Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Haïti

Haiti_UNICEF
© UNICEF
Introduction

Haïti est un État extrêmement fragile, vulnérable aux risques de catastrophes naturelles ou de cause humaine, et chroniquement mal préparé à faire face à l’arrivée d’une pandémie comme l’actuelle pandémie de coronavirus. Les pénuries alimentaires et la malnutrition, les épidémies de maladies et les besoins humanitaires générés par la crise migratoire actuelle nécessitent une aide humanitaire soutenue.

Quels sont les besoins ?

Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, les troubles sociaux et l’instabilité politique continuant d’y plomber une économie déjà défaillante. L’importation de marchandises, y compris de produits alimentaires, est difficile et la plupart des échanges commerciaux dans le pays sont sévèrement entravés. Les tarifs alimentaires montent en flèche, appauvrissant les foyers les plus vulnérables.

Selon le Rapport mondial sur les crises alimentaires de 2020, Haïti figurait parmi les 10 pires crises alimentaires au monde en 2019, susceptibles de s’aggraver en 2020. 40% de la population nécessite une aide alimentaire urgente. La malnutrition aiguë augmente dans les zones touchées par la sécheresse, et seul 1 enfant sur 10 consomme les apports alimentaires minimum acceptables.

Les mesures de confinement liées au coronavirus ont entraîné un net ralentissement économique, avec de nombreuses pertes d’emplois et une baisse radicale des revenus de nombreux Haïtiens. Les restrictions de circulation empêchant d’accéder aux moyens de subsistance sont venues s’ajouter à une instabilité économique extrême, une importante insécurité et une mauvaise saison de récolte.

Les besoins des personnes déplacées demeurent élevés, en particulier pour ceux qui avaient été expulsés de force de la République dominicaine voisine.

Le niveau croissant de violence dans le pays renforce les besoins humanitaires et restreint l’accès aux services de base pour les Haïtiens vulnérables. Les enfants, personnes âgées, femmes et foyers monoparentaux sont particulièrement victimes d’abus, d’exploitation et de violences, y compris sexuelles ou sexistes.

Haïti est très fortement exposé aux risques naturels tout en étant doté de capacités de réaction très limitées. Le manque de capacités d’adaptation d’Haïti est l’un des plus graves au monde.

Map_Haiti_FR
En quoi consiste notre aide ?

Avec € 419 millions alloués depuis 1994, Haïti est le principal bénéficiaire de l’aide humanitaire de l’Union européenne en Amérique latine et dans les Caraïbes. L’aide de l’UE a permis de venir en aide aux victimes du tremblement de terre de 2010 et de plusieurs grands ouragans. Elle contribue également à faire face aux épidémies de choléra, aux sécheresses et à la crise migratoire, tout en renforçant les capacités locales à se préparer et à réagir aux risques naturels et épidémiques.

En 2020, l’Union européenne a investi € 3 millions dans la préparation aux catastrophes et € 2 millions dans des mesures de protection pour aider les migrants et rapatriés vulnérables dans le contexte des violences en cours. En 2019, l’UE a investi € 3 millions dans la préparation aux catastrophes et € 14 millions supplémentaires dans la réponse aux pénuries alimentaires. En outre, € 50 000 ont aidé la Croix-Rouge haïtienne à offrir un accès aux soins de santé d’urgence à la population touchée par l’agitation sociale à Port-au-Prince. Des fonds ont été mobilisés grâce au Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

En 2018, l’UE a mobilisé € 3,4 millions dans des projets de préparation aux catastrophes, notamment dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH), des capacités de réaction rapide, des techniques de construction d’abris résistant aux catastrophes et de la préparation aux sécheresses. Un montant supplémentaire de € 12 millions a permis de répondre aux pénuries alimentaires et aux besoins en matière d’hébergement, et d’améliorer la coordination entre les différentes opérations humanitaires.

En 2016 et en 2017, l’UE a débloqué près de € 20 millions d’aide d’urgence pour satisfaire aux besoins immédiats des personnes les plus touchées par l’ouragan Matthew. Il s’agissait notamment de fournir de la nourriture, des abris, des moyens de subsistance, de l’eau, un soutien nutritionnel ainsi que des services d’éducation.

Depuis 2014, € 49 millions ont été alloués pour répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents, par des transferts en espèces, par la fourniture d’eau potable et par un soutien aux moyens de subsistance.
Après le tremblement de terre de 2010, l’UE a fourni des abris, de l’eau potable, des services de soins de santé, de la nourriture, ainsi qu’une protection à 5 millions de personnes. Une aide de l’UE d’un montant de € 52,7 millions ciblant près de 3 millions de personnes a également permis de lutter contre l’épidémie de choléra survenue à la suite du tremblement de terre.

Depuis 1998, l’UE a investi plus de € 25 millions dans son programme de préparation aux catastrophes afin de mettre en place des systèmes d’alerte précoce et de renforcer les abris et les infrastructures contre les ouragans, inondations et autres catastrophes naturelles récurrentes. Améliorer la résilience des communautés les plus vulnérables face aux risques naturels et épidémiques demeure une priorité.

Dernière mise à jour
15/07/2020