Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Région du Pacifique

pacific_cecho_edward_turvill
© UE/ECHO/Edward Turvill
Introduction

Les catastrophes naturelles (cyclones, inondations, sécheresses et tremblements de terre) se produisent fréquemment dans la région du Pacifique. Ses États insulaires (dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Fidji, les Îles Salomon, les Îles Cook et le Vanuatu) comptent le plus grand nombre de victimes de catastrophes et de populations touchées par celles-ci au monde. En raison du changement climatique, la région connaît d’importantes fluctuations des conditions météorologiques, notamment une modification des températures et des régimes de précipitation, de violentes tempêtes et une élévation du niveau de la mer.

Quels sont les besoins ?

Le Pacifique est l’une des régions du monde qui subit le plus de catastrophes naturelles récurrentes, graves et de grande ampleur. Elle est fortement exposée aux cyclones, aux tremblements de terre, aux tsunamis, aux inondations, aux raz-de-marée, aux glissements de terrain, aux sécheresses, aux incendies de forêt et aux éruptions volcaniques, ainsi qu’aux épidémies. Cette situation est aggravée par la dégradation de l’environnement et les conséquences néfastes du changement climatique.

Le manque de diversification des activités économiques, l’éloignement par rapport aux grands centres de commerce et les fortes inégalités entre les hommes et les femmes sont des facteurs qui caractérisent de nombreux pays insulaires du Pacifique et qui aggravent leur vulnérabilité aux catastrophes. Avec une population totale de 10 millions de personnes réparties sur un vaste territoire, le bilan en pertes humaines et le nombre de victimes de catastrophes naturelles peuvent paraître faibles dans les statistiques courantes relatives aux catastrophes. Toutefois, les pays du Pacifique sont classés parmi ceux qui comptent le plus grand nombre de victimes et de personnes touchées par nombre d’habitants.

Map_Pacific_Region_FR
En quoi consiste notre aide ?

En réponse au cyclone Harold, considéré comme la pire tempête ayant jamais frappé le Pacifique Sud depuis 2016, l’Union européenne a mobilisé plus de 500 000 euros dans le courant de l’année pour répondre aux besoins les plus pressants des personnes les plus touchées. Cette aide comprenait notamment la distribution d’articles de première nécessité, tels que des abris d’urgence, des vêtements, des ustensiles de cuisine, des réserves d’eau saine et des produits d’hygiène.

En mai 2018, lorsqu’une éruption volcanique a frappé l’île d’Ambae, au Vanuatu, l’Union européenne a débloqué 120 000 euros pour contribuer à la livraison d’articles de première nécessité, tels que des kits pour la construction d’abris, des ustensiles de cuisine, des lampes solaires, des moustiquaires et des produits d’hygiène. En février 2018, l’UE a également mobilisé 400 000 euros pour répondre aux besoins les plus urgents des familles touchées par le cyclone tropical Gita, considéré comme la pire tempête qui ait jamais frappé les Îles Tonga. Ce financement a permis de fournir des abris d’urgence, un approvisionnement en eau potable, une aide sanitaire, une aide alimentaire et des moyens de subsistance. Un expert humanitaire de l’UE a également été dépêché sur place pour participer à une évaluation rapide de la situation sur le terrain.

Au cours du même mois, l’UE a alloué 110 000 euros pour aider les communautés touchées par le violent séisme et ses répliques qui ont secoué la Papouasie-Nouvelle-Guinée, fournissant une aide vitale aux personnes le plus dans le besoin. Cette aide comprenait notamment la distribution d’abris d’urgence et d’articles de première nécessité, tels que des bâches, des couvertures, des matelas, des moustiquaires, des ustensiles de cuisine et des produits d’hygiène, ainsi que la distribution de trousses de premiers secours et l’apport d’une aide sanitaire aux populations.

En février 2016, lorsque le cyclone tropical Winston, de catégorie 5, a frappé le nord-est de Suva, la capitale des Fidji, l’UE a débloqué un million d’euros pour contribuer à la fourniture d’abris, d’une aide alimentaire et d’un accès à l’eau potable, ainsi que de services d’assainissement et d’hygiène. Par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’Union européenne, des articles de première nécessité ont également été fournis aux communautés touchées.

Dans l’ensemble, l’UE a fourni plus de 18,8 millions d’euros d’aide humanitaire à la région depuis 2008, dont 12,4 millions pour soutenir les programmes de préparation aux catastrophes dans le Pacifique. Les projets ont soutenu des actions de proximité de préparation aux catastrophes, la coopération entre les communautés, villages, provinces, régions et au niveau national, ainsi que la normalisation des outils de réduction des risques de catastrophe, les travaux communs, et la coordination des organisations gouvernementales et non gouvernementales (ONG).

Dernière mise à jour
12/10/2020