Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Les Philippines

Crèdit photo: EU/ECHO/Peter Biro
Introduction

Situées le long de la ceinture des typhons et de la ceinture de feu du Pacifique, les Philippines sont fortement sujettes à divers risques naturels. Le conflit entre le gouvernement et les groupes armés à Mindanao, l’île la plus au sud de l’archipel, ne fait qu’ajouter à ces risques. Ces événements se traduisent très souvent par des pertes significatives en vies humaines, en moyens de subsistance et en logements. L’Union européenne (UE) fournit une aide sous la forme de distribution de denrées alimentaires, d’accès à l’eau potable, d’infrastructures sanitaires, de services de santé ainsi que d’une aide d’urgence au rétablissement des moyens de subsistance.

Quels sont les besoins ?

Bien que les Philippines disposent de capacités de gestion des crises bien développées, l’occurrence incessante de risques naturels, comme les typhons, les inondations, les glissements de terrain, les séismes et les éruptions volcaniques, provoque souvent des dégâts à grande échelle et met les ressources locales à rude épreuve. Début janvier 2020, le volcan Taal, le deuxième volcan le plus actif du pays situé à 70 kilomètres au sud de la capitale, Manille, a commencé à cracher de la lave et à produire des nuages de cendres et des débris massifs à une hauteur de 800 mètres. Cette activité sismique intense a contraint plus de 300 000 personnes à quitter leur foyer et a causé des dommages aux infrastructures. En décembre 2019, le typhon Kammuri, localement connu sous le nom de typhon Tisoy, a ravagé de grandes parties des régions du nord et du centre du pays, causant une destruction généralisée. La tempête a touché près de deux millions de personnes et endommagé plus de 530 000 maisons . Entre mi-octobre et mi-décembre 2019, la région de Mindanao, déchirée par des conflits, a été frappée par une série de séismes puissants et superficiels qui ont touché des centaines de milliers de personnes.

Le conflit en cours sur l’île de Mindanao, considéré comme une «crise oubliée» par l’Union européenne, a entraîné le déplacement de près d’un million de personnes depuis 2012. Ces déplacements forcés à grande échelle ont inévitablement augmenté les besoins humanitaires.

Carte Philippines
En quoi consiste notre aide ?

En réponse à l’éruption du volcan Taal en janvier 2020, l’Union européenne a débloqué un montant de 750 000 euros afin de fournir des abris, un accès à de l’eau salubre, de bonnes pratiques d’hygiène et des infrastructures sanitaires, une protection des enfants et un soutien psychologique.

En 2019, l’UE a fourni aux Philippines un soutien financier de 6,7 millions d’euros pour venir en aide aux populations les plus vulnérables du pays. Sur ce montant, 1 million d’euros a contribué aux initiatives de réduction des risques de catastrophe et de renforcement de la résilience et au renforcement des plateformes existantes des pouvoirs publics en matière de filet de protection sociale. Les 5,7 millions d’euros restants sont consacrés à l’aide humanitaire en faveur tant des personnes victimes du conflit à Mindanao que des personnes touchées par des risques naturels. Cette aide comprend la fourniture d’une aide alimentaire et nutritionnelle, de soins de santé, d’eau et d’installations d’assainissement ainsi qu’un accès à une éducation sûre, équitable et de qualité.

En réponse au typhon Kammuri, l’UE a fourni 1 million d’euros pour fournir une aide essentielle aux personnes dont les besoins sont les plus criants. En réaction immédiate aux récents séismes dans la région de Mindanao, l’UE a débloqué 500 000 euros d’aide d’urgence pour secourir les familles les plus touchées dans les provinces les plus durement frappées du Davao del Sur et du Cotabato. Le financement sert en priorité à fournir des abris d’urgence, de la nourriture, de l’eau salubre, un soutien psychosocial et d’autres formes d’aide cruciale aux groupes les plus vulnérables et les plus marginalisés, notamment les ménages dont les femmes sont les chefs de famille, les personnes en situation de handicap et les populations autochtones.

À la suite des récentes inondations provoquées par la mousson due à la dépression tropicale Usman fin 2018, l’UE a débloqué 130 000 euros d’aide d’urgence pour secourir les populations de certaines des provinces les plus durement frappées d’Albay et de Camarines Sur, dans la région de Bicol. En réponse au typhon Mangkhut, l’UE a mobilisé un train de mesures d’aide d’urgence de 2 millions d’euros pour venir en aide aux victimes, afin de fournir des équipements pour la construction d’abris, un accès à l’eau, des interventions en matière d’assainissement et d’hygiène et une aide alimentaire. À la suite des graves inondations et des glissements de terrain provoqués en août par les pluies incessantes de mousson dans l’archipel, l’UE a débloqué 150 000 euros pour aider la Croix-Rouge philippine à offrir une aide humanitaire aux familles touchées.

Afin de réduire l’incidence des risques naturels et de renforcer les capacités des communautés à se préparer aux événements futurs, le programme de préparation aux catastrophes a été mis en place en 1996. Les activités actuellement menées sont axées sur le renforcement de la résilience face aux catastrophes des unités gouvernementales locales et des familles démunies vivant en zone urbaine à haut risque de Manille, par l’intermédiaire d’une série d’activités telles que le renforcement des capacités au niveau local, la mise en place de systèmes d’alerte précoce, l’éducation, des campagnes de sensibilisation de l’opinion publique et une meilleure planification en matière de résilience et de moyens de subsistance.

Dernière mise à jour
05/02/2020