Plan d’action en matière d’éducation numérique (2021-2027)

Adapter l'éducation et la formation à l'ère numérique

Le plan d’action en matière d’éducation numérique (2021-2027) expose la vision de la Commission européenne pour une éducation numérique de qualité, inclusive et accessible en Europe. Il s'agit d'un appel à agir en faveur d’une coopération plus étroite au niveau européen pour:

  • tirer les enseignements de la crise du coronavirus, qui amène à utiliser les technologies dans l’éducation et la formation à une échelle sans précédent;
  • adapter les systèmes d’éducation et de formation à l’ère du numérique.

Une consultation publique sur le nouveau plan d’action s’est déroulée de juin à septembre 2020.

Le nouveau plan d’action s'articule autour de deux priorités stratégiques

1. Favoriser le développement d’un écosystème d’éducation numérique hautement performant

Les besoins sont les suivants:

  • des infrastructures, une connectivité et des équipements numériques;
  • une planification et un renforcement efficaces des capacités numériques, y compris des capacités organisationnelles actualisées;
  • des enseignants et du personnel de l’éducation et de la formation compétents et fiables dans le domaine du numérique;
  • un contenu d’apprentissage de qualité, des outils conviviaux et des plateformes sécurisées qui respectent la vie privée et les normes éthiques.

La Commission a l'intention de:

  • lancer un dialogue stratégique avec les États membres de l’Union européenne (UE) en vue d’élaborer d’ici à 2022 une proposition de recommandation du Conseil sur les facteurs favorisant la réussite de l’éducation numérique;
  • proposer une recommandation du Conseil sur l’apprentissage en ligne et à distance dans l’enseignement primaire et secondaire. Elle devrait se concentrer sur une compréhension commune, à l’échelle de l’UE, de la manière de rendre l’apprentissage à distance, en ligne et mixte efficace, inclusif et attrayant d’ici à la fin de 2021;
  • élaborer un cadre européen relatif au contenu d’éducation numérique qui s’appuiera sur la diversité culturelle et créative de l'Europe, et réaliser une étude de faisabilité sur la création d'une éventuelle plateforme européenne d’échange afin de partager des ressources en ligne certifiées et d'établir un lien entre les plateformes éducatives existantes;
  • soutenir la connectivité gigabit des écoles ainsi que la connectivité dans les écoles, mener des actions de sensibilisation aux possibilités de financement dans le cadre de l’initiative Connectivity4Schools et encourager les États membres à tirer le meilleur parti du soutien de l’UE en matière d’accès à internet, d’achat d’équipements numériques et d'applications et de plateformes d’apprentissage en ligne;
  • appuyer les plans de transformation numérique à tous les niveaux de l’éducation et de la formation grâce aux projets de coopération Erasmus; renforcer l'expertise et la pédagogie des enseignants dans l'utilisation des outils numériques au moyen de la plateforme Teacher Academy d'Erasmus et lancer SELFIE (Self-reflection on Effective Learning by Fostering the use of Innovative Educational Technologies – outil d’autoréflexion sur l’apprentissage efficace grâce à la promotion de l’utilisation de technologies éducatives innovantes), un outil d’autoévaluation en ligne pour les enseignants;
  • élaborer des lignes directrices éthiques sur l’intelligence artificielle (IA) et l’utilisation de données dans l’enseignement et la formation des enseignants, et soutenir la recherche et l’innovation dans ce domaine dans le cadre d’Horizon Europe.

2. Renforcer les aptitudes et compétences numériques pertinentes pour la transformation numérique

Les besoins sont les suivants:

  • des aptitudes et compétences numériques de base dès le plus jeune âge;
    • une culture numérique, y compris pour lutter contre la désinformation;
    • un enseignement en informatique;
    • une bonne connaissance et compréhension des technologies à forte intensité de données, telles que l’intelligence artificielle;
  • des compétences numériques avancées qui permettent d'augmenter le nombre de spécialistes du numérique et de garantir une représentation égale des femmes dans les études et les métiers liés au numérique.

