Un enseignement supérieur efficace et efficient

L’efficacité et l’efficience de l’enseignement supérieur sont liées à la gouvernance et au financement, ainsi qu’à la promotion d’une culture de la qualité dans les systèmes et les établissements d’enseignement supérieur.

Quel est l'enjeu?

L’efficacité et l’efficience de l’enseignement supérieur sont liées à la gouvernance et au financement, ainsi qu’à la promotion d’une culture de la qualité dans les systèmes et les établissements d’enseignement supérieur. L'organisation et le financement des systèmes d'enseignement supérieur ont un impact important sur leur efficacité globale.

La stratégie «Europe 2020» de l’UE énonce les principes suivants:

  • les systèmes d'enseignement supérieur ont besoin d'un financement adapté. En tant que domaine de dépenses favorisant la croissance, l'enseignement supérieur doit continuer à bénéficier d'investissements publics;
  • les défis rencontrés par l’enseignement supérieur nécessitent une gouvernance et des systèmes de financement plus souples, qui concilient une plus grande autonomie des établissements d’enseignement avec leur responsabilité envers toutes les parties prenantes.

Dans le cadre du processus de Bologne, les États membres collaborent étroitement pour développer une culture de la qualité. L’assurance de la qualité est de nature à accroître la confiance dans l’enseignement supérieur. Tous les établissements d'enseignement supérieur devraient disposer en interne de systèmes rigoureux d’assurance de la qualité, évalués par des agences spécialisées.

Pourquoi agir dans ce domaine?

Si les niveaux de dépenses en faveur de l’enseignement supérieur varient considérablement entre les pays de l’UE, le total des investissements réalisés en Europe dans l'enseignement supérieur est trop bas, les investissements publics faisant l’objet de pressions supplémentaires. Il est important de diversifier les sources de financement de l'enseignement supérieur et d’optimiser les gains générés par les ressources investies.

La réforme et la modernisation de l’enseignement supérieur en Europe dépendent de la compétence et de la motivation des enseignants et des chercheurs. Mais souvent, le recrutement d'enseignants ne suit pas l'augmentation du nombre d’étudiants, mettant sous tension des capacités déjà restreintes.

De meilleures conditions de travail, accompagnées de procédures de recrutement transparentes et équitables, un meilleur développement professionnel initial et continu et une meilleure reconnaissance et valorisation de l’excellence dans l’enseignement et la recherche sont essentiels pour faire en sorte que l’Europe produise, attire et retienne le personnel universitaire de haut niveau dont elle a besoin.

Ces défis exigent une plus grande souplesse et des établissements autonomes, capables de se spécialiser et d'optimiser les résultats de la recherche et la qualité de l'enseignement, tout en favorisant l'excellence. Toutefois, les contraintes juridiques, financières et administratives entravent souvent la liberté des établissements de définir leurs stratégies et leurs structures et de se différencier de leurs concurrents.

Mesures prises jusqu'à présent

La Commission européenne aide les pays de l'UE à mettre en place des modèles efficaces de gouvernance et de financement dans l'enseignement supérieur en soutenant la recherche et la coopération. Elle collabore avec l’OCDE en vue de réviser les structures de financement, d’incitation et de récompense en vigueur dans les systèmes d’enseignement supérieur.

La Commission contribue également à favoriser l’apprentissage mutuel concernant les bonnes pratiques en matière de gouvernance et de financement entre les États membres de l’UE au moyen de l’instrument de conseils entre pairs.

Au cours de la période de programmation 2014-2020, 17 États membres de l’UE ont investi des Fonds structurels et d’investissement européens dans l’enseignement supérieur. Au total, 5,2 milliards d’euros provenant du Fonds social européen ont été consacrés à la formation des personnes, à la réforme des programmes et à l’adaptation de l’enseignement au marché du travail.

Une enveloppe supplémentaire de 1,5 milliard d’euros provenant du Fonds européen de développement régional a été allouée à la rénovation et à la construction de nouvelles infrastructures (résidences d’étudiants, laboratoires, etc.). Les établissements d’enseignement supérieur peuvent bénéficier d’un soutien sous forme de prêts consentis par le groupe BEI en vue d’améliorer leurs installations ou d’élaborer des solutions de financement innovantes.

En ce qui concerne une culture européenne de la qualité, les références et lignes directrices pour l’assurance de la qualité dans l’espace européen de l’enseignement supérieur (telles que révisées et adoptées en 2015 par les États membres et les autres pays participant au processus de Bologne) ont fixé un cadre commun pour les systèmes d’assurance de la qualité au niveau institutionnel, national et européen afin de garantir la responsabilité.

Le Registre européen pour la garantie de la qualité dans l’enseignement supérieur (EQAR) contribue à donner une dimension européenne à l’assurance de la qualité. Les agences de garantie de la qualité doivent respecter les principes des références et lignes directrices européennes pour l’assurance de la qualité (ESG) pour pouvoir s’enregistrer dans EQAR. La Commission européenne publie des rapports sur l'évolution de l’assurance de la qualité à l'échelle européenne.