Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Palestine

Khan al Ahmar by Peter Biro
© UE/ECHO/Peter Biro
Introduction

La crise qui dure depuis 52 ans en Palestine* a entraîné une dégradation de la situation humanitaire, les communautés de Cisjordanie souffrant de nombreux problèmes. L’environnement de plus en plus oppressant créé par les activités de colonisation israéliennes combiné à un régime de planification restrictif et discriminatoire ne permet pratiquement plus aux Palestiniens de bâtir des logements adéquats ni d’accéder à des services essentiels. À Gaza, les affrontements récurrents, le blocus terrestre, aérien et maritime, trois guerres au cours des 12 dernières années, ainsi que les divisions internes ont entraîné une détérioration continue du contexte humanitaire, avec des infrastructures endommagées, du chômage, des restrictions d’accès et un effondrement des soins de santé et des services clés.

Quels sont les besoins ?

Plus d’1,5 million de Palestiniens, sur 5,2 millions, ont besoin d’une aide humanitaire. À Gaza, le blocus et les affrontements récurrents ont affaibli l’économie locale à tel point que 1,5 million de personnes (environ 80% de la population totale de Gaza) dépendent de l’aide humanitaire et n’ont aucune perspective de développement humain ou économique. Les Gazaouis disposent d’un accès limité aux services de base, notamment en ce qui concerne l’accès à l’eau, à l’électricité et aux soins médicaux, et n’ont que peu de perspectives en matière d’éducation et d’économie. Depuis le 30 mars 2018, plus de 300 Palestiniens ont été tués et plus de 35 000 ont été blessés (dont 8300 enfants) dans des manifestations organisées près du mur d’enceinte qui sépare Gaza d’Israël.  Toute cette situation est exacerbée par la rivalité entre les deux principaux partis politiques palestiniens.

En Cisjordanie, 900 000 Palestiniens de Jérusalem-Est, H2 et la zone C – zone représentant plus de 60% de la Cisjordanie, où Israël conserve le contrôle de la sécurité, de la planification et de la construction – n’ont qu’un accès limité à l’eau, aux vivres, aux soins de santé, à un enseignement et à d’autres services de base. La population est de plus en plus soumise aux expulsions forcées et aux démolitions de maisons dues à des restrictions imposées sur les constructions, à l’absence de permis de construire et aux violences. En conséquence, les Palestiniens sont séparés de leurs terres, familles, écoles, hôpitaux, lieux de travail et lieux de culte. L’accès des enfants palestiniens à une éducation est fortement limité en raison de la destruction par Israël des écoles et du harcèlement systématique des écoliers palestiniens sur le chemin de l’école par les colons israéliens.

Carte du région
En quoi consiste notre aide ?

En 2020, l’Union européenne consacre € 23,1 millions de fonds humanitaires aux Palestiniens dans le besoin. Ce budget comprend des fonds dédiés à la réponse aux besoins émergents dus à l’épidémie de coronavirus. € 5,5 millions ont été alloués à une intervention d’urgence et une protection pour les familles touchées par les démolitions et les expulsions en Cisjordanie, plus particulièrement dans la zone C, à Jérusalem-Est et à Hébron. Les partenaires fournissent à ces gens une aide d’urgence, une aide juridique et un accès aux services de base.

Dans le cadre du financement 2020, plus de € 15 millions ont été alloués à des programmes humanitaires à Gaza. Grâce à ces fonds, l’UE fournit une assistance financière aux familles vulnérables pour couvrir leurs besoins fondamentaux et, par le biais de ses partenaires, une éducation sûre pour les enfants, des soins traumatologiques pour les blessés, une aide d’urgence en matière d’eau et d’assainissement dans les principales structures sanitaires, ainsi qu’une aide en matière de préparation et protection face aux catastrophes. Au total, € 1,4 million vient répondre aux besoins urgents en matière d’éducation, afin d’assurer l’accès des enfants les plus nécessiteux à une scolarité sûre et de qualité, tant en Cisjordanie que dans la bande de Gaza.

Face à la pandémie de coronavirus, les partenaires humanitaires de l’UE actifs sur le terrain ont été rapides à s’adapter en mettant en place des mesures visant à garantir la sécurité des populations dans le besoin face au virus. Les fonds de l’UE leur ont permis de renforcer leurs mesures de prévention et de contrôle des infections. Ces fonds permettent aussi d’aider les segments les plus vulnérables de la population au moyen de soins de santé d’urgence, d’un accès à l’eau, de services d’assainissement, de transferts d’espèces et d’outils d’apprentissage à distance. En outre, l’UE soutient la formation des travailleurs de la santé, la mise en place de tentes de dépistage devant les structures de santé, et l’approvisionnement en matériel d’hygiène des centres de tests afin de permettre aux étudiants de passer leurs examens.

Le coronavirus a exacerbé la crise humanitaire en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, zones déjà concernées par les restrictions de circulation avant l’épidémie. La démolition des habitations et infrastructures palestiniennes se poursuit depuis le début de la pandémie en Cisjordanie, sapant de la sorte les capacités de communautés déjà vulnérables à lutter contre la propagation du virus.

En vue d’alléger les souffrances des Palestiniens les plus vulnérables, l’aide humanitaire de l’UE apporte son soutien à de nombreux partenaires présents dans les territoires palestiniens occupés (TPO), allant des agences des Nations unies à des organisations non-gouvernementales (ONG). Depuis 2000, l’Union européenne a contribué plus de € 793 millions d’aide humanitaire à l’organisation d’une réponse aux besoins fondamentaux de la population palestinienne.

* La désignation de ‘Palestine’ ne doit pas être interprétée comme la reconnaissance d’un État de Palestine et ne doit porter préjudice à aucune des positions individuelles des États membres sur la question.

Dernière mise à jour
16/07/2020