Éducation inclusive

La Commission européenne a adopté trois propositions visant à contribuer à construire des sociétés inclusives et cohésives grâce à l’éducation et à la culture.

Quel est l’enjeu?

En décembre 2017, le Conseil européen, le Parlement européen et la Commission européenne ont pleinement approuvé l’adoption du socle européen des droits sociaux. L’accord met en lumière l’importance de la dimension sociale, éducative et culturelle des politiques de l’UE pour réunir les Européens afin de construire un avenir commun.

Le premier principe du socle européen des droits sociaux est que «toute personne a droit à une éducation inclusive et de qualité, à la formation et à l’apprentissage tout au long de la vie afin de maintenir et d’acquérir des compétences qui lui permettent de participer pleinement à la vie en société et de gérer avec succès les transitions sur le marché du travail».

Favoriser l’équité, la cohésion sociale et la citoyenneté active constitue l’un des objectifs stratégiques de la coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation au niveau de l’UE. La Commission européenne et le rapport conjoint de 2015 du Conseil européen sur la mise en œuvre de la stratégie «Éducation et formation 2020» ont défini «l’éducation inclusive, l’égalité, l’équité, la non-discrimination et la promotion des compétences civiques» comme un domaine prioritaire pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Les stratégies Europe 2020 et Éducation et formation 2020 ont fixé deux objectifs principaux pour l’éducation inclusive dans toute l’Europe, à atteindre d’ici 2020:

Dans sa contribution au sommet social de Göteborg de novembre 2017, la Commission européenne a exposé sa vision d’un espace européen de l’éducation. Elle rappelle l’importance d'une éducation inclusive et de bonne qualité, depuis l’enfance, pour jeter les bases de la cohésion sociale, de la mobilité sociale et d’une société équitable. Cette vision est également soutenue dans une communication de la Commission soulignant que l’espace européen de l’éducation doit notamment avoir pour objectif de soutenir les États membres dans l’amélioration du caractère inclusif de leurs systèmes d’éducation et de formation.

À la suite de propositions de la Commission, plusieurs initiatives ont déjà été adoptées:

En mai 2018, la Commission a adopté une proposition de nouveau programme Erasmus, qui double son budget. Le programme Erasmus+ actuel permet déjà à des millions de jeunes Européens d’étudier, d’apprendre ou de se former à l’étranger. Le nouveau programme devrait toucher un nombre encore plus grand de personnes, de tous les milieux sociaux.

Comment atteindre ces objectifs?

Le Semestre européen et le Rapport de suivi de l’éducation et de la formation évaluent les progrès accomplis par les États membres vers la réalisation de l’éducation inclusive. Ce Rapport de suivi fournit également des données sur le rôle de l’éducation dans la lutte contre les inégalités et la promotion de l’inclusion sociale.

La Commission a également mis en œuvre un large éventail de projets, tels que:

  • un groupe de travail d’experts sur la promotion de la citoyenneté et des valeurs communes, qui a élaboré un recueil en ligne de bonnes pratiques dans ces domaines;
  • une initiative s’appuyant sur des «modèles positifs» pour promouvoir l’inclusion sociale et prévenir l’exclusion et la radicalisation violente chez les jeunes;
  • une boîte à outils pour les jeunes travailleurs s’occupant de jeunes menacés de marginalisation;
  • un prix européen de l’inclusion sociale par le sport.

En outre, le programme Erasmus+ soutient les initiatives et les activités destinées à développer des politiques et des pratiques innovantes sur le terrain, qui accordent la priorité à l’inclusion sociale.

Prochaines étapes

La Commission travaille sur les projets suivants: :

  • développer la boîte à outils européenne pour les écoles, une plateforme en ligne pour les établissements scolaires et les enseignants qui propose des exemples de bonnes pratiques et des ressources pour la mise en place d’approches collaboratives dans les établissements scolaires, en vue d’améliorer l’inclusion et de garantir l’égalité des chances;
  • développer la plateforme en ligne eTwinning, qui vise à mettre en relation des enseignants et des classes dans toute l’Europe, ainsi qu’à promouvoir des formations pour les enseignants en matière d’éducation à la citoyenneté;
  • élaborer des mesures incitant les établissements d'enseignement supérieur à attribuer des crédits pour le volontariat et à élaborer des programmes de cours qui conjuguent contenu universitaire et engagement civique;
  • mettre en œuvre le corps européen de solidarité, la nouvelle initiative de l’Union qui offre aux jeunes des possibilités de bénévolat ou de travail dans des projets locaux ou régionaux organisés dans leur pays ou à l’étranger;
  • piloter et mettre en place une nouvelle initiative d’échanges virtuels Erasmus+, qui permettra à des jeunes en Europe et dans les pays du Sud de la Méditerranée d'échanger des opinions et des idées lors de cours interactifs en ligne structurés et modérés par des facilitateurs, dans le but de renforcer la sensibilisation et la tolérance interculturelles.