Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Égypte

Egypt by Peter Biro
© UE/ECHO/Peter Biro
Introduction

L’ Égypte est un pays d’accueil le long de la route de la Méditerranée centrale, avec des arrivées de réfugiés en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique de l’Est. En raison d’une augmentation des arrivées et de mesures de contrôle plus strictes visant à freiner les départs irréguliers vers l’Europe, une population grandissante de réfugiés vit dans les quartiers les plus pauvres et surpeuplés des grandes villes du pays, telles que Le Caire et Alexandrie. Sur les plus de 247 000 réfugiés enregistrés par le HCR, environ 133 000 viennent de Syrie, le reste provenant d’Afrique de l’Est ou d’Irak.

Quels sont les besoins ?

En Égypte, le nombre de réfugiés et de migrants est constamment en augmentation. Près de 31 000 personnes ont ainsi été enregistrées en 2018, parmi lesquelles 30 % de Syriens.

Les réfugiés et les demandeurs d’asile nouvellement arrivés se mélangent à une population de réfugiés urbains ainsi qu’à des migrants bloqués, et dépendent fortement de l’aide humanitaire. Les réfugiés résident dans des centres urbains surpeuplés et appauvris, où les communautés locales sont déjà confrontées à des conditions de vie difficiles, des taux de chômage élevés et un accès difficile à des services essentiels tels que les soins de santé et l’éducation. Selon les Nations Unies, 85 % des réfugiés syriens enregistrés en Égypte ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins de base.

Cette situation coïncide avec la plus grave récession économique que connaît l’Égypte depuis des décennies, ce qui a entraîné une hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires et des services d’utilité publique. En outre, les réfugiés en provenance des pays d’Afrique n’ont pas ou n’ont qu’un accès limité à l’enseignement formel et font face à des obstacles linguistiques ainsi qu’à des discriminations, ce qui contribue à leur marginalisation.

Carte de l'Egypte
En quoi consiste notre aide ?

L’aide de l’Union européenne cible les réfugiés syriens et les personnes les plus vulnérables parmi les autres groupes de réfugiés et leurs communautés d’accueil. L’UE finance des projets humanitaires centrés sur les priorités suivantes : la protection, les soins de santé et l’éducation en contexte d’urgence (EiE).

Compte tenu de l’augmentation du nombre de nouveaux arrivants et, parmi eux, de la forte augmentation du nombre d’enfants non accompagnés et séparés, l’objectif premier reste le renforcement des opérations visant à protéger les plus vulnérables.

Les efforts de l’UE en matière d’aide humanitaire visent à faciliter l’accès aux services de santé d’urgence, en particulier la santé maternelle et reproductive, pour les réfugiés qui n’ont pas les moyens de payer des soins de santé, ainsi que pour les victimes de discrimination et les personnes marginalisées. Les groupes ou les personnes les plus vulnérables dans les communautés d’accueil peuvent également bénéficier de ces interventions.

Dans le domaine de l’éducation, le financement de l’aide humanitaire de l’UE vise à permettre l’accès à la scolarité formelle et à réduire les obstacles à l’éducation rencontrés par les enfants réfugiés les plus vulnérables. Les obstacles à l’éducation peuvent être d’ordre académique, financier, institutionnel, social, émotionnel, ainsi que tout autre obstacle auquel les enfants sont confrontés en tant que réfugiés. Le soutien aux activités éducatives se concentre sur les niveaux de l’enseignement primaire et secondaire.

L’UE fournit également une aide en espèces polyvalente pour couvrir les dépenses de base des personnes qui en ont le plus besoin parmi les réfugiés enregistrés au moyen de transferts en espèces. La valeur du transfert se fonde normalement sur un panier de dépenses minimum (MEB ou sur ce qu’un ménage a besoin de manière régulière ou saisonnière et sur son coût moyen au fil du temps), tout en tenant compte de la contribution des ménages et des ressources disponibles.

Dernière mise à jour
08/03/2019