La Commission a l'intention de:

  • préparer des lignes directrices communes à l’intention des enseignants et du personnel éducatif afin de promouvoir l’habileté numérique et de lutter contre la désinformation par l’éducation et la formation; collaborer avec la société civile, les entreprises et opérateurs technologiques européens, les radiodiffuseurs, les journalistes, le groupe d’experts sur l’éducation aux médias, l’Observatoire européen des médias numériques, les autorités nationales, les parents, les étudiants et les jeunes;
  • mettre à jour le cadre européen des compétences numériques afin d’y inclure les compétences en matière d'IA et de données et soutenir le développement de ressources d’apprentissage dans le domaine de l’IA pour les écoles, les organismes d’enseignement et de formation professionnels (EFP) et d’autres prestataires de formation;
  • créer un certificat européen de compétences numériques (EDSC) qui soit reconnu et accepté par les pouvoirs publics, les employeurs et d’autres acteurs dans toute l’Europe;
  • proposer une recommandation du Conseil pour une meilleure acquisition des compétences numériques par l’éducation et la formation. Il s’agirait notamment d’utiliser les outils de l’UE pour investir dans le développement professionnel des enseignants, de partager les bonnes pratiques pédagogiques pour une éducation à l'informatique de qualité, et de collaborer avec le secteur privé pour recenser et actualiser les besoins en compétences au fur et à mesure qu'ils apparaissent;
  • encourager une plus grande participation à l’étude internationale sur la maîtrise des outils informatiques et la culture de l’information (ICILS), qui recueille des données transnationales sur les compétences numériques des étudiants et fixe un objectif de compétences numériques pour les élèves dans l'UE visant à réduire à moins de 15 %, d’ici 2030, la proportion des élèves de 13-14 ans qui ne maîtrisent pas suffisamment les outils informatiques et la culture de l’information;
  • cibler l'acquisition de compétences numériques avancées, notamment en étendant le programme «Digital Opportunity traineeships» aux apprenants et aux apprentis de l’EFP, et offrir des possibilités de perfectionnement professionnel aux enseignants, aux formateurs et aux autres membres du personnel éducatif;
  • encourager la participation des femmes aux STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques) avec l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT) et soutenir la coalition EU STEM afin d’élaborer des programmes d’enseignement supérieur qui attirent les femmes vers l’ingénierie et les TIC sur la base de l’approche STEAM (sciences, technologies, ingénierie, arts et mathématiques).

Pourquoi une action est-elle nécessaire?

  • De nombreuses familles à faible revenu n’ont pas accès à des ordinateurs, et l’accès à l'internet à haut débit au sein de l'UE varie considérablement en fonction du revenu des ménages (Eurostat 2019).
  • Plus de 1 jeune sur 5 ne parvient pas à atteindre un niveau de compétences numériques de base dans l'UE.
  • Une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de 2018 a révélé que moins de 40 % des éducateurs se sentaient prêts à utiliser les technologies numériques dans l’enseignement, avec de fortes disparités selon les pays de l’UE.
  • La crise du coronavirus entraîne un recours sans précédent à l’apprentissage en ligne et aux technologies numériques.

Résultats de la consultation publique de 2020

  • Près de 60 % des répondants n’avaient pas utilisé l’apprentissage à distance et en ligne avant la crise.
  • 95 % considèrent la crise du coronavirus comme un point de non-retour en ce qui concerne la manière dont la technologie est utilisée dans l’éducation et la formation.
  • Les répondants estiment que les ressources pédagogiques et les contenus en ligne doivent être plus pertinents, interactifs et faciles à utiliser.
  • Plus de 60 % estiment qu’ils ont amélioré leurs compétences numériques pendant la crise, et plus de 50 % souhaitent aller plus loin.

Renforcer la coopération et les échanges dans le domaine de l’éducation numérique au niveau de l’UE

L’UE peut jouer un rôle plus actif pour:

  • recenser, partager et renforcer les bonnes pratiques;
  • soutenir les États membres et le secteur de l’éducation et de la formation au moyen d’outils, de cadres, d’orientations, d’expertise technique et de recherche;
  • encourager la coopération entre toutes les parties concernées;

en créant un nouveau pôle européen d’éducation numérique visant à:

  • établir un lien entre les initiatives et acteurs nationaux et régionaux en matière d’éducation numérique;
  • favoriser la collaboration intersectorielle et de nouveaux modèles pour permettre les échanges de contenus d’apprentissage numérique, en abordant des questions telles que les normes communes, l’interopérabilité, l’accessibilité et l’assurance de la qualité.

Le nouveau pôle aura le rôle de groupe de réflexion chargé de soutenir l’élaboration de politiques et de pratiques et suivra le développement de l’éducation numérique en Europe, y compris la mise en œuvre du nouveau plan d’action dans ce domaine. Il soutiendra également l’innovation et l’engagement axés sur les utilisateurs grâce au hackathon de l’éducation numérique, «DigiEduHack».

Actions déjà menées en matière d'éducation numérique

Le plan d’action 2021-2027 en matière d’éducation numérique s’appuie sur le plan 2018-2020, dont les priorités étaient les suivantes:

  1. améliorer l’utilisation de la technologie numérique à des fins d’enseignement et d’apprentissage;
  2. développer les compétences et aptitudes numériques;
  3. améliorer l’éducation par une meilleure analyse des données et une meilleure prospective.