Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Syrie

© CARE, 2020
Introduction

Après près d’une décennie de guerre, la crise syrienne est caractérisée par une souffrance et des besoins sans précédent. La Syrie compte près de 7 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays – le nombre de déplacés le plus élevé au monde – tandis que 5,6 millions de Syriens ont fui leur pays. Un cessez-le-feu début 2020 dans le nord-ouest de la Syrie n’a pas permis d’éviter de nouveaux affrontements à Idlib, où la situation humanitaire demeure alarmante. Alors que seule la moitié des établissements sanitaires fonctionnent encore normalement et que les difficultés économiques ne font que croître à travers le pays, l’irruption de cas de coronavirus s’avère particulièrement inquiétante. L’UE demeure un bailleur de fonds humanitaires majeur pour les Syriens dans le besoin.

Quels sont les besoins ?

La situation humanitaire en Syrie demeure une grande source d’inquiétude, quelque 13,4 millions de personnes nécessitant toujours une aide humanitaire. D’après le Programme alimentaire mondial, 12,4 millions de personnes – près de 60 % de la population – sont confrontées à des pénuries alimentaires. La vulnérabilité croissante des familles est encore exacerbée par la pandémie de coronavirus qui a poussé 1,4 million de personnes supplémentaires dans l’insécurité alimentaire. La crise se caractérise par un manque de protection et des violations continuelles du droit international humanitaire et des droits de l’Homme.

Environ 2,7 millions de personnes sont toujours déplacées dans le nord-ouest de la Syrie, après avoir fui les combats à plusieurs reprises. La majorité d’entre elles restent dépendantes de l’aide humanitaire. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU établissant l’assistance transfrontalière de la Turquie constitue une réelle bouée de sauvetage qui doit être maintenue. Les récentes restrictions liées au coronavirus, y compris sur les circulations transfrontalières, ont limité les approvisionnements et fait grimper les prix, tandis que les opportunités de gagner un revenu ont diminué.

L’hébergement, les soins de santé, l’alimentation, l’accès à l’eau, l’assainissement, l’éducation et la protection demeurent des besoins urgents, en particulier dans le nord du pays. Cependant, l’effondrement de l’économie dans tout le pays fait que des millions de déplacés récemment rentrés chez eux ont des difficultés à couvrir leurs besoins les plus basiques. Bien que l’aide soit vitale, les restrictions et autres obstacles bureaucratiques continuent d’entraver le travail des organisations humanitaires.

Carte de Syrie
En quoi consiste notre aide ?

L’UE et ses États membres sont les principaux bailleurs de l’aide internationale dirigée vers les populations affectées par la guerre en Syrie. Depuis le début de la crise en 2011, plus de € 24 milliards ont été débloqués pour soutenir les Syriens les plus vulnérables, à l’intérieur du pays et dans la région. L’UE a été la force motrice derrière les conférences d’engagements financiers en faveur de la Syrie, qui ont eu lieu à Bruxelles sur 5 années consécutives (entre 2017 et 2021).

En 2021, la Commission européenne a, à elle seule, mobilisé € 130 millions d’aide humanitaire pour fournir une aide vitale à des millions de personnes à l’intérieur de la Syrie. Les nouveaux fonds, annoncés lors de la 5e conférence de Bruxelles pour la Syrie, s’inscrivent dans le cadre des € 195 millions débloqués pour la crise sur l’ensemble de la région, en vue de porter secours aux Syriens dans le besoin, situés en Syrie ou dans son voisinage.

À la suite de la récente escalade des affrontements dans le nord de la Syrie et de la menace de la COVID-19, l’UE a appelé à plusieurs reprises à un cessez-le-feu qui est finalement entré en vigueur le 5 mars 2020. Compte tenu des nombreuses attaques menées contre des civils, hôpitaux et écoles au cours de la décennie écoulée, l’UE a toujours continué d’appeler toutes les parties au conflit à garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave aux populations dans le besoin. Elle a également régulièrement appelé au respect du droit international humanitaire.

Après le dernier exode en masse du début de l’année 2020, les partenaires humanitaires de l’UE ont intensifié leur aide d’urgence. Ils ont également adapté leurs programmes en cours pour y inclure des interventions de préparation et de réponse au coronavirus, étant donné qu’un premier cas avait été confirmé dans le pays à la mi-mars.

En Syrie, l’aide humanitaire de l’UE approvisionne plus de 40 partenaires humanitaires œuvrant à travers tout le pays, là où les besoins sont les plus aigus. Ces partenaires fournissent aux Syriens une aide alimentaire, le plus souvent sous forme d’espèces, mais aussi des soins de santé, un hébergement, un accès à l’eau, un assainissement et une hygiène, un soutien psychosocial, des articles ménagers essentiels, une éducation et une protection. Outre l’aide vitale, l’UE soutient également l’aide en espèces pour renforcer la résilience des populations et empêcher qu’elles ne retombent dans des situations menaçant leur survie.

Même si les organisations humanitaires opèrent dans des circonstances particulièrement difficiles, chargées d’insécurité et de contraintes continuelles en matière d’accès, elles adhèrent strictement aux principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

L’UE finance aussi une aide humanitaire dans les pays voisins – Liban, Jordanie, Égypte et Turquie – qui, ensemble, accueillent plus de 5,5 millions de réfugiés syriens enregistrés.

Dernière mise à jour
31/03/2021