Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Syrie

Peter_Biro_Syria_EU_ECHO
© UE
Introduction

Alors que la crise en Syrie entre dans sa septième année, plus de 13 millions de personnes, dont 6 millions d’enfants, ont besoin d’une assistance humanitaire dans le pays. Depuis mars 2011, plus de 400 000 Syriens ont perdu la vie et plus d’1 million d’autres ont été blessés. Quelque 6,1 millions de personnes ont fui de chez elles à l’intérieur de la Syrie et plus de 5 millions ont été contraintes de chercher refuge dans les pays voisins. L’UE et ses États membres ont mobilisé plus de € 10,6 milliards depuis le début du conflit, dont plus de € 753 millions d’aide humanitaire jusqu’en 2017.

Quels sont les besoins ?

Environ 13 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire en Syrie. Parmi elles, 6,1 millions sont déplacées à l’intérieur du pays ; 2,5 millions vivent dans des zones difficiles d’accès et 400 000 dans des zones assiégées. Les civils continuent d’être les premières victimes du conflit - les enfants et les jeunes représentant plus de la moitié de l’ensemble des personnes déplacées. En 2017, les combats en zones urbaines, comme à Raqqa et Deir-ez-Zor, ont fait de nombreuses victimes civiles et engendré des déplacements en masse. Dans le même temps, une offensive lancée par les forces gouvernementales dans le nord-ouest de la Syrie fin 2017 a touché les infrastructures médicales et civiles et chassé plus de 325 000 Syriens de chez eux dans le nord d’Idlib, qui accueille déjà plus d’1,5 million de personnes déplacées. On estime que 130 000 autres personnes ont été déplacées par une offensive à Afrin. Dans les zones assiégées de l’est de la Ghouta et du gouvernorat d’Idlib, les combats se sont poursuivis, causant le décès de 1500 civils (estimation). Dans le même temps, des convois d’aide n’ont pas été autorisés à livrer de l’aide aux populations qui en avaient pourtant le plus besoin.

Les travailleurs humanitaires n’ont pas été en mesure de livrer une assistance humanitaire dans de nombreuses zones du pays, en raison de la poursuite des combats le long de lignes de front en mouvance, d’obstacles bureaucratiques et de violations répétées du droit international humanitaire. Protéger les civils et le personnel humanitaire demeure un sérieux défi dans de nombreuses régions de Syrie. Les viols et autres violences sexuelles, disparitions, recrutements forcés d’enfants-soldats, exécutions et ciblages volontaires de civils et d’infrastructures civiles, comme des hôpitaux et des écoles, restent monnaie courante dans ce pays.

Carte de Syrie
En quoi consiste notre aide ?

L’UE et ses États membres sont les premiers fournisseurs d’aide internationale aux personnes affectées par la guerre en Syrie. Plus de € 10,6 milliards ont été investis dans une aide humanitaire, une aide à la stabilisation et une aide en matière de résilience, en faveur des Syriens se trouvant encore dans leur pays ou ayant fui vers les pays voisins. Ce montant comprend une enveloppe de € 3,7 milliards qu’ont promis l’UE et ses États membres lors de la conférence de Bruxelles en avril 2017. À ce jour, des millions de personnes ont pu être aidées grâce à l’assistance humanitaire de l’UE, notamment en matière de soins de santé, de protection, d’alimentation, d’accès à l’eau potable et aux articles non-alimentaires, de logement et de traitements médicaux d’urgence. En 2018, l’UE a consacré € 280 millions d’aide humanitaire à la crise en Syrie, dont € 140 millions pour une aide à l’intérieur de la Syrie.

En Syrie, près de la moitié de l’aide humanitaire de l’UE sert à financer des opérations de secours d’urgence et humanitaires immédiates et vitales, tandis que le reste est investi dans des projets d’approvisionnement en eau potable et en articles essentiels, d’assainissement, d’hygiène, d’aide alimentaire, de protection de l’enfance, de soutien psychosocial, de distribution d’articles essentiels et d’éducation en contexte d’urgence.

Au Liban, l’UE organise une aide en espèces, des soins de santé secondaires, une éducation informelle et un hébergement (comprenant une aide en  matière d’accès à l’eau, d’assainissement et d’hygiène), afin d’améliorer les conditions de vie souvent désastreuses des familles déplacées. Les partenaires de l’UE surveillent régulièrement les principaux problèmes de protection et proposent des services de sensibilisation, de conseil et d’assistance juridique aux réfugiés. Depuis 2012, l’aide humanitaire de l’UE au Liban a permis d’aider quelque 750 000 Syriens. Pour 2018, le financement humanitaire de l’UE s’élève à € 80 millions.

En Jordanie, l’UE aide près de 660 000 réfugiés syriens, des femmes et des enfants majoritairement, au moyen d’une aide en espèces, de mesures de protection, de soins de santé, et d’une aide de préparation aux conditions hivernales, entre autres choses. En 2017, € 55 million d’aide humanitaire européenne ont été alloués à la Jordanie ; ces fonds couvraient également les besoins urgents des plus de 45 000 réfugiés bloqués à la frontière nord-est avec la Syrie et l’Irak (communément connue comme ‘la berme’). € 36 millions d’aide supplémentaires ont été débloqués pour 2018.

En Égypte, où l’on dénombre plus de 122 000 réfugiés enregistrés, l’UE a consacré € 7,8 millions d’aide aux réfugiés vivant dans des conditions d’insalubrité dans les zones urbaines, en organisant notamment une protection, des soins de santé, une éducation et une aide en espèces. € 4 millions supplémentaires sont prévus pour 2018.

Dernière mise à jour
10/04/2018