Politique de l’UE dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels
L’enseignement et la formation professionnels constituent un élément essentiel des systèmes d’apprentissage tout au long de la vie. Ils permettent d'acquérir les connaissances, le savoir-faire et les compétences nécessaires pour certains emplois et sur le marché du travail.

L’enseignement et la formation professionnels en bref

L’enseignement et la formation professionnels (EFP) répondent aux besoins de l’économie mais fournissent également aux apprenants des compétences importantes pour leur épanouissement personnel et l’exercice d’une citoyenneté active. Ils permettent de renforcer la performance des entreprises, la compétitivité, ainsi que la recherche et l’innovation, et constituent un aspect essentiel d’une politique sociale et de l’emploi efficace.

Les systèmes d’EFP en Europe peuvent s’appuyer sur un réseau bien développé de prestataires d’EFP. Ces réseaux sont gérés en coopération avec les partenaires sociaux, tels que les employeurs et les syndicats, et au sein de divers organismes (chambres professionnelles, comités et conseils, par ex.).

Les systèmes d’EFP englobent l’enseignement et la formation professionnels initiaux et continus.

L’enseignement et la formation professionnels initiaux (EFPI) se déroulent généralement au niveau de l’enseignement secondaire supérieur, avant l’entrée dans la vie professionnelle. Ils sont dispensés dans un environnement scolaire (principalement en classe) ou professionnel (centres de formation et entreprises, notamment). La situation varie d’un pays à l’autre, en fonction des systèmes d’enseignement et de formation nationaux et des structures économiques.

L’enseignement et la formation professionnels continus (EFPC) sont dispensés après l’enseignement et la formation initiaux, ou après l’entrée dans la vie professionnelle. Ils visent à améliorer les connaissances et à aider les personnes à acquérir de nouvelles compétences, à se reconvertir ou à poursuivre leur développement personnel et professionnel. L’apprentissage dans le cadre de l’EFPC se déroule en grande partie en milieu professionnel.

En moyenne, 50 % des jeunes Européens de 15 à 19 ans participent à l’EFPI au niveau de l’enseignement secondaire supérieur. Toutefois, la moyenne de l’Union européenne (UE) masque d’importantes disparités géographiques, le taux de participation pouvant varier de 15 % à plus de 70 %.

Priorités de l'UE concernant l’EFP

La coopération européenne dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels a été renforcée par le communiqué de Bruges et les conclusions de Riga.

Les institutions de l’UE, les États membres, les pays candidats, les pays de l’Espace économique européen, les partenaires sociaux et les prestataires européens d’EFP se sont mis d’accord sur une série d’objectifs pour la période 2015-2020:

  • promouvoir la formation en milieu professionnel sous toutes ses formes, en accordant une attention particulière aux formations en apprentissage, en associant les partenaires sociaux, les entreprises, les chambres professionnelles et les prestataires d'EFP, ainsi qu'en encourageant l’innovation et l’esprit d’entreprise;
  • développer davantage les mécanismes d’assurance de la qualité, conformément à la recommandation relative à l’établissement d’un cadre européen de référence pour l’assurance de la qualité (CERAQ), et garantir des retours d’informations et d’expériences continus vers les systèmes d’EFPI et d’EFPC fondés sur les acquis d’apprentissage;
  • améliorer l’accès à l’EFP et aux qualifications pour tous grâce à des systèmes plus souples et plus perméables, notamment en proposant des services d’orientation efficaces et intégrés et en permettant la validation de l’apprentissage non formel et informel;
  • renforcer les compétences clés dans les programmes d’EFP et multiplier les possibilités réelles d'acquérir ou de développer ces compétences dans le cadre de l’EFPI et de l’EFPC;
  • permettre un accès systématique aux programmes de formation professionnelle initiale et continue des enseignants, des formateurs et des conseillers de l’EFP, à la fois en milieu scolaire et professionnel, et multiplier les occasions d’y participer.

Le comité consultatif pour la formation professionnelle a adopté un avis sur l’avenir de l’EFP, qui contribuera à l’élaboration de la politique de la Commission européenne au-delà de 2020.

Informations récentes

Le 1er juillet 2020, la Commission a présenté une stratégie ambitieuse destinée à orienter les efforts de relance en matière d’emploi et de politique sociale après la pandémie de COVID-19. Cette stratégie est axée sur les compétences ainsi que sur l’enseignement et la formation professionnels (EFP). 

Les propositions présentées apportent une contribution importante au plan de relance pour l’Europe de la présidente von der Leyen. Celles-ci englobent:

  • La communication de la Commission sur une stratégie européenne en matière de compétences en faveur de la compétitivité durable, de l’équité sociale et de la résilience. Cette communication propose 12 actions de l’UE destinées à soutenir des partenariats pour les compétences, le perfectionnement professionnel et la reconversion, ainsi que l’apprentissage tout au long de la vie. 

    Un des éléments majeurs de la communication est un nouveau pacte pour les compétences qui sera lancé en novembre 2020, lors de la semaine des compétences. La communication fixe des objectifs quantitatifs ambitieux au niveau de l’UE et présente la manière dont l’Union soutiendra les investissements en faveur des compétences. 
     
  • La communication s’accompagne d’un document de travail des services de la Commission sur l’évaluation de la recommandation du Conseil de 2012 relative à la validation de l’apprentissage informel et non formel.
     
  • La proposition de la Commission en vue d’une recommandation du Conseil en matière d’enseignement et de formation professionnels (EFP) en faveur de la compétitivité durable, de l’équité sociale et de la résilience vise à faire en sorte que l’EFP dote la main-d’œuvre — les jeunes comme les plus âgés — des compétences nécessaires pour soutenir la relance après la pandémie de COVID-19, ainsi que les transitions écologiques et numériques, de manière socialement équitable. 

    La proposition présente des actions au niveau de l’UE pour soutenir la réforme de l’EFP et définit des objectifs quantitatifs précis. Elle s’accompagne d'un document de travail des services de la Commission.

Deux agences soutiennent les travaux de la Commission concernant l’EFP:

  • le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop), qui contribue à élaborer les politiques européennes en matière d’EFP, et à les mettre en œuvre grâce à ses recherches, analyses et informations sur les systèmes, politiques et pratiques dans le domaine de l’EFP, ainsi que sur les besoins et exigences en matière de compétences dans l’UE;
  • la Fondation européenne pour la formation (ETF), qui contribue, dans le cadre des politiques de relations extérieures de l’UE, au développement des qualifications et des compétences professionnelles.

Comment l’UE promeut-elle l’EFP?

Instruments financiers soutenant la politique en matière d’EFP

  • Le programme Erasmus+ dispose d’une enveloppe financière indicative de 14,774 milliards d’euros. Sur ce montant, près de 3 milliards d’euros sont affectés à l’EFP pour la période 2014-2020. Chaque année, environ 130 000 apprenants de l’EFP et 20 000 membres du personnel de l’EFP bénéficient des possibilités de mobilité offertes par Erasmus+. En outre, près de 500 projets d’EFP sont financés chaque année dans le cadre des partenariats stratégiques Erasmus+. Le programme finance également d’autres activités, telles que les alliances sectorielles pour les compétences.
  • Le Fonds social européen (FSE) est un important levier financier de l’EFP. Pour la période 2014-2020, un budget important est alloué à des actions de soutien à l’EFP au titre d’un de ses objectifs thématiques. Près de 15 milliards d’euros ont notamment permis d’améliorer l’égalité d'accès à l’apprentissage tout au long de la vie et de promouvoir des parcours flexibles, ainsi que d'accroître l'adéquation des systèmes d’éducation et de formation aux besoins du marché du travail.