Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Venezuela

© Union européenne (photographe N. Mazars) 2019
Introduction

Le Venezuela continue de faire face à une profonde crise économique, sociale et politique. Cette situation a gravement affecté le système de santé, engendré d’importants manques au niveau des services publics et accru les difficultés d’accès aux vivres. Plus de 5,6 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015. Les sources locales estiment que 14 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), le Venezuela est l’un des pays au monde les plus gravement touchés par l’insécurité alimentaire. La COVID-19 a encore aggravé la situation sur le plan sanitaire et social.

Quels sont les besoins ?

L’hyperinflation et les graves pénuries de nourriture et de biens de première nécessité continuent de compromettre le quotidien et les moyens de subsistance d’une grande partie de la population. Le Fonds monétaire international (FMI) estime que l’économie du Venezuela reculera de 10% en 2021.

D’après les calculs locaux, le salaire minimum ne couvre que 0,7% des besoins alimentaires mensuels d’une famille bénéficiant de la prime mensuelle de soutien de l’État. En janvier 2021, 37,3% des femmes enceintes bénéficiaires de l’aide de l’UNICEF souffraient de sous-nutrition.

Jusqu’à 70% des enfants en âge d’être scolarisés ne vont pas à l’école de façon régulière, et ils sont plus de 15% à avoir accumulé un retard scolaire conséquent, déjà avant la pandémie. L’exode en masse s’est également traduit en un manque de personnel qualifié dans l’enseignement – il manque au moins plus de 200 000 enseignants dans le pays.

Autour de 82% de la population ne dispose que d’un accès discontinu à l’eau. Le pays a connu plusieurs épidémies importantes de maladies infectieuses, comme la rougeole, la diphtérie ou le paludisme. Ceci est lié au fait que les programmes de prévention ont été interrompus alors que les conditions sanitaires se dégradaient.

Les taux d’homicides se classent parmi les plus élevés au monde (60,34 décès par 100 000 habitants en 2020). La situation dans les régions frontalières, confrontées à la présence des groupes armés et gangs criminels, est particulièrement inquiétante.

Carte Venezuela
En quoi consiste notre aide ?

Depuis 2016, l’Union européenne a alloué € 238 millions d’aide humanitaire urgente au Venezuela. Ces fonds contribuent à l’organisation d’une aide en faveur des Vénézuéliens dans le besoin, qu’il se situent à l’intérieur du pays ou dans les pays voisins.

L’aide humanitaire de l’UE s’organise sur place par le biais des agences de l’ONU, d’organisations non-gouvernementales internationales (ONG) et du mouvement de la Croix-Rouge, qui mettent sur pied des projets couvrant un large spectre des besoins humanitaires.

L’aide se concentre sur les besoins les plus urgents des populations affectées, en ciblant notamment les catégories de population les plus vulnérables, à savoir les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les mères allaitantes, les personnes âgées et les groupes indigènes.

Les projets menés au Venezuela se concentrent sur l’organisation de soins de santé vitaux, d’un accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, d’une éducation en contexte d’urgence, d’une protection pour les catégories de population les plus vulnérables, d’une aide alimentaire et nutritionnelle, et de mesures de protection générales.

Dans le cadre de la réaction globale de l’UE au coronavirus, une opération du pont aérien humanitaire de l’UE, consistant en 2 vols, a rejoint Caracas en août 2020. Ces avions ont livré 82,5 tonnes de matériel vital aux partenaires humanitaires actifs sur le terrain, en vue de soutenir un demi-million de Vénézuéliens dans le besoin. La cargaison consistait principalement en des équipements médicaux, comme des protections individuelles, des médicaments, mais aussi des équipements pour purifier l’eau et des kits d’hygiène pour les familles.

L’aide apportée aux réfugiés et déplacés se concentre sur l’organisation de services médicaux d’urgence, d’une aide alimentaire, d’une information et d’une aide juridique, de mesures de protection (spécifiquement axées contre les violences sexuelles et sexistes et le trafic d’êtres humains), d’une éducation en contexte d’urgence, et d’un hébergement.

Dernière mise à jour
11/06/2021