Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Jordanie

Jordan Zaatari camp
© UE/ECHO/Peter Biro
Introduction

Alors que la guerre civile en Syrie perdure, la Jordanie continue de fournir une large assistance aux réfugiés syriens. En janvier 2019, la Jordanie accueillait plus de 655 000 réfugiés syriens, 48 % d’entre eux étant des enfants. La grande majorité des réfugiés syriens (83 %) vit dans les villes, tandis que les réfugiés restants  résident principalement dans deux camps de réfugiés, Azraq et Zaatari. Zaatari est le deuxième plus grand camp au monde, avec près de 80 000 habitants. L’afflux de réfugiés en provenance de Syrie et de personnes fuyant le conflit en Irak a exercé une pression considérable sur les ressources de la Jordanie à l’une des périodes économiques les plus difficiles de l’histoire du pays.

Quels sont les besoins ?

Selon les Nations unies, en Jordanie, 57 % des réfugiés syriens en âge de travailler sont sans emploi et 80 % des réfugiés syriens en dehors des camps vivent en dessous du seuil de pauvreté. Leurs économies épuisées, nombre d’entre eux sont aujourd’hui confrontés à la pauvreté et une majorité de familles syriennes dépendent de l’aide humanitaire pour répondre à leurs besoins les plus fondamentaux. Par ailleurs, la pénurie croissante dans la fourniture d’aides essentielles aggrave leur situation déjà critique. En conséquence, les familles ont été contraintes de supprimer des repas, de dépenser moins en soins de santé, de déscolariser leurs enfants pour les envoyer travailler. En outre, une génération d’enfants réfugiés syriens n’a pas pu accéder à l’éducation formelle. Pour autant, les réfugiés citent l’éducation de leurs enfants, garçons comme filles, comme étant leur priorité absolue.

À la suite d’une attaque menée en 2016 près de la frontière entre la Jordanie et la Syrie, l’armée jordanienne a déclaré la frontière nord et nord-est avec la Syrie comme étant une zones militaire fermée. En conséquence environ 50 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été bloquées dans une région frontalière éloignée appelée « berm », avec un accès limité à la nourriture, à l’eau et à l’aide humanitaire. La fourniture de l’aide humanitaire dans cette région reste difficile en raison des risques sécuritaires mais aussi de la fermeture des frontières. De fait, les organisations humanitaires internationales n’ont pu reprendre un acheminement régulier de l’aide humanitaire.

Carte Jordanie
En quoi consiste notre aide ?

Depuis le début de la crise syrienne, l’Union européenne a affecté près de 2,1 milliards d’euros à la Jordanie en aide humanitaire, au développement et en aide macro-financière. L’aide humanitaire représente plus de 360 millions d’euros et se traduit par la fourniture de soins de santé, d’aide alimentaire, d’abris, d’eau et de services d’assainissement, de soutiens psychosociaux, de programmes de protection, etc.

L’aide a bénéficié aux réfugiés vivant dans les camps de Zaatari et d’Azraq, ainsi qu’aux Syriens vivant en milieu urbain et au « berm ». La fourniture de services de base dans les villes et villages du pays s’adresse aussi aux familles jordaniennes vulnérables. Les programmes spécifiques soutiennent les besoins des femmes et des enfants qui représentent environ 51 % de la population totale de réfugiés. Pour répondre aux besoins en matière d’éducation, l’UE a lancé un programme qui permettra à des centaines d’enfants syriens d’achever leur enseignement primaire et secondaire dans les écoles jordaniennes. En 2018, la contribution humanitaire de l’UE s’élevait à 36 millions d’euros.

Les réfugiés syriens en Jordanie, sans documents valides régularisant leur statut ou leur état civil, risquent d’être expulsés, ce qui limite leur liberté de circulation et les empêche d’accéder aux services de base, tels  que les soins de santé, l’éducation ou le marché du travail. L’UE a soutenu le HCR et un consortium d’organisations partenaires afin de contribuer à la régularisation du statut civil et/ou juridique des réfugiés qui ne sont pas correctement enregistrés.

En 2016 et 2017, un ensemble d’engagements mutuels ont été adoptés. Ils stipulent que l’UE et la Jordanie respecteront les engagements pris à l’égard de la Syrie et de la région lors de la conférence de Londres en février 2016 et lors des conférences de Bruxelles en 2017, 2018 et 2019. À ce jour, plus de 110 000 permis de travail ont été délivrés à des réfugiés syriens.

Dernière mise à jour
12/03/2019