Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Irak

Irak by Peter Biro
© UE/ECHO/Peter Biro.
Introduction

Le conflit qui a opposé le gouvernement irakien au groupe État islamique (EI) entre 2014 et 2017 a déclenché une grave crise humanitaire. Après que les combats ont contraint des millions de personnes à fuir de chez elles, 4,5 millions d’Irakiens sont désormais rentrés chez eux, mais la reconstruction du pays et la relance économique sont lentes. Environ 1,5 million d’lrakiens sont toujours en situation de déplacement et 250 000 réfugiés syriens séjournent toujours dans des camps. La pandémie de coronavirus met à rude épreuve le système de santé déjà fragile de ce pays qui connait par ailleurs depuis peu des troubles civils. L’UE apporte une aide humanitaire aux centaines de milliers de personnes dans le besoin, tant dans les camps qu’en dehors.

Quels sont les besoins ?

Deux ans après la fin du conflit, les besoins sont de plus en plus liés à la reconstruction et au développement. Cependant, plus de 4 millions de personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire. La situation du pays sur le plan sécuritaire demeure instable. Les manifestations massives qui ont eu lieu fin 2019 ont été une source de préoccupation majeure.

Les civils qui se trouvent encore dans les camps doivent être pris en charge, tandis qu’à l’extérieur des camps, il est urgent de fournir des services essentiels et de notamment permettre l’accès à l’eau et un assainissement, aux soins de santé et à une éducation. Les personnes ne possédant pas de documents attestant de leur état civil, en particulier les enfants, se heurtent à des difficultés pour bénéficier de soins ou pour se scolariser. Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des camps, certains subissent encore les conséquences du conflit et ont besoin d’une rééducation physique, voire de prothèses, ainsi que d’un soutien psychosocial.

Les individus soupçonnés d’appartenir au groupe EI demeurent soumis à une surveillance stricte au sein des camps, où ils dépendent entièrement de l’aide humanitaire. Ils sont de plus en plus marginalisés et inquiets pour leur sécurité. Les obstacles administratifs restreignent la marge de manœuvre de la communauté humanitaire pour porter secours aux populations vulnérables.

L’Irak est sujet aux catastrophes naturelles, or les autorités locales et intervenants de première ligne ne disposent que de moyens limités pour y faire face. Les soudaines crues saisonnières de mars 2020 ont causé des dégâts dans les camps et au sein des communautés vivant à proximité du Tigre. La pandémie de coronavirus ne fait donc que souligner davantage la nécessité de renforcer les capacités de réaction de première ligne dans ce pays.

Carte d'Irak
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne est l’un des principaux contributeurs à l’action humanitaire menée en Irak et apporte son soutien aux populations en ayant le plus besoin, en accord avec les principes humanitaires d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance.

Par l’intermédiaire de ses partenaires humanitaires, l’UE continue de fournir une aide vitale, notamment sous la forme de soins de santé, d’hébergements, d’un accès à l’eau potable, de services d’assainissement et d’hygiène, ainsi que d’une protection.

En 2019, l’aide humanitaire de l’UE a bénéficié à plus de 400 000 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants. L’UE soutient également la relance des services publics de base, notamment en matière de santé et d’éducation, dans les zones touchées par le conflit, comme dans l’ouest de la province de Ninive, dans l’ouest de l’Anbar et dans la ville de Hawidja.

En 2020, l’UE concentre ses efforts sur les personnes les plus vulnérables, y compris dans les camps, les campements de fortune et les lieux de détention. L’UE vient aussi en aide aux personnes affectées par la fermeture de camps qui a lieu à travers l’Irak depuis mi-2019, en particulier les personnes qui ne sont pas en mesure de rentrer chez elles.

L’UE continue en outre de soutenir les activités visant à protéger les personnes exposées à des risques de mauvais traitement ou d’abus. Elle finance ainsi une aide juridique et psychosociale destinée aux mineurs se trouvant dans les centres de rétention, ainsi que des approches communautaires en ce qui concerne la réinsertion sociale des anciens enfants-soldats. L’UE a renforcé ses partenariats avec des groupes d’aide spécialisés dans la protection et les soins de santé, afin d’aider les personnes souffrant de traumatismes durables liés au conflit. Cette aide peut prendre la forme de soins de santé et de services spécialisés fournis aux survivants de violences sexuelles, d’une amélioration de l’accès à l’eau potable dans les prisons surpeuplées, de traitements de physiothérapie et de rééducation physique, ou de prothèses pour les victimes de violences.

L’UE s’emploie également à venir en aide aux familles ayant perdu des documents d’identité essentiels lors du récent conflit, au moyen d’une assistance juridique. En 2019, l’UE a ainsi aidé près de 40 000 personnes à obtenir des documents d’identité. Ces documents sont cruciaux car ils permettent aux personnes de se déplacer en toute sécurité, d’avoir accès à une aide et des soins, d’être scolarisées, et de voter aux élections. La communauté internationale encourage vivement les autorités à adopter une approche plus systématique dans l’octroi de ces documents, et notamment à mettre en place un registre des naissances pour tous les Irakiens.

L'Irak est également touché par la pandémie de coronavirus. La maladie s’est déclarée dans le pays alors que la communauté humanitaire était en train de restituer la gestion des services de santé aux autorités publiques. Par l’intermédiaire de ses partenaires humanitaires, l’UE soutient l’organisation d’une assistance humanitaire pour plus de 400 000 personnes directement concernées par la pandémie. Cette aide comprend un soutien aux hôpitaux et centres sanitaires de référence, la fourniture d’équipements de protection personnelle et d’autres articles médicaux essentiels, et des efforts de sensibilisation aux mesures visant à réduire les risques sanitaires. L’UE a aussi renforcé l’aide fournie aux camps de déplacés, y compris une aide alimentaire, une préparation à la mise en quarantaine et l’organisation de zones d’isolement.  

Depuis 2014, l’UE a alloué pour plus de € 469 millions d’aide humanitaire aux Irakiens déplacés et aux réfugiés syriens se trouvant en Irak.

Dernière mise à jour
20/07/2020