étudier ou de te former à l’étranger? Commence par télécharger l’application mobile Erasmus+, qui te guidera avant, pendant et après ton expérience de mobilité.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

Une période d'étude ou de formation à l'étranger aide à acquérir des compétences professionnelles, sociales et interculturelles intéressantes sur le marché de l'emploi. Les étudiants de l’enseignement supérieur ayant une expérience de mobilité à l'étranger ont plus de chances d’occuper un emploi un an après l’obtention de leur diplôme. 93 % de ces étudiants se disent plus sensibles aux autres cultures après leur période de mobilité. 84 % améliorent leurs compétences linguistiques et 80 % estiment que leur capacité à résoudre des problèmes s’est améliorée après leur période de mobilité. Selon l’étude d’impact Erasmus, 9 employeurs sur 10 recherchent des compétences transversales (résolution de problèmes, travail d’équipe, curiosité) au moment du recrutement, qui sont le type de compétences que les étudiants acquièrent lors d'un séjour à l’étranger.

La mobilité et la coopération transfrontière peuvent aussi contribuer à combler le déficit de compétences en favorisant l’acquisition des compétences spécifiques nécessaires pour s’adapter au marché du travail moderne. L’initiative «Digital Opportunity traineeships» est un exemple de cette collaboration. Elle vise à permettre aux étudiants de toutes les disciplines d'acquérir une expérience pratique dans le domaine numérique.

Le développement de nouvelles formes de coopération transfrontière permettra également d’améliorer la qualité de l’enseignement supérieur et de faciliter la reconnaissance des titres universitaires obtenus à l’étranger.

Mesures prises jusqu'à présent

L’Espace européen de l’enseignement supérieur (processus de Bologne) a apporté de profonds changements qui permettent d’étudier et de se former plus facilement à l’étranger: la structure licence-master-doctorat, de même que les progrès en matière de garantie de la qualité, ont facilité la mobilité des étudiants et du personnel enseignant et renforcé les systèmes et les institutions.

L'utilisation d'instruments européens en matière de mobilité et de garantie de la qualité, tels que les crédits ECTS, le supplément au diplôme et le registre européen des agences de garantie de la qualité, encourage la confiance mutuelle et facilite la reconnaissance des diplômes et la mobilité.

Le programme Erasmus+ octroie un soutien direct aux personnes souhaitant élaborer des projets favorisant la coopération transfrontière entre établissements d'enseignement supérieur.

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour que chacun puisse bénéficier de possibilités de mobilité à des fins d’apprentissage. C’est pourquoi la Commission a publié une proposition de recommandation du Conseil en faveur de la reconnaissance mutuelle automatique des diplômes et des acquis de périodes d’apprentissage effectuées à l’étranger. En outre, elle élabore actuellement une carte d’étudiant européenne, qui facilitera l’échange d’informations sur les étudiants, et s’emploie à établir des réseaux d’universités européennes en vue d’améliorer la compétitivité, la qualité et l’excellence dans l’enseignement, la recherche et l’innovation.